Quand on naît dans le mauvais pays

  • Il faut rectifier le tir coûte que coûte ou moisir frustré...
  • Je veux concrétiser en Thaïlande MON mode de vie
  • Ce à quoi je crois, qui me travaille depuis 40 ans les tripes

Chapitre 6 : Comprendre la différence entre la France et la Thaïlande pour la femme

 

Autant, on me dirait que je suis un gros misogyne que je ne dirais pas non... autant, les gentils français tout beaux tout parfaits qui ne pensent jamais de travers comme moi, se comportent très mal en Thaïlande avec les femmes.  Parce qu'ils ne comprennent rien à ce qui se passe ici. Ils sont aveuglés par la réthorique française. Ce qui m'empêche de trop les juger même si je suis assez agaçé...

Il y a globalement trois formes d'organisations humaines possibles si on fait abstraction des ermites qui ne sont pas représentatifs en volume d'humains.

Un Etat plus ou moins centralisateur

Une tribu

Une famille

La France est l'un des Etats les plus centralisés au monde, qui prend en charge à peu près tout ce qui bouge sur un plan collectif et social.

La Thaïlande est un Etat beaucoup plus léger qui n'assure pas la fonction retraite, santé, chômage ou maternité.

A côté de cela, il existe également un autre axe de comparaison au sein des pays. A qui donne t on le pouvoir ? Aux hommes ? Aux femmes ?

En zone occidentale, derrière les discours bidons, la vérité est que la loi protège la femme supposée faible de l'homme très méchant.

En Asie et probablement en Afrique, l'homme a conservé son statut et son pouvoir. En Thaïlande, y a pas photo. La femme n'a aucun soutien étatique. Je ne parle même pas de la zone musulmane...

Il y a tout un tas d'économistes qui expliquent que le développement économique passe par la libération des femmes. Je veux bien, mais si libération des femmes signifie impossibilité d'être satisfait en tant qu'homme, la question mérite de savoir à quel prix on a intérêt à faire du développement économique en tant qu'homme...

Bref, revenons à la Thaïlande.

Je vais vous donner un exemple qui m'a fait mourrir de rire qui illustre la logique du pays.

Une femme thaïe à la tête de travers (ce qui arrive assez souvent), investi des millions de baths et se fait refaire de A à Z  la tronche en chirurgie. Le résultat final est convaincant. Elle finit par trouver un beau gosse et l'épouse. Il lui fait trois mômes...

C'est là que les emmerdes démarrent.

Les trois mômes ont tous une tronche de mongolito. Ils ont hérité de leur mère sur un plan génétique. Le mec beau gosse s'énerve, enquête et découvre le pot aux roses. Il porte plainte contre sa femme. Un procès a lieu. L'homme gagne (Normal oh ! Sale tricheuse va !) et la justice condamne la femme à payer des dommages et intérêts à son ex mari.

hahahahaahahahaha.

Ca, c'est un pays où les mecs n'ont pas encore baissé leur froc !

 

Bref, revenons à notre pauvre femme thaïe, vous allez être surpris par ma conclusion de misogyne.

Toute la société thaïe repose sur la notion de cellule familiale. C'est elle qui entre en jeu pour le financement des retraites des grands parents. Encore elle qui joue l'assurance maladie quand un membre a un gros souci...

Comme de nombreuses sociétés machisme, les hommes sont assez faignants, tapent sur leurs femmes assez souvent, leur piquent le pognon qu'elles gagnent pour aller jouer, boire et baiser d'autres nanas.

Si vous croyez que j'exagère, passez du temps en thaïlande et allez discuter avec les femmes. Je m'en suis tapé une centaine des 4 coins du pays. Ce scénario revient en boucle une fois sur deux.

Il y a pire et c'est là où je ne suis pas d'accord avec les gentils français catho refoulés qui comprennent rien et qui s'offusquent comme une sainte marie dès qu'une femme thaïe annonce un prix alors qu'ils ont déjà popaul en l'air prêt à dégainer.

Le salaire d'un job normal oscille pour 7 jours sur 7 de boulot, sans presqu'aucune vacances à 12 / 15.000 baths par mois, soit même pas 400 euros.

Sur ce montant, la femme thaïe dépense 2 à 3000 baths pour ses parents en aide financière. Un enfant coûte entre 5 et 7000 baths par mois. Il reste donc pour vivre pour ces femmes, entre 2 et 5000 baths par mois selon les pourboires qu'elles encaissent dans leur job, soit entre 50 et 110 euros par mois pour acheter la bouffe, se déplacer, avoir quelques fringues et un toit pour dormir.

Vous vous doutez bien qu'avec de tels chiffres, l'équation financière est impossible !

En face, si elles sont jolies, elles peuvent espérer sortir en plus de leur job une fois par semaine dans la nuit et se faire sauter par un étranger qui leur plaît pour 2 ou 3000 baths. En se démerdant bien, elles atteignent les 20.000 baths et sortent la tête de l'eau. Il y a celles qui carrément plongent dans le business de la vente de leur corps à temps plein, soit en indépendante, soit en gogo bar. Les gogos sont les reines financières avec des salaires supérieurs aux cadres même expatriés. Le souci, c'est qu'elles tiennent pas le coup très longtemps, le job étant éreintant. C'est plus un vagin qu'elles ont mais une quatre voies...

Un cadre expat de moins de 35 ans va gagner 80.000, voire 100.000 baths, soit 2500 euros maxi avant impôts. Les gogos tournent parfois à plus de 100.000 baths par mois.

J'ai encore vu récemment un espagnol cracher son mépris, sa haine de la pute et de la femme, plein de dégoût de cette monétisation. Pour la petite histoire d'ailleurs, trois jours plus tard, il en embarquait une. Comme d'hab...

La vérité, c'est que dés qu'un membre d'une famille est méchamment malade, la note de l'hôpital s'envole. Les familles ne peuvent pas payer. Ils envoient au tapin la plus jolie de leurs filles pour les sauver financièrement, parce que les hôpitaux vous laissent crever devant leur porte si vous ne pouvez pas payer. Ce n'est pas une blague.

J'ai entendu cette histoire des dizaines et des dizaines de fois.

C'est là que j'ai commencé à comprendre l'importance de la présence d'un Etat en matière de santé. Les assurances privés coutent 200 euros par mois, soit la moitié du salaire thaï !

Ces femmes n'ont absolument aucune solution à disposition dans l'économie locale. Il n'y a aucune aide de l'Etat, aucune protection juridique. Quand elles se font engrosser, le mec se barre et ne paye jamais rien. Elles doivent supporter intégralement la charge financière du môme, en plus de la santé et de la retraite de la famille.

Alors quand je vois le mépris des femmes occidentales en train de regarder toutes ces thaïes dans le milieu de la nuit ou les hommes qui se plaignent du sale esprit des femmes thaïes qui ne veulent pas aimer gratis, je trouve ca indécent. Ils ont tous la bouche pleine, un avenir assuré, des garanties et des protections et ils arrivent avec leur jugement à la con sans rien comprendre des différences.

Le pire du pire, c'est de voir tous ces hommes convaincus que si argent il y a, alors adieu les sentiments. Si une femme thaïe fait mine d'avoir des sentiments, c'est du fake parce qu'elle a besoin de pognon.

Elles sont toutes dans une situation de survie extrême qu'aucun occidental ne peut expérimenter du fait de la présence d'un Etat centralisateur qui rééquilibre un peu la brutalité de la vie humaine sur terre.

Les occidentaux ont littéralement oublié ce que veut dire survie et n'ont aucun respect en plus pour les gens qui ne sont pas au même stade de développement qu'eux, alors même que tous nous parle de la grandeur de leurs idées politiques sociales.

Quand on sort, plein de gens veulent nous parler. Ils ne comprennent pas notre comportement de fuite. J'écoute pas plus de 2 minutes les touristes et je décroche, passant pour un asocial. Ils ne comprennent pas qu'on a la nausée à les écouter.

En outre, le comble du paradoxe, ma grand mère fut entretenue toute sa vie. Ma mère fut entretenue également toute sa vie. La mère de mon ex femme fut entretenue à partir de l'âge de 35 ans, recevant une somme d'argent de la part de son mari chaque mois sur son compte en banque personnel.

Si on fait la même chose en Thaïlande. Si je donne chaque mois du pognon à une régulière pour la soutenir, je deviens un gros porc d'expat qui exploite la misère économique des femmes.

On vit dans un monde de barrés où les gens ne savent même plus écouter leur coeur au delà des jugements moraux imposés par des oligarchies qui tirent les ficelles en se marrant bien, vu que les lois ne les concernent pas...

J'entretiens deux régulières d'au moins 20.000 baths tous les mois sans compter ce que je lâche en cadeaux divers et vie courante.

Restent elles avec moi pour le pognon ?

La question qui obsède pas mal de français...

Déjà en ce qui me concerne, je n'ai pas du tout envie de me fixer avec elles. Donc, si elles ne sont là que pour le pognon, cela arrangerait mes affaires... hahahahaha.

Plus sérieusement, elles sont là pour le pognon parce qu'elles sont dépendantes de mes finances. Comme l'est Oscar au Costa Rica. Reste t il avec moi pour le pognon en en ayant rien à foutre de ma gueule ?

Sincèrement, je suis assez emmerdé par ma télépathie plus qu'envahissante. Si ces gens ne pouvaient pas me piffrer, j'aurais tout plein d'alertes qui clignoteraient aux endroits habituels dans mon corps... J'ai un radar beaucoup trop perfectionné dont je me passerais bien, assez souvent.

Ces deux femmes que j'entretiens à long terme sont pleines de sentiments. Tonio qui en connaît bien une, a une phrase qui résume tout : Beau cul (son nom de code), tu peux faire absolument n'importe quoi, elle suivra.

C'est avec cette femme que j'ai expérimenté l'engagement. Je pense que cette femme que j'entretiens financièrement (bien qu'elle a plus de 500.000 baths sur son compte bancaire) est plus attachée à moi que la majorité des grognasses françaises que je me suis enfilé sans mettre d'argent sur la table.

Quand à l'autre, la deuxième qui n'a que 3 mois au compteur avec mois, c'est simple, elle a pété un plomb sur moi. J'y reviendrais car l'histoire n'est pas banal. C'est mon cygne noir de Thaïlande !!!

Oui je suis misogyne, mais les européens, eux, sont vraiment très cons avec leur morale et totalement aveuglés, incapables de cerner les différences. La condition de la femme thaïlandaise est absolument préoccupante de dureté. En plus, grâce à Budha qui calme tout ça, elles vivent leur destin avec beaucoup moins de violence que ne le font les gens des pays riches. Ce qui est admirable, alors qu'elles en prennent plein la gueule, bien plus que ne laisse supposer leur façade. En plus de tout ça, elles baisent comme des reines et sont incroyablement généreuses avec leurs désirs, ce qu'aucune grognasse blanche n'est en mesure d'égaler.

Pour finir le portrait, dès lors qu'un homme blanc paye, il s'estime en droit de faire n'importe quoi, de mentir et d'agir en destruction totale. Je mens comme un arracheur de dent moi aussi, mais uniquement pour préserver ma polygamie active. Je ne mens jamais en promesse de futur, de mariage, d'aide financière jamais versée, de voyages jamais réalisés, de sentiments jamais éprouvés. Je mens uniquement sur mon emploi du temps...

Y a une limite à ma bonté... oh !

Une femme à qui on promet une relation amoureuse alors qu'il n'en est rien, encaisse un coup de canif, puis un autre, puis encore un autre, ce qui la déglingue lentement mais surement. L'alcool fait le reste. C'est triste. Personne ne mesure à quel point les hommes occidentaux racontent de conneries ici. On hallucine. C'est totalement hors norme social. C'est impossible à deviner tellement cela va loin. On pensait être des salopios alors qu'en réalité, on a juste un souci de fidélité à gérer. Nous sommes des 5 étoiles en comparaison des touristes au niveau de notre contact. Je vous cite un exemple parmi des dizaines. Certains hommes promettent une virée à Koh Samui, demandent à la fille de faire ses valises et de se préparer, ce qu'elle fait. Ils confirment tout par téléphone et donne RDV dans une demi heure avec des MA CHERIE MON AMOUR à tout va... et ils ne viennent jamais.

En dehors du baratinage, il y a aussi un autre truc qui nous fait sauter au plafond : la misère sexuelle et affective de l'homme occidental. On a vu tellement de trucs dingues. Les hommes pètent des boulons tellement ils ont besoin de femmes. Il y en a un énorme paquet qui payent juste pour pouvoir parler à ces femmes thaïes lorsqu'ils sont de retour dans leur enfer européen. On les appelle les SPONSORS ici. Ils envoient pendant 6 mois, un an, parfois plus entre 10 et 20.000 baths par mois pour un contact quotidien en anglais approximatif au téléphone. Je ne parle même pas de ceux qui se sont faits embobiner et tondre de dizaines de milliers d'euros dans des affaires sulfureuses. Il y a des cabinets d'avocat qui bossent à temps plein sur cette niche de clients.

Ce qui les piège tous ces hommes, c'est qu'ils sont incapables de diagnostiquer si une femme a des sentiments pour eux ou non. Quand on n'y voit pas clair en soi, on ne peux pas cerner les enjeux émotionnels en face chez les autres. Sinon, cela prend deux secondes pour déterminer si fake il y a...

Croyez moi, il y a des coups de bite à ne jamais donner... même si le packaging en face est tout brillant et miaule agréablement à l'oreille...