Ce qu'il faut savoir à propos des thérapies comportementales très répandues en France

OUAHOW? MERCI !
 
je me suis delecté de ce mail. j'ai réalisé beaucoup de choses que je savais au fond mais que tu as trés bien synthétisé. je pensai avoir résolu des choses du transgénérationel et de mes trauma mais ils attendent là caché sous mes yeux, le bon moment pour ressortir comme à chaque fois.
 
merci encore.
 
____________________________________________
 
Charles
 
Pourquoi n'essayes tu pas les théories comportementales pour le trauma ? L'hypnose fait des merveilles
...
 
____________________________________________
 
 
J'ai envie de répondre en provoquant !
 
Si vous avez un souci de trauma, le mieux est de commencer par apprendre l'anglais.
 
Les USA abritent un peuple de brutes violentes, mais aussi paradoxalement, tous les génies et grands créateurs de ce monde.
 
En France, il ne faut jamais sous estimer l'incompétence des scientifiques. Il n'y a qu'à voir le docteur Raoul pour l'épisode Corona Virus. Le mec a dédié à l'américaine sa life à la recherche. Au lieu d'être écouté pendant la crise, il s'est fait flinguer. L'incompétence dans une grande généralité pollue notre pays. Les spécialistes et experts ne dédient pas leur vie à la rercherche et à la pratique. C'est ainsi.
 
Si vous avez un trauma et que vous souhaitez le résoudre via les thérapies comportementalistes, laissez moi vous donner les résultats de la recherche américaine (sachant que la recherche française est presque inexistante...)
 
Il y a exactement 15% de cas de traumas qui ont connu une amélioration avec les TCC (thérapies comportementalistes)  dans des recherches sur les femmes. Les TCC apportent un soutien, mais ne résolvent manifestement rien. Ce qui n'est pas si étonnant quand on y réfléchit. C'est juste un raccourci pour essayer d'éliminer le signal.
 
Donc merci de me conseiller une démarche qui a un taux d'échec de 85%, mais si vous ne voyez pas d'inconvénient, je vais passer mon tour...
 
Et mon conseil est d'apprendre l'anglais. Car paradoxalement, le temps dépensé pour l'apprentissage de la langue offrira l'accès ensuite aux immenses ressources américaines et à leurs experts et au final dans le cycle de vie, le problème du trauma sera probablement réglé avant le français qui patauge avec ses petits docteurs français à l'expertise pour le moins hasardeuse... 
 
Vous n'avez pas idée du nombre de propositions que j'ai reçu de traiter mon trauma de naissance parce que la personne avait eu du succès avec les TCC pour aider les gens à arrêter de fumer ou d'autres babioles... Certes l'intention est bonne à la base quand elles me contactent, mais c'est de la toute puissance caractérisée. Et si vous pouviez aussi imaginer le nombre de gens qui sont venus à moi en m'expliquant leur odyssée à travers les thérapies françaises inadaptées qui leur ont fait péter des durites. Le plus dangereux, c'est le thérapeute qui utilise les bons outils pour le trauma mais qui n'a pas pigé de quoi il en retourne, et donc ne sait pas accompagner la personne et créer le cadre pour intégrer, en étant persuadé que l'objectif est de se souvenir car se souvenir est le meilleur moyen pour intégrer (une démarche purement adaptée aux névroses), donc à l'envers complet...
 
Quand la mémoire traumatique est activée, le cerveau est knock out et tout est gelé. Les TCC veulent exposer par la raison la personne à ses angoisses pour désactiver la charge et montrer qu'il n'y a pas de danger. Et d'ailleurs, ca marche bien. Sauf quand les angoisses sont traumatiques... exposer sous contrôle d'une mémoire traumatique un individu à une expérience, c'est juste rigolo au delà encore une fois d'une incompétence dangereuse. Y a pas de cerveau disponible quand on se fait haper par le trou noir du trauma. Et il faut voir le corps bouger. On est plus proche de Rain man avec Dustin Hoffman et Tom Cruise. Tout le système est submergé par l'intensité des sensations.
 
Il existe une grosse littérature sur le sujets des vétérans US. Et on peut apprécier tous les échecs des médecins qui tentent de gérer les millions de soldats US aux proies depuis des décennies à des retours à la maison un peu sportifs. En consultant tout ceci, il est alors possible d'éviter les pièges de l'incompétence française en sachant dire non avec discernement.
 
Ce que j'ai appris en recherchant cet univers, c'est l'échec de toutes les tentatives pour désensibiliser ou tuer le signal ou le gratter comme avec les névroses pour les vétérans PTSD. Le trauma a un spécificité, c'est que le corps identifie une alerte identique à celle de la situation de départ puis tout le process se met en route, mais ne s'arrête pas. Il n'y a pas de fin. Car le cerveau n'a pas intégré l'expérience. Et donc on en chie tous quand on tombe dans le trou noir.
 
Dans mon cas, dormir = mourir. Donc chaque tranche de 24h déclenche l'alerte... c'est d'ailleurs pour cela que deux de mes trois films préférés depuis 20 ans concernent mon trauma. Un jour sans fin avec Bill Murray et La légende de Bagger Vance de Robert Redford. Quand j'ai pigé les traumas, j'ai éclaté de rire en me souvenant de ces 2 films que j'ai du regarder déjà 25 fois...
 
Et je ne me livre pas non plus à de l'américanisme primaire. En 2010, donc récemment, 40 ans après l'expérience désastreuse du Vietnam, 49.425 vétérans d'Irak et d'Afghanistan ont demandé à être traité pour PTSD. Seulement 10% ont complété le traitement officiel... et l'étude ne mentionne même pas les performances sur les 10%. Nous sommes sur un taux d'échec de 95% à la louche. Donc les USA n'ont toujours pas appris à s'occuper de leurs soldats malgré les recherches et leurs génies. Les institutions américaines sont corrompues à mort et dépensent environ 5 milliards de dollars par décennie juste pour calmer ses anciens combattants à l'aide de pillules... Seulement, celui qui sait chercher peut trouver des pépites introuvables ailleurs.
 
Ne remettez pas votre pouvoir personnel à de mauvais docteurs ! C'est comme sur youtube quand les apprentis épargnants suivent et achètent des idées de youtubeurs qui ne jouent pas en bourse. Ce qui revient à aller chez le boucher du coin qui a lu quelques livres sur le tennis pour lui demander de nous apprendre à être un joueur de tennis pro...
 
Citons pour finir les comités d'experts américains à New York qui ont décidé après les attentats 2001 d'ouvrir deux types de cabinets aux survivants. Les TCC et l'analytique. Au bout de plusieurs semaines, personne n'avait visité ces cabinets pour trouver de l'aide... Un des responsables a lancé une enquête auprès de 225 personnes. Toutes les personnes avaient trouvé de l'aide auprès de masseurs, de yoga, d'acupuncture et d'EMDR. Conclusion, naturellement, les traumatisés savent que parler ne sert à rien. C'est dans le corps et avec le corps qu'il faut dealer la mémoire.
 
Charles
Lu 525 fois Dernière modification le mardi, 14 juillet 2020 22:51

Voir tous les articles de