Quand on naît dans le mauvais pays

  • Il faut rectifier le tir coûte que coûte ou moisir frustré...
  • Je veux concrétiser en Thaïlande MON mode de vie
  • Ce à quoi je crois, qui me travaille depuis 40 ans les tripes

Chapitre 36 : Les raisons de la fin de ma quête de la relation amoureuse qui déchire

 

 

Toujours cette question qui revient en boucle dans les emails : n'existe t il donc pas une relation amoureuse satisfaisante à horizon plus de 10 ans ?

Ba la réponse est non.

C'est obligé d'échouer de par les mécanismes de sélection des partenaires auxquels nous obéissons tous !

Grosso modo, nous avons la moitié de notre vie qu'on ne voit pas, les polarités reniées et refoulées. Nous avons aussi un énorme paquet de sub personnalités qu'on ne connaît pas, qui jacassent à l'intérieur de nous à notre insu, bataillant pour prendre le pouvoir central, s'affrontant en interne dans des conflits intérieurs qui aboutissent la plupart du temps à de l'auto destruction (et je ne parle pas ici de drogue ou de mutilation physique mais de la petite auto destruction qui empêche d'être heureux et de pleinement créer ses rêves, constat qu'on a tous fait dans mon groupe privé d'entrepreneurs accessibles ici https://boutique.objectifeco.com/categorie-produit/charles-dereeper/ )

Nous les humains avons aussi embarqué en nous l'image de nos deux parents, pour le pire et pour le meilleur (même si en réalité, c'est souvent pour le pire...). Enfin, nous avons un stock de blessures émotionnelles d'enfance à dénouer. Autant dire que la barque est bien bien chargée au départ à 20 ans.

La mécanique de la relation amoureuse consiste toujours à choisir le partenaire le plus adéquat pour bosser ce sac de noeud et faire remonter à la surface toute la merde, blessures, sub personnalités en conflit, reniements et refoulements émotionnels. Cette mécanique est inconsciente et j'ai l'impression incontrôlable. Même quand on fait gaffe, l'évolution et ses impératifs gagne toujours.

On arrive dans la vie d'adulte et quand on trouve un partenaire adéquat capable de renvoyer la balle, on se dit que ca y est. Il est la solution. Nous ne sommes plus seuls. Lui va prendre en charge tout notre côté sombre et tout va aller mieux dans le meilleur des mondes.

Qui a connu cela pendant 10 ans ?

Réponse : personne !

100% d'échec assuré, garantie par contrat.

Tout simplement parce qu'aucun humain ne peut prendre en charge la merde d'un autre. A un certain niveau, il n'y a que nous et nous seul qui puissions le faire. Systématiquement, l'autre lâche l'affaire de nos problèmes car il a les siens à long terme.

J'ai donc arrêté ma quête quand tout ceci est devenu évident pour moi.

Ce que je vois partout autour de moi dans le monde, ce sont des humains qui espèrent en passant d'un partenaire à un autre, sans jamais s'arrêter dans cette course folle pour casser la mécanique répétitive en la rendant productive (car encore une fois, à ce stade de ma vie, je doute qu'on puisse s'en débarasser. Donc autant l'agrémenter !)

Mais la question suivante est : que se passe t il quand on commence à prendre en charge notre propre merde ?

On part à la conquête des parties reniées en nous, en les découvrant via nos interactions avec les autres. On découvre des sub personnalités dont on ignorait l'importance. Les émotions refoulées commencent à arriver en temps réel dans notre champ de conscience... c'est l'effervescence.

Puis vient la construction.

On associe les polarités inverses, en vivant un sentiment et son contraire, 5 minutes l'un puis 5 minutes l'autre, puis on les associe et... ils s'annnulent, se neutralisent comme toute forme d'énergie sur terre, à base d'électricité avec du + et - !

Et... ?

On en vient à faire l'expérience de l'unité.

Et avec cette unité, on perd l'envie d'un autre capable de nous prendre en charge.

Vient alors la question de ce qu'on peut partager avec un partenaire amoureux ?

La vulnérabilité ?

Franchement on peut le faire avec un coach, un psy, des amis, des humains. D'ailleurs, la plupart des "amis" ne se montre jamais vulnérable entre eux. Et encore moins avec leurs conjoints. Ce qui est marrant, car après les gens parlent de vrais et faux amis, d'un couple qui marche ou qui se ment... donc justifier le choix d'une femme comme relation amoureuse car émotionnellement, elle est (a l'air...!) bien en place, est une pure manipulation de soi.

La tendresse ?

Clairement, on ne va pas partager de la tendresse avec son pote. Donc là, il y a besoin d'un autre même si les animaux de compagnie chats et chiens en tête proposent une sérieuse alternative sur la place de marché...

Le cul ?

On ne va pas baiser ni avec son pote ni avec son chat.

C'est là où moi, j'ai fait mes choix. J'ai choisi le cul entre mes nanas et moi comme base de relation parce que cette opération est impossible à sous traiter ailleurs. Tout le reste l'est !

Mon idée reste qu'il faut une base absolue en cul dès le départ, directement opérationnelle, 100% naturelle et une base relative en vulnérabilité qu'on peut faire évoluer à long terme en l'agrandissant. Je vous rappelle que les femmes n'évoluent pratiquement jamais en cul alors qu'elles ont une bonne faculté d'évolution en vulnérabilité.

 

I belong to Bangkok mes amis ! FOREVER !

Whaouf Whaouf...

 

Charles Dereeper