Quand on naît dans le mauvais pays

  • Il faut rectifier le tir coûte que coûte ou moisir frustré...
  • Je veux concrétiser en Thaïlande MON mode de vie
  • Ce à quoi je crois, qui me travaille depuis 40 ans les tripes

Chapitre 22 : Toujours profiter d'une femme qui pète un boulon - ca doit devenir un réflexe Messieurs !

 

Je reprends la rédaction de ce blog après 5 mois d'interruption. Désolé, mais j'ai modifé pas mal de trucs dans ma vie pro. Je n'ai pas eu une minute à moi.

Pourtant, l'actu a été riche à Bangkok. J'ai expérimenté plein de nouvelles choses qui m'ont fait changer d'envergure. Je vais tenter de synthétiser sur plusieurs articles tout ce que j'ai appris.

Commençons par cette leçon phare : ne jamais, je répète, ne jamais laisser une engueulade ou un accrochage ou un pétage de plomb d'une femme à l'abandon. Ce sont les plus belles occasions pour vivre des expériences sexuelles de qualité supérieure.

Bien sûr, si vous avez un contact faible avec une classe 1 ou un classe 2 dans votre vie courante, cet édito ne vous servira pas à grand chose.

En revanche, tous ceux qui ont sous la main, un vagin adéquat capable de vibrer, donc classe 3, 4 et 5, alors là, je vous invite à reproduire ma combine. Je vous garantis que ca paye super bien.

 

ACCROCHAGE, PETAGE DE PLOMB ou ENGUEULADE ?

Vous l'avez tous constaté comme moi. Une femme ne trouve pas son sommeil si elle ne pète en moyenne 2 à 4 boulons par mois... c'est la routine.

Cela va de la crise de mauvaise foi à je te quitte. L'arc en ciel est large, vous le savez autant que moi...

Quand on est inexpérimenté comme je l'étais du temps de ma vie en France, à avaler les conneries nationales, du genre EGALITE DES SEXES, les DROITS DE LA FEMME et autres salades en tout genre de gocho à qui on a coupé les couilles, évidemment, quand une engueulade arrivait, je gèrais comme un con de gocho à composer, arrondir les angles, ou lutter et expliquer ou communiquer.

Vous savez bien de quoi je parle.

Vous avez déjà du lire ou écouter les grandes salades modernes. IL FAUT COMMUNIQUER.

Ben voyons...

Si vous êtes comme moi, vous avez du constater l'efficacité du truc quand une femme est en plein pétage de plomb émotionnel... hahahahahaha, ca marche du tonnerre la communication. Elles sont capables d'aller de Paris à Marseille, en recommandant comme itinéraire Paris, Londres, Francfort et enfin Marseille. Et quand vous expliquez que Paris Lyon Marseille, cela ira beaucoup plus vite, vous devenez un dangereux donneur de leçon qui veut la contrôler et avoir toujours raison...

 

Oui j'ai changé à Bangkok...

Parce qu'une femme n'est pas capable de communiquer, pour la bonne et simple raison qu'elle ne comprend rien à son fonctionnement. Elle est la propre victime de sa nature. Communiquer avec un chaos, autant parler à un mur.

Alors, moi soldat Dereeper, j'ai testé jusqu'à m'apercevoir que la manipulation subtile marchait 50 fois mieux que la communication à la française. J'exagère pas. 50 fois mieux. Au chiotte la réthorique de la culture française. Cap sur l'efficacité !

 

Aujourd'hui, je peux vous confirmer que je ne communique plus avec une femme en situation de dérapage. Je lui accroche un hameçon dans la bouche, je la laisse partir dans son bordel émotionnel, je déroule le fil de ma canne à pêche, et quand le poisson est mûr, je remonte la ligne, je la fous au lit et je finis invariablement par avoir du super sexe.

C'est quand même mieux que de s'engueuler dans le cadre de l'égalité des sexes qui aboutit invariablement à des coûts émotionnels majeurs à vivre.

 

On va rentrer dans le détail...

La première étape, ca consiste à évaluer la nature de l'engueulade. C'est sûr que si ma girl friend vient de me surprendre la queue dans la bouche d'une autre, je n'ai pas la même marge de manoeuvre qu'avec un accrochage ou une engueulade pour cause mineure de vie courante. Encore moins s'il s'agit d'un simple pétage de plomb hormonal.

Il se trouve que je n'ai jamais affronté depuis 3 ans d'engueulade pour cause majeure. Je gère correctement mes affaires ce qui me permet d'éviter les cata, même si je frôle la cata régulièrement...

 

Dès qu'il s'agit d'une cause mineure, mon premier reflexe consiste désormais à ne pas entrer en débat sans fin à savoir qui a raison ou qui a tort, à vouloir comprendre comme je le faisais avant, à vouloir que la femme comprenne... J'arrête de faire mon français reloo de base formé à l'école catho gocho.

En fait, quand l'accrochage ou pétage de durite démarre, je me dis : tiens je vais super bien baiser aujourd'hui. Alors quel est le menu du jour ? Quel est le challenge ? Comment je la joue pour aller là où on va finir par aller... ?

Le pétage de durite est devenu un jeu dans lequel j'exerce mes compétences. J'avoue que j'y prends plaisir.

Imaginez déjà à ce stade de cet article. Vous avez une femme qui part en couille, qui cherche la merde, guerrière et en face, elle récupère une atmonsphère de jeu, de regard curieux et observateur qui cherche la faille, créatif, de challenge, d'absence généralisée de peur ou de colère.

C'est un peu chiant pour s'engueuler non ? Pas de ping pong possible pour elle.

Mais croyez moi, cela ne les arrête pas. Quand les hormones tiraillent la femelle, la mauvaise foi est à 2cm du bout de leur nez, ce qui aide fortement à ne pas regarder les détails gênants du comportement.

 

La deuxième étape, c'est de ne rien dire, ne rien faire et au contraire de savonner la décharge émotionnellle au maxi des possibilités...

Ce que j'ai appris dans la vie, c'est que les émotions ne durent pas longtemps quand elles sont vécues à fond. La merde, c'est quand l'émotion est bloquée et refoulée et qu'elle se met à tourner en boucle sans sortir.

Donc, moi dans les 10 premières minutes, je balance que des phrases destinées à pousser à l'intensité maximale la colère ou l'émotion du jour. Si l'humeur est au chaos et à l'irrationnalité, je sors des trucs encore plus chaotiques ou irrationnels. Il faut que la femme se décharge de son trop plein.

C'est à ce moment là que j'accroche l'hameçon dans leur bec à leur insu !

Ensuite, j'accompagne la redescente par la dérision totale, hors norme.

Oh non, on s'engueule pas aujourd'hui. Je suis de bonne humeur. J'ai bien dormi. J'ai... bla bla bla, des trucs débiles et basiques pour refuser de m'engueuler. Oh non j'ai bu un jus de carotte là, je suis relax; Oh désolé, je n'arrive pas à m'énerver; Attends donne moi 5 minutes pour que je me concentre, je vais essayer de m'énerver. Allez vas y. On attend demain. Je n'y arrive pas là. Tu vois bien que j'essaye. Tu sais, moi je fais tout ce que tu veux. Ton bonheur compte pour moi... hahahaahahaa

 

A ce stade, ca boude... il faut pas perdre la face, surtout que génèralement après l'ouragan émotionnel, elles ne font plus les malines... se demandant bien secrètement quel démon les habite...

 

C'est la phase doute. Quand je la sniffe, je sais que la partie se déroule comme d'hab...

La clef, c'est de savoir attendre en douceur, un peu joueur.

Bien sûr y a des répliques de secousses émotionnelles, avec tout plein d'arguments. Avec la quantité d'expérience, j'ai appris à ne plus écouter les femmes tout en leur donnant la certitude que je suis bien là. En fait, en tant qu'homme, on fait tous la même connerie, à savoir écouter avec rationnalité une femme. Perso, j'ai résolu en pratiquant une écoute émotionnelle et énergétique. Je surveille les hausses et baisses de tensions émotionnelles.

Bien sûr je parle. Mais je parle sans rien dire...

 

La troisième étape, c'est l'heure de remonter la ligne. Le poisson est fatigué de ses propres conneries.

Comment on remonte un poisson mûr ?

C'est tout simple.

 

Par le biais de l'amour et de la solitude.

 

Tu sais, dans le fond, même si tu n'es pas contente et que ce n'est probablement pas le meilleur moment pour le dire, j'ai envie de te dire que ta robe est superbe, que je t'aime beaucoup, que je n'ai pas envie que tu partes pour passer ta colère ailleurs. J'aime vivre avec toi bla bla bla... c'est l'heure d'ouvrir son coeur et d'y injecter des trucs du genre, non ma chérie, tu n'es pas toute seule. Ma vie est belle depuis que je te connais. Tu me plais à mort. Je n'ai vraiment pas envie d'une autre femme que toi... Bref du jus émotionnel pour femme, sa matière première. Elles doivent se sentir acceptée malgré leur infirmité hahahahahaha. Les pauvres, elles sont nées femme; Rendez vous compte de ce calvaire. Pffff, il faut un peu de compréhension là...

 

Alors je pipote comme un porc, méthodique, organisée, stratégique, patient.

Soldat Dereeper défonce la ligne de défense adverse.

......

A la fin de cette phase, il y a une phrase clef qui est

 

La maintenant, je n'ai envie que d'un truc, c'est de te serrer dans mes bras. Est ce que je peux le faire ?

9 fois sur 10, c'est oui à ce stade...

 

Et après, c'est l'étape finale...

Le poisson du jour sait plus où est son bras droit tellement il est perturbé émotionnellement avec la crise et l'issue surprenante qu'elle prend... Y a des jours, j'ai vu des femmes ne même plus savoir 15 minutes après pourquoi elle avait pété un plomb.

 

il est obligatoire de profiter de la situation. Une femme qui a perdu le contrôle, c'est une occase rêvée pour baiser.

Ce que j'ai constaté, c'est que l'amour ressurgit fort après un pétage de plomb car tout est ouvert à l'intérieur, sans barrière. Et le désir sexuel n'est jamais très loin des sentiments d'amour.

Vous comprenez bien qu'on ne peut pas rater une telle occase.

Faut juste piloter le truc tranquillement. Quand une femme écarte les pattes après un gros dérapage émotionnel, c'est une centrale nucléaire. Elle est chargée d'énergie, la sauce circule en toute liberté sans contrainte à l'intérieur, elle ne calcule plus rien intellectuellement.

Je démarre ultra doux avec des baisers et combien de fois, j'ai vu arriver une furie sexuelle derrière.

C'est comme un circuit. J'ai emprunté sa route des dizaines de fois.

 

Je vais vous raconter la dernière fois que j'ai pratiqué parce que ce fut du grand art...

Je me lève un matin et là direct, pétage de plomb. Rien compris. Rien dit. Du pur chaos. J'ai mis ses jus de noix de coco dans le bac du bas du frigo et un a tourné de ce que je comprends. Il aurait fallu que je range ces putains de bouteille dans le deuxieme frigo qui lui fait du froid comme il faut pour sa majesté le coconut juice. J'ai osé répondre que je n'étais pas sûr d'avoir compris sa requête dans son anglais du matin approximatif. L'énervement de la gamine est maximale. Comme qui dirait, elle est levée du mauvais pied.

 

Mon réflexe au réveil. Direct je pousse pour qu'elle monte dans les tours.

"Ecoutes, vu la manière dont tu me parles, je préfère que tu retournes dans ta room (je lui loue à 20 minutes de chez moi une studette refuge toute équipée pour qu'elle ait un back up et se sente moins directement dépendante de moi ou de sa famille)"

Donc du rejet.

La gamine, elle n'aime pas trop le rejet... Elle monte à 9000 t/minutes dans son état avancé...

 

Si c'est ça, je m'en vais et je prends toutes mes affaires !

 

Tiens tiens une première. En 15 mois, elle n'a jamais parlé de me quitter. Jamais. Et là, sur un simple réveil, sans même que j'ouvre la bouche, elle me quitte. Du chaos. OK je remets au pot très gentiment serein.

 

Ok, tu veux me quitter. Pas de souci. Fais.

 

Elle part immédiatement comme une fusée dans notre chambre. Agressive, cherchant la bagarre... je regarde cela de loin. Et je commence comme un gros pervers à me demander comment je vais la jouer car cela a l'air d'être du lourd ce matin... je tiens un numéro gagnant...

Je calcule. Je l'ai tellement innondé de cadeaux, de fringues, de conneries. Il y a au moins 8 à 10 valises de 25kg à remplir. Comment va t elle procéder ?

Elle prend des cartons et elle commence à tout ranger affichant sa détermination.

 

Elle va me jouer la comédie pendant 45 minutes...

Pendant 45 minutes, je viens la voir toutes les 10 minutes pour mesurer l'avancement de son chantier. Je ne dit pas un mot.

Au bout de 45 minutes, je commence à sniffer la peur dans ses entrailles.

J'en souries d'avance. Tiens madame perd un peu en conviction. La phase montée explosion émotionnelle a l'air d'avoir touché son pic.

Au bout de 5 à 10 minutes supplémentaires, elle a rempli déjà 6 cartons. Il en reste plein. La tâche est immense ma chère gamine.

Elle fait une pause clope. Je capte à nouveau que la conviction est faiblarde... Le poisson est mûr. Soldat Dereeper, il est temps de rentrer dans la dance et d'exécuter la mission undercover. Charlie va niquer ce matin et ca va être monumental hahahahahahaa.

Elle fume sur son hamac, s'empêchant de pleurer même si des larmes coulent. Je l'ai observé par la fenêtre. J'en suis sûr. Elle est cuite. Elle doute. Je vais la finir comme un pro.

Comme je suis devenu un puriste, je lance un chronomètre sur mon phone. Combien de temps, il va me falloir pour la mettre dans mon lit ?

Armé jusqu'aux dents, j'entre sur la terrasse...

Elle insiste pour ne pas me regarder. Je ne dis rien pendant au moins 3 à 4 minutes. Cela me rappelle en 2005 quand je jouais à adopter les chats sauvages dans le jardin de ma grand mère. Certains m'ont fait mariner 9 mois avant de m'accorder leur confiance. Je sais comment créer un contact sans parler, en étant présent.

Au bout de quelques minutes, la gamine est prête à m'écouter.

J'applique les règles à fond.

Je dis deux ou trois conneries; Elle y répond et m'oriente sans s'en apercevoir sur ses problèmes.

Je lui résume sa vie, les enjeux qu'elle doit résoudre, comment j'ai essayé de l'aider et pourquoi en ce moment, je pense qu'elle est dans une phase attentiste où elle panse ses plaies à cause de ses 9 dernières années de vie merdique.

Cela prend maxi 2 minutes. Je rassure. Je sécurise. Je détends les ovaires de madame l'énervée des jus de coco qui ont tourné au vinaigre à cause du froid du frigo que je quitte mon mec...

Il est l'heure d'injecter la sauce émotionnelle.

Je lui dis que je ne souhaite pas qu'elle parte, que de toutes les thaïes que j'ai baisé, elle est la seule avec qui je peux vivre, qu'elle est irremplaçable, j'en ai la preuve, puisque j'ai baisé au bas mot 150 de ses congénères.

Elle sourit.

Est ce que je peux te prendre dans mes bras ?

La réponse est oui.

Elle est cuite.

On parle encore une minute à peine et je sniffe son coeur ouvert et son désir. Elle s'accroche trop heureuse d'être enserrée.

J'explique que je souhaite qu'on aille dans le lit parce que je suis fatigué. Pour le coup, c'est vrai. Quand je manipule quelqu'un par le biais des émotions et de l'énergie, cela me pompe énormément.

Je la prends dans mes bras dans le lit et là en moins d'une minute, le truc part. Ca s'enflamme aussi fort qu'un boeing qui vient de cracher réservoir plein.

Elle est en feu à la hauteur de l'intensité de sa crise. De la lave incandescente.

Je touche le pactole sexuelle !

Qu'est ce que c'est bon d'être un salopard manipulateur. Je repense à mes années en France de mon ancien temps et je ne peux pas m'empêcher de me dire : quel pays de con. On a l'art en France de vivre une vie de merde alors qu'on a tout pour être heureux. Cette norme sociale gluante est un poison cancereux qui provoque des ravages dans nos vies courantes. Comment peut on glorifier ce modèle de société aussi merdique ? Je ne le comprendrais jamais. Egalité de la femme, communication mes couilles oui...

Au fait, j'ai oublié mon chrono dans le feu de la bataille, je ne saurais donc jamais combien de temps j'ai mis pour plomber mon poisson... pas plus de 20 minutes à mon avis. A la google, du pur style minimaliste efficace !

 

La leçon du jour est...

Ne laissez jamais inexploité un pétage de plomb féminin. JAMAIS. Sérieux, c'est péché de laisser une femme partir dans sa connerie et figther en strike back. En la jouant finement, non seulement, en une heure, on peut baiser super mais après, elle est toute love pour la journée entière.

Pour la petite histoire, la gamine a eu tellement honte de son dérapage qu'elle a été adorable comme jamais en 15 mois pendant 2 semaines.

Je suis fasciné par nos choix humains. J'aurais pu gueuler de me faire agresser au réveil (cela aurait été normal sérieux) et débuter un cycle pourri de contact. J'ai choisi une autre voie. Et j'ai obtenu plus qu'une magnifique séance de cul. J'ai obtenu 15 jours de délicieux et tendres contacts au quotidien.

Tout n'est question que de stratégie et de tactique dans la vie. Cela me fascine.

 

I belong to Bangkok mes amis !

Whaouf Whaouf...

 

Charles Dereeper