Quand on naît dans le mauvais pays

  • Il faut rectifier le tir coûte que coûte ou moisir frustré...
  • Je veux concrétiser en Thaïlande MON mode de vie
  • Ce à quoi je crois, qui me travaille depuis 40 ans les tripes

Chapitre 27 : Si vous devez lire un seul édito de ce blog, misez sur celui là !

 

Aujourd'hui, je vais livrer 4 mois de vie en un seul édito très long qui répond à des dizaines de personnes en même temps que j'ai croisé récemment, toutes mes expériences perso aussi que j'ai analysé et mes choix finaux. Si vous devez lire un seul édito du blog de Thaïlande, c'est celui là !

Numéro 1 sur 27 !

J'ai pas mal réfléchi ces derniers temps donc. Comme je reçois toujours de nombreux témoignages contradictoires, j'ai pu construire des raisonnements en arc en ciel basés sur la diversité des choix humains.

Y a un truc qui obsède littéralement les gens qui me lisent sur le blog de Thaïlande, c'est le mot IMPASSE AFFECTIVE.

Putain, alors ce truc là, il revient en boucle.

C'est comme si mon expérience de Bangkok matérialisait un choix opposé qui tape sur le refoulement de tout le monde...

Laissez moi vous expliquer mes questions, ce que j'ai vu et ce que je compte faire, concernant l'impasse affective, l'âge auquel on se couche dans un compromis et dans quelle condition, on vend sa peau...

Laissez moi vous parler du jeu des occurences qui est un tremplin majeur pour obtenir ce qu'on veut dans la vie et pourquoi il échoue avec les relations amoureuses.

 

PREMIER PROBLEME A RESOUDRE

Nous avons nous les hommes (je rappelle que vous êtes à 89% un public masculin ici) tous des priorités différentes dans nos choix amoureux.

Si je fais une rapide petite liste, on trouve comme critère de sélection d'une femelle

- sa couleur de peau

- son argent

- ce qu'elle représente socialement (j'en connais des énervés qui se sont pris  une femme chiante juste pour pouvoir la sortir en société et en famille... bien sous tout rapport, nul au lit comme il se doit)

- son cul

- ses seins

- son visage

- sa manière d'être au quotidien, sa discipline à tenir un foyer, une famille

- son côté maternel sécurisant

- son contact émotionnel non refoulée

- son aptitude à baiser

- son cerveau pour partager des réflexions intellectuelles et amicales (à condition d'idéaliser la femme sinon, bonjour le niveau... surtout quand madame est tirraillée par ses émotions et ses hormones...)

..... bref

 

CE QUI AMENE DEJA PLUSIEURS REFLEXIONS

Comment voulez vous qu'on se comprenne nous les hommes avec toute cette diversité de critères ?

Je ne connais personne aujourd'hui qui a su bâtir un compromis au sein de sa liste de critères qui lui explose durablement la cervelle, c'est à dire au delà de 5 ans de vie commune plein temps. Tous les mecs sont mi figue mi raisin passés 40 ans... Rarement vu un mec satisfait par ses choix. Il y a toujours des béquilles et des grandes théories foireuses en surface.

Il n'existe aucune femme qui colle parfaitement à nos besoins, tant qu'on aura pas réussi à implémenter la généralisation des robots dans les choix amoureux. C'est une autre histoire mais si une startup décodait l'ADN qui fait l'adéquation sexuelle et par le biais d'interviews comportementales, identifiait les profils de femelles qui matchent sur une base de 3 milliards de sujets... avec les mâles, on aurait une meilleure chance...

 

EN OUTRE

En outre, il y a ce qu'on fait, ce qu'on dit, ce qu'on tolère vis a vis du regard des autres.

C'est totalement différent la plupart du temps. Encore aujourd'hui, je viens de voir un grand monsieur que j'estime beaucoup pour ses pensées, faire n'importe quoi dans les faits... Faire et dire, décidément, ce n'est pas la même histoire...

Certains hommes rêvent de critères et en choisissent d'autres dans la réalité avec les femmes.

Dans le fond, le problème est complexe. Il faut arbitrer entre nos conflits intérieurs, nos impératifs non compatibles. Et il faut pouvoir assumer derrière des choix qu'on a pris sans piger les conséquences immédiatement.

Sur le terrain, cela donne :

Ouais Charles, mais au bout de 5, 10, 15 ans (au choix dans la durée, j'en ai entendu de toutes les tailles), c'est difficile de maintenir le désir en place dans son couple... (tous les mecs qui m'ont sorti cette phrase baisait la plupart du temps une nana aussi excitante qu'une porte de prison... et au lieu de dire, ma femme ne m'excite pas, je n'aurais jamais du me marier avec, ce n'est pas la bonne combinaison qu'il me fallait, non... c'est le couple ou le désir qui est dur à maintenir, qui morfle à la place du choix réalisé et non assumé, elle est belle l'honnêteté des hommes dans ce domaine...)

En fait, en France, on ne se marie pas avec une femme qui nous excite. Cela ne se fait pas...

Il y a une expression tout prête dans la norme sociale française pour décrire ce cas de figure.

Quoi, tu vas te marier avec cette femme qui est si vulgaire ??? Qui manque autant de classe ???

J'en rigole parce que toute ma vie en France, dès que j'ai entendu cette expression de femmes vulgaires, invariablement, j'ai été checké le dossier et invariablement, le dossier était méga bandant...

En outre, la plupart des hommes tombe amoureux d'un visage et ne sont pas regardants sur le corps. Invariablement, ils se retrouvent coincés à long terme avec cette logique.

Cela me paraît ultra hasardeux que de se lancer dans une vie commune à horizon 20 ans avec une femme dont le corps ne suscite pas grand chose. Car le sexe est le ciment d'un couple. Et un beau visage est loin de suffire à exciter la nouille de ces messieurs (même s'ils sont les derniers à le reconnaître, le truc étant qu'ils parlent, mais qu'ils ne font pas ce qu'ils disent)...

Encore une fois, on ne mise pas en France sur le sexe à long terme. Cela ne se fait pas...

On mise sur l'amour Charles...

(Ca, c'est propre, ca pète sur le papier. L'amour ! On présente une amoureuse à ses parents, pas une traînée qu'on baise tous les jours comme un cochon pour son plus grand plaisir. D'ailleurs ce genre de femmes, en France, elles sont très très vulgaires et en Asie, les baiseuses ne sont que des esclaves qui ne sont pas libres. Voilà c'est dit Madame Michue. Vous avez bien raison d'ailleurs. Une asiatique qui pense qu'à baiser, c'est parce qu'elle n'a pas le choix. Elle n'est pas libre, sinon, elle ne le ferait pas. C'est impossible qu'elle aime ca. Tout à fait Madame Michue. Bravo pour cette perspicacité sur la nature humaine féminine...)

Ouais, autant dire que les hommes misent surtout sur un programme intensif et durable de branlettes solitaires de compensation. Drôle de choix de vie quand on y réfléchit...

Surtout que techniquement, le beau visage part en couille à 40 ans tandis que le corps qui ne suscite rien depuis le départ, cesse de s'entretenir et finit invariablement par 10 kilos de trop, ce qui accentue encore le piège du couple. Drôle de choix, je vous le dis...

Le corps a quand à lui une durée de vie plus longue que le visage si la femme sait l'entretenir, donc si on lui suscite l'envie...

Entre un corps qui excite et un visage, à long terme, vaut mieux niquer et choisir le corps à mon humble avis... Les deux en même temps, c'est le pactole. Mais combien d'entre nous touchont le loto gagnant hein ?...

Je ne peux m'empêcher enfin de rappeler le profil des mecs qui ne baisent pas. J'en croise un à deux par mois à Bangkok. Tous les mois. Des français qui ne sont pas concernés par le cul.

Le cul fait tourner la terre entière. La pyschanalyse en a fait le moteur principal de l'humain. Mais des Français, des vrais petits prêtes cathos castrés parfaits, déboulent et se la jouent : moi je suis libre de mes pulsions sexuelles. Je ne suis pas concerné. Ce sont les faibles qui se laissent aller à cette bassesse... et j'en passe.

De deux choses ou l'une, soit il existe effectivement des humains dont les pulsions sexuelles sont faibles, mais ma vie en Asie et en Amérique Latine m'a montré que mondialement, les hommes ne pensent qu'à un truc principalement dans la vie... baiser...

Mais bon. Sait on jamais ?...

Soit deuxième scénario, les petits prêtes cathos castrés sont juste des refoulés qui pour faire plaisir à leur maman et lui montrer qu'ils ne font pas des trucs interdits, parviennent à éliminer les pulsions sexuelles de leur champs de conscience. Bravo Messieurs... belle performance... totalement destructrice, car vous passez à côté du truc le plus beau de la terre... Merci Maman...

 

 

ON ME DIT QUE JE SUIS DANS UNE IMPASSE AFFECTIVE

Ha bon.

Je suis dans une impasse affective, parce que je ne suis pas amoureux avec mon coeur profond ?

Alors là, j'en rigole...

1 - je n'ai aimé qu'une fois dans ma vie et une majorité des hommes que j'ai rencontré n'a littéralement JAMAIS AIME.

2 - 95% des hommes que je rencontre ont fait l'expérience de la passion amoureuse et la confonde allègrement avec l'amour du coeur profond. C'est simple. Tous les gens que j'ai vu qui avait aimé vraiment m'ont tous fait part d'une longue ascension avec une ouverture du coeur à partir de 12 à 18 mois. Avant, c'était un plateau. Et ensuite, cela ne faisait qu'augmenter années après années. Tous ceux qui parlent d'amour alors qu'ils se sont laissés bassement aller à la passion amoureuse explique que l'amour, c'est bien au début. Les premiers mois, c'est l'explosion. Et ensuite, ca retombe au bout d'un an. Ca se transforme en tendresse...

La même tendresse que j'ai actuellement avec la gamine que je me garde bien d'appeler amour mis à part le fait que je ne me suis jamais laissé aller dans ma vie à la passion du départ qui reste pour moi une illusion basée sur de l'immaturité totale émotionnelle.

Donc en synthèse, on me dit que je suis dans une impasse affective sans amour alors que j'ai déjà ce que tout le monde a. J'ose juste dire qu'il ne s'agit pas d'amour du coeur profond. En faisant cela, je deviens un vilain garnement dans une impasse...

Je répondrais : hé les mecs, ouvrez votre coeur une seule fois dans votre vie et vous comprendrez que vous y êtes aussi dans votre impasse affective... c'est juste que vous n'avez pas envie de soulever le capot de votre moteur amoureux... et de voir votre choix...

3 - Mais la question n'est pas là dans le fond.

La vraie question est de savoir quel compromis on fait si on n'a pas d'amour... si on n'a juste que de la tendresse et de l'affection.

Le mec qui passe son temps à se branler frénétiquement tous les 2 jours dans le dos de sa femme, qui justifie cela en m'expliquant que c'est très agréable, il ne se rend juste pas compte que le sexe avec sa femme est si merdique que la branlette arrive à faire la compétition avec baiser sa femme... Parce que tous ceux que je connais qui s'éclatent au lit avec une femme et qui ont la quantité nécessaire NE SE BRANLENT JAMAIS...

Qui est dans l'impasse sur ce coup là ? Hein ?....

Evidemment, cela implique de pouvoir se dire que la douce branlette est aussi bonne que sa femme et donc de s'interroger sur la notion de compatibilité physique et génétique. Parce qu'une femme compatible et énervée au lit, franchement, cela déboîte 10 fois qu'une petite branlette.

Ce qui est fou, c'est de voir tous ces mecs se justifier leur choix de la branlette, sans même que le bon sens le plus élementaire ne les frappe dans leur équilibre.

 

L'IMPASSE EST BCP PLUS VASTE ENCORE QUE BRANLETTE ET SENTIMENT

Reprenons ma liste.

J'ai vu des hommes être incapable d'assumer de sortir avec une bombe sexuelle ou physique et aller baiser dans le dos d'une femme banale des putes pour rétablir la balance et l'équation.

J'ai vu des hommes avoir besoin de parler à leurs femmes, de se faire soutenir alors qu'ils rêvent d'autre chose, donc des hommes qui s'enferment par peur en rêvant de s'échapper du truc étouffant qu'ils ont eux mêmes créés de toute pièce. Allez comprendre...

J'ai vu des adorateurs de beaux visages, des gros seins, de beaux culs ou jambes, se taper pendant des décennies l'exact inverse de ce qu'ils désirent le plus physiquement, une femme au physique ingrat ou obèse ou sans poitrine ou sans cul ou... j'en passe.

Je ne vais pas faire la liste de toutes les impasses que j'ai vu.

Le truc à comprendre, c'est que nous sommes tous dans des schémas de compromis. Nous y sommes tous. Nous avons chacun notre impasse perso.

Et le truc à comprendre, c'est que très très peu d'hommes sont capables de regarder les autres avec leurs choix, leurs compromis différents, leurs impasses. Chacun croit à sa solution sans même piger la nature du compromis dans lequel il est emmanché et dénigre le voisin. Alors que tout le monde fait le même truc...

A titre perso je dénigre (en assumant totalement) tous ces mecs qui parlent d'amour alors qu'ils n'ont aucune idée de quoi il s'agit et se sont enfermés dans la basique passion au cycle de vie si court.

Mais je comprends aussi au delà que beaucoup ont des impératifs qui les forcent à masquer cette partie de leur réalité.

 

DONC LA QUESTION DEVIENT

Quand on est raisonnable et averti...

COMMENT JE ME COUCHE DANS MON COMPROMIS ?

Entre deux prisons, laquelle sera la plus facile à vivre à long terme 10 ans mini ?

Sur quoi on fait l'impasse ? Sur quoi on se bat ?

Qu'est ce qui compte vraiment ? En fonction de qui ? Du regard des autres, du regard de son coeur, de sa bite ? De son intellect ?

A qui donne t on le pouvoir de décider ?

Je pense après quelques années à tester qu'il faut justement TESTER les différentes formules de prison avant de pouvoir se décider !

Je constate massivement que beaucoup ont fait des choix de prison qui les tuent à petit feu et qui exigent un max de refoulement et de mensonges perso pour tenir en place.

En théorie, en optimisation de la vie, on devrait chercher à faire l'inverse, réduire les forces de frottement, tout ce qui pète les burnes, qui filent des cancers parce qu'on se ronge à petit feu de compromis insupportables qu'on ne parvient meme pas à regarder en face.

Quand je vois tous ces hommes et ces femmes qui se pointent la gueule enfarinée avec leur histoire d'impasse affective, qui me mettent en avant leur modèle basé sur un idéal, une idée de l'absolu qui se fissure invariablement au bout de seulement 3 à 5 ans... je me dis que ce sont des gamineries et qu'on manque tous d'expérience, d'occurences dans les relations amoureuses...

Si j'ai un seul conseil à donner, c'est de checker le background de toutes vos rencontres amoureuses. Il y a toujours toujours toujours un fil conducteur émotionnel caché qui se répète en boucle, d'une relation à la suivante, dont la plupart du temps, le porteur n'en a pas conscience. Si une femme me parle de seulement 5 relations de son passé, cela me suffit avec l'expérience pour la capter et savoir où je mets les pieds, à quel jeu on va jouer... Je connais mes patterns par coeur désormais, mais je suis toujours curieux de savoir quelle pattern je vais activer chez ma femelle.

Par exemple, avec la gamine, actuellement, c'est tout à fait incroyable. Elle a misé sur moi parmi des centaines de prétendants, alors que je mène littéralement une double vie entre le Costa Rica et la Thaïlande... et qu'elle est incapable de supporter la solitude. Elle en a pour son argent... hahahahaha.

Je ne peux que vous conseiller de toujours comprendre quelle pattern vous activez chez votre amoureuse et quelle pattern, elle active chez vous.

Sinon, les dés sont pipés et les emmerdes à long terme ne sont pas très loin de vous...

Je pense à mon ex femme. Elle me rencontre en 2006 et mise sur moi alors que je dois avoir à tout casser, 60.000€ sur mes comptes bancaires. 5 ans plus tard, j'ai bien gazouillé en business et je lui propose de l'entretenir dans une vie internationale au Costa Rica. Elle pète une durite dans les grandes largeurs. Je viens de sauter sur une mine, la pattern de base de ma chérie qui consiste à ne pas supporter de se laisser entretenir financièrement par un homme, compte tenu de l'exemple qu'elle a eu avec sa mère. Si on prend du recul, en 2006, jamais je n'avais songé à m'expatrier ni entretenir une femme. Je n'avais pas les moyens en plus... Le plus drôle dans l'histoire, c'est que le chérie suivant de mon ex chérie a activé le même truc en lui proposant de l'entretenir hahahahaha en bouchant les trous financiers de son budget mensuel...

Franchement, faut faire gaffe à ces trucs. Ce qui est malheureux, c'est qu'il faut enchaîner sur un plan quantitatif les relations amoureuses pour devenir agile dans ce dédale et piger les circuits émotionnels cachés. Or, on a besoin de ces compétences à 25 ans, pas à 40 ou 60 ans. La plupart des couples se forment entre 25 et 35 ans pour pondre des mômes dans un univers dysfonctionnel. Mais comment pourrait il en être autrement ?

Tout joue contre notre réussite quand on y réfléchit.

 

JUSTEMENT PARLONS DES OCCURENCES

Ma vie entière repose sur les occurences. Pour la majorité des gens, je suis un barré. En effet, je ne regarde jamais un seul évènement seul et unique de ma vie pro, perso, amoureuse. Je ne regarde que des séries d'évènements de 10 à 20 occurences mini répétitives. Je chasse les patterns, les biais, le hasard, le chaos, mes responsabilités.

Cela fait 20 ans que je pense de la sorte. Je procède par analogie et je reconstitue en permanence le résultat du hasard et ce que j'ai sous le nez pour comparer. J'ai énormément lu, énormément fait d'interviews pour affiner mes bases de données d'expérience humaine et pouvoir comparer avec un point central qui représente le pur hasard qui soit le plus juste même si la perfection ne peut jamais s'atteindre. Cela m'a pris au moins 15 ans et 1000 livres en plus des rencontres.

Le souci, le plus grand problème de ma vie que je n'ai pas pu résoudre, ce sont les relations amoureuses.

En effet, avec mon système d'occurences, en jouant les nombres, la discipline, la stratégie, j'ai pu avoir ce que je voulais en vie pro et perso. Si on a un souci de vie perso, une envie à faire, on la programme. Si on est déséqulibré, au pire, on se trouve un psy et on se répare. Tout est possible.

Il faut diagnostiquer et agir.

Pour le pognon, les gens pauvres le sont parce qu'ils le veulent. Sinon, on peut apprendre le business et le pratiquer jusqu'à obtenir financièrement la vie qu'on souhaite dans les limites du raisonnable économique (il n'y a que 250 startups récemment qui ont tapé le milliard de capitalisation... sur 7 milliards d'humains.........)

Mais au delà de la montagne d'argent, on peut obtenir presque tout ce qu'on veut dans le monde de l'argent, avec un bon process mental.

Le problème avec les relations amoureuses, c'est la liste de critères qui est trop longue. Pour chasser méthodiquement la combinaison gagnante, il faudrait niquer 10.000 femmes et se donner une chance statistique de toucher le bon numéro. Or on ne peut pas techniquement le faire. Donc, on manque d'occurences et on ne peut pas jouer les nombres.

On est donc totalement dépendant de notre destin, du hasard, du bon vouloir de la puissance supérieure.

On ne peut rien faire par soi même pour compenser le résultat du présent contrairement à la vie pro et perso qui peuvent être modifiées à loisir.

Donc on est condamné à se coucher, dans un compromis. A moins d'avoir un énorme coup de cul, qui n'est pas reproductible pour la majorité des hommes. Il n'y pas de solution gagnante à mon sens à ce jeu. Pas de stratégie dispo.

J'ai rencontré beaucoup de mecs beaux, coincés par la problématique de la quantité d'occurences féminines alors que sur le papier et les probas, ils disposent d'un choix beaucoup plus vaste. Le brassage des probabilités dans les relations amoureuses dépassent très largement ce qu'on peut concrétiser comme expérience. Beaux ou moches, au final, tout repose sur la chance contrairement à la vie perso et pro.

En un mot, on est niqué !

Même si on sortait notre bite tous les jours, il faudrait plusieurs vies pour arriver à trouver la combinaison qui déboite tout avec une femme.

 

CONSEQUENCE

J'ai décidé à 42 ans de me coucher et de renoncer à l'amour du coeur profond. Ce fut un déchirement. Puis un soulagement

Attendre une autre expérience comme ce que j'ai vécu avec mon ex femme, faisait encore plus mal et me stressait aussi trop.

Autant renoncer. Autant accepter la limite.

Comme je l'ai déjà exprimé dans ce blog, j'ai pris les ingrédients de la liste en toute conscience qui me semblaient être les plus durablement acceptables, compromis réalisé à partir de 150 expériences féminines en 4 ans.

Et je me suis couché. Comme une merde. Comme un looser qui a échoué et qui soigne sa sortie pour limiter la casse sur une position.

Je ne vais pas baiser 150 nanas de plus. 150 ou 300 quelque part, cela ne changera rien. Seule la chance à ce stade peut avoir un impact.

Donc j'ai abandonné.

Et je suis progressivement passé à autre chose.

Ce qui est marrant, c'est de voir que cette manière de penser devient UNE IMPASSE AFFECTIVE. Alors que j'ai choisi dans ma liste dans le top 3, le contact émotionnel profond / tendresse, chose qu'il est rare d'avoir car la grande majorité des femmes sont refoulées. J'ai une richesse émotionnelle qui dépasse la majorité des couples mais je suis dans une impasse...

C'est tout le côté paradoxal de ces emails que je reçois.

Je me demande si les hommes savent vraiment ce qu'ils font de leur vie et encore plus s'ils savent vraiment ce qui compte pour eux quand ils auront 75 ans et qu'ils se retourneront sur leur passé et leurs choix ?????

Ce qui me fascine dans le fond, c'est cette norme sociale qui leur dicte ce qu'ils doivent faire dans par exemple l'expérience amoureuse et cette manière si soumise de s'y conforter au lieu de se rebeller et chercher au fond d'eux mêmes les seules vraies réponses acceptables pour eux.

La norme sociale leur dicte comment juger et jauger la réalité au lieu de regarder de manière brute et directe les faits de la réalité et de se faire une idée par soi même à partir de son ressenti !

Comment peuvent ils renoncer à leurs perceptions aussi facilement et ne pas prendre le risque de sortir de la prison mentale qui leur a été imposée ???

Cela me fascine littéralement !

Si j'étais oligarche, je crois que je serais un mauvais oligarche qui empêcherait le système huilé de tourner à fond. Je laisserais des peaux de bananes traîner en espérant que quelques rares esclaves du dessous captent le message et se libèrent de mon pouvoir.

Rien ne m'insupporte plus que de voir des esclaves renoncer à leur liberté de penser en mode répétition tout en étant persuadé d'être libre...

Je le répète.

Je me demande si les hommes savent vraiment ce qu'ils font de leur vie et encore plus s'ils savent vraiment ce qui compte pour eux quand ils auront 75 ans et qu'ils se retourneront sur leur passé et leurs choix ?????

I belong to Bangkok mes amis !

Whaouf Whaouf...

 

Charles Dereeper