Quand on naît dans le mauvais pays

  • Il faut rectifier le tir coûte que coûte ou moisir frustré...
  • Je veux concrétiser en Thaïlande MON mode de vie
  • Ce à quoi je crois, qui me travaille depuis 40 ans les tripes

Chapitre 8 : Je voudrais vous parler d'un cygne noir

 

La première fois que j'ai lu le Cygne noir de Nicolas Taleb, j'ai été renversé. Il formalisait pleins de constats que j'avais fait sans pouvoir y donner du sens ou relier mes observations. Je crois énormément que la vie se joue dans les moments exceptionnels, les cas rares qui représentent de 1 à 5% des évènements que nous affrontons. Ce sont eux qui façonnent le profil de nos vies. Le petit gars Taleb, il est arrivé avec ses 500 pages et il m'a défoncé le crâne. En gros, il dit qu'il vaut mieux jouer le cas rare où on va toucher le jackpot et faire profil bas dans la distribution gaussienne des évènements le reste du temps, quitte à y laisser quelques plumes dont on a rien à faire, puisque le cas rare va rapporter 20 fois la mise.

Tous les humains font l'inverse ! Ils s'agitent dans les conditions normales de leur vie et disparaissent, ratant l'énorme opportunité quand le cygne noir se manifeste.

Je suis persuadé que l'être humain n'est pas libre, qu'il existe une puissance supérieure qui nous manipule à notre insu, qu'on appelle gentiment le destin. Moi perso, j'appelle ça une putain de foutue prison de merde. Chacun sa conception...

Les gens, à chaque fois que je les stresse un peu sur le sujet, ils me répondent tous en riant qu'ils sont totalement libres de leurs choix et ils me filent à chaque fois la longue liste des micro décisions qu'ils ont pris récemment comme preuve.

Ce qu'ils ne pigent pas, c'est qu'une toute minorité de décisions impactent grandement le résultat de nos vies et une énorme majorité de décisions ne fait qu'effleurer la direction suivie.

Dès lors, il est extrêmement facile de contrôler nos vies pour la puissance supérieure, par le biais de nos rencontres, par l'orientation de nos chemins à partir de simples échecs et succès clefs.

Nicolas Taleb m'a fait faire un gros pas de géant dans ma vie. Je suis devenu ultra vigilant sur les moments charnières, les cygnes noirs. Je les joue méthodiquement.

Certes, il y a une contradiction dans ce que j'écris. Si je crois que nous ne sommes pas libres, alors pourquoi affirmer que je joue les cygnes noirs alors que j'y suis forcé ?

Il y a deux manières de jouer les cygnes noirs. Serrer les fesses, y aller à reculons, freiner des quatre fers, limiter au maxi l'impact, voire carrément fuir et ne rien faire et détruire le cygne noir... ou foncez à donf pour accompagner le mouvement et démultiplier sa puissance.

Combien de gens ais je vu rater le coche ?

Moi aussi, j'ai raté des trucs, mais depuis des années maintenant, je suis monté dans le wagon du destin. D'où d'ailleurs mon opinion tranchée sur la liberté humaine. Je sais quand le destin sonne à ma porte et me pousse gratuitement. Et quand il n'est pas là, je sais également à quel point tout se traîne. Je sais à quel point je suis dépendant des coups du destin. J'aimerais qu'il en soit autrement. J'aimerais que nous les humains, nous puissions faire ce que nous voulons. Mais la vérité, c'est qu'il y a des limites.

Une seule fois dans ma vie, j'ai joué mon cygne noir et des années après, je suis encore très largement perdant. Je suis donc bien placé pour ne pas être dogmatique sur le sujet. Je ne sais toujours pas à vrai dire s'il faut accompagner ou freiner, voire jouer à contre. J'ai perdu trop gros sur la fois où je l'ai pris dans la gueule. Et j'ai malheureusement aussi gagné énorme avec les cygnes noirs. Je viens du trou du cul de la banlieue de Tours. Je me suis fait tout seul, sans diplôme, sans jamais suivre les règles de la masse, en affrontant de sérieuses épreuves dont je me serais bien passé. J'ai vraiment commencé à vivre qu'à l'âge de 30 ans. Je me souviens avant des gens qui tentaient de résoudre mon souci. Je les revois me dire que dans mon cas, c'était sans espoir... En dix ans, j'ai explosé, à coups de cygnes noirs laissant ces gens conventionnels dans leur univers, en partant de rien et avec des bouts de ficelle.

Dans le business, j'applique le cygne noir en adoptant un comportement de chercheur d'or. Cela signifie que je ne joue pas les parties sauf quand tout est aligné pour que je gagne. Je suis prêt à attendre des années comme un chat devant sa souris planquée. J'ai attendu pendant trois années un cygne noir qui me permettrait de de me diversifier. En fait, cela remonte à bien plus car j'avais déjà essayé en 2006 de me diversifier et j'avais échoué. Au total, j'ai attendu 7 ans mon cygne noir pour le business, pour mon ticket, ma quatrième entreprise. Quand il a eu lieu, par le biais d'une rencontre dans un lieu hautement improbable, à Bangkok, avec une personne spécialisée dans une activité, au top de ce qui se fait en France, j'ai tout de suite pigé que je tenais le truc. Et j'y suis allé à fond. C'est du tout ou rien le cygne noir. C'est extrême comme approche. Il faut se rendre compte qu'attendre des années et des années un évènement, sans jamais craquer, refuser des centaines de fois des propositions pour bondir sur une seule, la bonne, c'est contre le fonctionnement basique de la nature humaine.

Avec les femmes à Bangkok, cela se traduit également par un comportement chercheur d'or. C'est à dire que je perds le moins de temps possible avec la distribution gaussienne des rencontres. J'identifie à l'aide de mes scans intuitifs (j'en ai déjà parlé ici : http://charlesdereeper.com/vivreaucostarica/Ch13.html ) et de mon expérience rationnelle très rapidement les femmes et je passe à la suivante quand les résultats sont négatifs. J'apprends le peu que je dois apprendre et je continue ailleurs ma route.

Beaucoup de gens s'égarent dans des contacts amoureux qui sont voués à l'échec à court ou moyen terme. Ils perdent un temps fou à concrétiser du bancal.

Ils font cela car ils ne croient pas à la théorie du cygne noir. Ils sont persuadés que jamais aucun cygne noir ne se manifestera dans leur vie. Ce faisant, ils bousillent leur vie, car les plus grandes sources de beauté se manifeste avec les cygnes noirs.

En mai 2014, ma niak est un peu revenue. Les trois mois qui vont suivre à Bangkok vont m'apporter une succession de cygnes noirs alors que je suis sur un échec monumental de 100 femmes consommées et oubliées en trois ans car pas assez de compatibilité.

Comme à chaque fois dans la vie, ce qui m'énerve totalement, l'état intérieur émotionnel génère le profil des évènements extérieurs. Je déteste la vie humaine, sérieux.

Je suis en pleine remontée à l'intérieur et pof, ce dont j'avais le plus besoin depuis un an et demi et donc paradoxalement car je vais mieux, ce dont j'ai moins besoin désormais, se manifeste.

Un cygne noir féminin.

Il m'a pris au dépourvu totalement.

Enchaîner 100 femmes , je vous laisse deviner le niveau de désintérêt dans lequel je suis. Je vis à horizon 24h. Je suis en train d'anticiper le futur comme un humain basique alors que je sais pertinemment avec le trading que projeter de manière linéaire le passé immédiat sur le futur est tout simplement une erreur. Je suis émoussé par mon rythme aussi. Je ne cherche plus de cygne noir à ce stade, mais je m'amuse intensément.

Le truc ci dessous est le cygne noir qui a débarqué à la sortie d'un restaurant. Il a un visage thaï difficile comme d'hab. Un corps dingue tout en courbe et en contraste avec une poitrine comme on croise une seule fois dans sa vie d'homme. Mais surtout, après la première nuit au lit, je comprends très vite que je tiens en un seul morceau réuni (ce qui me fait cruellement défaut depuis pas mal de temps) ma compatibilité émotionnelle (je ne supporte que les femmes capables d'honnêteté avec l'élaboration de leur ressenti) + comportement sexuel (une belle classe 4, une machine à jouir que je mets en route pour la première fois en poussant les vitesses, relire mon ch17 du blog du costa rica pour comprendre http://charlesdereeper.com/vivreaucostarica/Ch17.html ) + génétique (la génétique, c'est vraiment animal, pour le brassage de l'ADN et la reproduction histoire d'éviter de pondre des mongolitos en trop grand nombre).

Accessoirement, c'est la seule thaï sur 100 à ne pas manger de riz ni épicé et à être emballée par mon régime alimentaire un brin perturbant (je presse des kilos et des kilos chaque jour de fruits et crudités accompagnés de protéines, sans plus jamais avaler de céréales http://www.kocwc.org/blog/le-bilan-hallucinant-de-trois-mois-de-regime-a-base-de-jus-de-legumes-crus-et-de-fruits.html )

Dès le premier soir, je vais voir mes potes et je leur parle de cygne noir. Ce qui est fou, c'est que mon copain béber qui était là pour mon précédent cygne noir à Rennes 8 ans auparavant, est encore là pour le deuxième, en Thaïlande, alors que lui vit désormais à Hong Kong !

Il faut jouer les cygnes noirs... Les cas rares façonnent le sel de nos vies. Celui là est devenu ma deuxième régulière !

Dans la foulée, je vais rencontrer 3 autres femmes cas rares, des mini cygnes noirs.