Quand on naît dans le mauvais pays

  • Il faut rectifier le tir coûte que coûte ou moisir frustré...
  • Je veux concrétiser en Thaïlande MON mode de vie
  • Ce à quoi je crois, qui me travaille depuis 40 ans les tripes

Chapitre 28 : Maîtriser le cerveau reptilien de la femme ou obtenir son mépris

 

Il y a des choses qu'on pressent dans la vie, mais qu'il est difficile d'accomplir sans trembler.

En voilà une. Les femmes ont un cerveau reptilien qui les prédispose à se faire dominer et recadrer par l'homme.

Avec une en tête de ce genre, je suis certain d'avoir perdu 50% des lecteurs... donnez moi une chance de vous expliquer le truc, car c'est ultra puissant. Il y a de quoi toucher le pactole quand on a compris la mécanique. Et c'est pas une fausse promesse de marketeur. Le pactole. Votre femelle va s'ouvrir comme une fleur !

A force de multiplier les expériences, j'ai commencé à identifer des patterns. Les femmes testent leur mec. Elles en ont besoin. C'est plus fort qu'elle. Elles tendent des pièges. Tout le temps. Plusieurs fois par mois au minimum.

Si en tant que mec, on y répond par faiblesse ou gentillesse ou faignantise... par la positive donc, on perd sur tous les tableaux. On perd toute crédibilité. En surface, on ne voit rien, mais en réalité, une guerre souterraine vient d'avoir lieu et l'homme l'a perdu. La femme méprise son mec qui n'est pas capable de la protéger correctement de ses propres conneries.

En clair, il y a des moments où il faut savoir dire NON, poser des limites, encadrer sa femelle même si le désagrément qu'elle va vivre avec le NON sera très fort.

Pour y arriver, il faut piger le cadre, sa structure. Cela aide à identifier quand elle est en train de jouer avec le feu reptilien en mode animal et cherche la protection de l'homme qui va l'imposer par domination.

Comment sait on que l'homme a gagné la guerre souterraine reptilienne ?

Parce que la femme va s'ouvrir de manière incroyable. Elle va se sentir comprise et tout va suivre derrière. J'ai assisté à ces ouvertures. C'est toujours la même mécanique.

Quand je dis non parce que j'ai identifié la destruction derrière l'action en cours, je porte le NON en expliquant pourquoi, affrontant la frustration de ma femelle.

Dans un premier temps à chaque fois, il y a un trépignement, des pleurs, des tentatives de séduction... bref toutes les armes émotionnelles habituelles des femmes. Mais vu que je sais ce que je vais toucher derrière en jackpot confiance, respect, ouverture et cul, je n'ai plus aucun problème pour tenir ma position du non.

Dans un second temps, la femme part mariner dans son coin le non et le pourquoi du non...

Certaines marinent plus vite que d'autres... enfin bon, cela reste des femmes hein... On ne peut pas leur demander non plus de dépasser le dernier processeur INTEL...

Toujours est il que la phase 3 est le moment où la femme finit par piger que dans le fond, j'ai été courageux de m'opposer à sa connerie et que ma décision n'est pas du tout égoïste mais au contraire vise à 100% son bien être long terme. Et là, c'est l'appel d'air massif.

Je deviens dieu sur terre. Bon Boudha maintient son leadership, mais je deviens son directeur général hahahahaaha... Il est temps de toucher mes stock options... ouh la jolie culotte que tu vas enlever tout de suite... héhéhéhéhéé.

C'est l'explosion de confiance. La femme s'aperçoit qu'elle peut se reposer sur moi, que je parviens à mieux guider sa vie qu'elle même (vous allez me dire, la perf n'est pas énorme... oui oui, je vous confirme...)

La semaine dernière, j'ai vécu le cas de figure avec la gamine. Elle est arrivée avec le choix le plus terrible à faire. Elle le portait sans l'avoir compris. Les conséquences d'un non de ma part étaient énormes. J'ai du consulter quelques potes pour savoir si je déconnais ou pas dans mon non !

Ce fut NON !

J'ai tremblé pour une fois.

Mais j'ai porté la position !

Et j'ai gagné une énorme bataille. Des portes se sont ouvertes. J'ai touché le pactole en terme de lien avec la Gamine. Ce fut la plus grosse avancée de nos un an et demi de relations.

Quand je regarde mes potes faire, la plupart du temps, personne ne cultive le lien, la confiance, le truc du contact dont je parle partout sur ce blog. Au contraire, je les vois faire des trucs que je ne ferais jamais, parce que cela attaque le lien. Et après, ils récupèrent quoi ? Des crises multiples et interminables pendant que la gamine ne me fait presque jamais chier avec rien parce que je l'ai massivement sécurisé.

Je crois que les hommes ne sentent pas bien le lien reptilien qui existe en permanence avec les femmes.

En fait, je finis par me dire qu'on a élevé notre génération dans un énorme piège : la femme est égale de l'homme et n'a pas besoin de l'homme pour survivre désormais.

Du coup, les femmes ont arrêté de baiser parce qu'elles se tuent à la tâche de la survie alors que nous les hommes sommes naturellement équipés pour faire ce job...

Et les hommes ont entendu dans la proposition le fait qu'il n'avait plus rien à branler dans l'art de s'occuper d'une femme... et résultat, ils passent leur temps à ne pas répondre à leurs attentes et les heurter en les insécurisant sans même comprendre ce besoin primaire féminin...

Tout le monde y perd avec ces conneries. Moi, je dis : connards d'oligarches des années 60 qui ont créé la croissance éco en se reposant sur la démographie et le travail des femmes pour accélérer le process en augmentant mécaniquement la quantité d'actifs, au lieu de se contenter de la croissance faîte sur des simples gains de productivité.

Maintenant, on est tous niqué dans un monde de cons où rien ne marche... en même temps, quand on pige les trucs et d'où ils viennent, c'est un champ de tir où on met dans le mille à chaque fois sans se crever...

 

I belong to Bangkok mes amis !

Whaouf Whaouf...

 

Charles Dereeper