Quand on naît dans le mauvais pays

  • Il faut rectifier le tir coûte que coûte ou moisir frustré...
  • Je veux concrétiser en Thaïlande MON mode de vie
  • Ce à quoi je crois, qui me travaille depuis 40 ans les tripes

Chapitre 21 : Faut il être mieux rationaliste ? Refoulé ? Intuitif ?

 

Ce chapitre est une réaction à l'édito du chapitre 20. Comme à chaque fois que je touche au sujet de liberté et de nos chemins de vie, les réactions fusent dans tous les sens.

Intéressant.

Dommage qu'on ne puisse pas monétiser cette histoire de liberté, car franchement au regard des réactions, le besoin et la demande sont là. La fortune au bout de la plume hahahahaha.

 

J'ai reçu trois types de réactions.

Celles des rationalistes

Celles des refoulés, conscients ou inconscients

Celles des intuitifs

 

Ma première réaction immédiate, c'est la surprise. Qui est libre de choisir son mode de fonctionnement principal ? Franchement, qui a choisi en toute conscience d'être rationaliste ? D'être intuitif ? D'être refoulé ?

Sérieux, on hérite de ces paramètres au mieux dès l'enfance en fonction de nos expériences, au pire, du destin. En plus, on est tous plus ou moins un peu des trois paramètres en même temps.

Une personne n'est jamais 100% visuelle ou auditive dans le choix prioritaire de l'utilisation de ses sens.

 Même les plus grands rationalistes manifesteront des expériences intuitives dans leur vie qu'ils s'empresseront de refouler pour pouvoir fonctionner normalement.

Quand un intuitif en position 1 et rationaliste en position 2 discute avec un refoulé en position 1 et rationaliste en position 2, je vous laisse deviner les forces de frottement et les contraintes pour se comprendre.

Et pourtant, je cultive avec passion ces contacts, car le débat avec les polarités inverses à soi est le plus riche. A vrai dire, c'est le gros de mes relations.

 

Ensuite

 

Le message des refoulés est toujours le même. Charles, tu perds ton temps à analyser des trucs qui servent à rien. Il faut se concentrer sur le positif et oublier tout ce qui est dérangeant. Charles tu te complais dans tes expériences négatives. Tu veux tout comprendre. Charles, tu ne parviens pas à dormir parce que tu réfléchis trop....

 

Ma réponse est toujours la même.

Les refoulés n'ont absolument aucune idée des contraintes des intuitifs. Ils sont dans l'hyper contrôle parce qu'ils y arrivent. Ce qui leur échappe complètement, c'est que certains n'ont pas la possibilité de refouler. Cela ne marche pas. D'autres comme moi ont maximalisé le non contrôle.

Les refoulés tôt ou tard se font rattraper par la vie. Un évènement va les submerger et ils n'arriveront plus à refouler. Leur objectif est alors de reprendre le contrôle de la situation.

Fondamentalement, le refoulé a une frousse énorme de sa vie émotionnelle. Elle le dérange dans son confort du quotidien. Le refoulé est là pour tuer cette vie émotionnelle, du moins celle qu'il juge néfaste. En faisant cela, il ne comprend pas qu'il se tirer une balle dans son propre pied. Il passe à côté d'une expérience de vie richissime.

Chez le refoulé, le monde est souvent binaire. Il y a ce qui est agréable à vivre et ce qui est désagréable. Il faut penser à autre chose, faire abstraction, oublier tout ce qui est désagréable.

Il y a des avantages et des inconvénients à ce mode de fonctionnement.

Le confort est indéniable dans la vie courante. On est peinard. On dort bien. On est toujours de bonne compagnie.

L'inconvénient majeur, c'est la déconnexion de la réalité mécanique. En se coupant de l'information des émotions, sensations, sentiments négatifs, on perd une précieuse source qui permet de percevoir la réalité sous un angle plus ambivalent. En temps de crise, le refoulé est déconnecté et largué. J'en ai vu beaucoup en plein déni. J'ai comme règle de ne jamais rien confié de sensible à un refoulé. Dans l'action exigée par une crise, c'est un carnage. Et sincèrement, je pense qu'il faut être refoulé pour être socialiste, car les socialos sont littéralement aveugles à la crise économique qui frappe le monde occidental. On voit tous la merde qu'ils produisent. C'est déconnecté de la réalité. Cela ne marche pas leurs solutions, malgré tous les mensonges et le packaging qui est fait. C'est typique du comportement des refoulés en temps de crise.

Le deuxième inconvénient majeur du refoulé, c'est que le corps pète souvent à la place des émotions. Comme les messages de la réalité ne sont pas tous perçus, le corps finit par somatiser et communiquer. Le souci, c'est le cancer, les maladies auto immunes et tout le reste qui ne se manifestent souvent pas par hasard. Donc le refoulé poursuit une voie dangereuse potentiellement à mon avis.

 

Les rationalistes sont très nombreux en France, contrairement au reste du monde. Notre pays cultive depuis des siècles cette approche. Tout doit être prouvé, expliqué, mécanique. Ce qui est inexplicable aujourd'hui le sera demain. C'est juste que l'on ne sait pas encore aujourd'hui.

Cela donne du : Charles, tes histoires de puissance supérieure qui intervient dans nos vies, sérieux, t'as fumé la moquette ? Comment peux tu publier cela ? Tu n'as pas peur pour ton image ? Charles, les gens choisissent leur vie et ne veulent pas l'assumer (Ha bon et le hasard ? Et le destin ?). Charles, tout ce que tu dis n'est qu'une question de croyance. C'est ta vérité. Il n'y a pas de vérité unique. Chacun sa vérité.

 

Ma réponse

Je suis intuitif en position 1 et rationaliste en position 2.

En tant que rationaliste, depuis que j'ai consulté les recherches du professeur Montagnier sur l'eau, tout s'explique très concrètement dans mon expérience de vie. L'eau est le transporteur. Tout est codé au niveau vibratoire. Je vous rappelle pour ceux qui n'ont pas suivi les news du professeur Montagnier (le fameux tombeur du Sida qui n'existe toujours pas 35 ans après et qui est encore moins guéri... le VIH étant en plus un rétro virus pouvant disparaître tout seul avec un bon système immunitaire et le syndrome du SIDA étant un ensemble de maladies qui existaient AVANT la création du concept du SIDA...), ce fameux et controversé professeur Montagnier a relancé les recherches sur l'eau et elles sont pour le moins explosives.

Grâce à lui, j'ai enfin pu parler plus librement de mon mode de fonctionnement. Il est parvenu à encoder des maladies dans de l'eau à Paris, à enregistrer en fichier MP3 la vibration de la maladie, à envoyer par email en Italie à d'autres professeurs le fichier son MP3, puis les chercheurs italiens ont utilisé le fichier pour coder de l'eau pure sur place. Ils ont alors passé l'eau dans un appareil ADN qui a prouvé la présence de la maladie dans l'eau italienne. Bien sûr, cette maladie italienne était celle encodée à Paris par le professeur Montagnier.

C'est fondamentale cette expérience.

Elle résume ma vie.

Je crois en tant que rationaliste (j'ai fait exprès pour le mot croire... juste pour faire chier les rationalistes...) que tout est codé de manière vibratoire sur terre. Tout. Absolument tout. Comme le film MATRIX. Les sentiments et émotions. Les maladies. Le passé, le futur, le présent. L'accident, le tsunami que les animaux en Thaïlande ont fui bien avant les humains... Tout a un code vibratoire. Il se trouve que je le décrypte en partie, ce qui a fait de ma vie un enfer agréable.

J'ai accumulé des milliers d'expériences en 20 ans de cette histoire de code. Il aurait fallu que j'ai le temps pour archiver et exposer tout ! Nombreuses de mes expériences ont eu des témoins.

Ce qui est chiant pour les rationalistes, c'est que le professeur Montagnier a apporté une démonstration scientifique éclatante alors que fondamentalement, l'intuition qui perçoit les vibrations et utilise donc le transporteur EAU pour fonctionner, défie les rationalistes au niveau de ses réalisations.

Je me rappelle les réactions des scientifiques français dans le domaine de la médecine.

Ce n'est pas possible. La maladie a forcément une cause organique... Imaginez le mec qui depuis 30 ans croit à un truc et on lui balance en pleine tronche un simple fichier MP3 capable d'encoder de l'eau pour faire apparaître une maladie. J'avoue, cela doit être chiant !

C'est là où cela devient intéressant. Quand la science défie la raison des rationalistes scientifiques. Là, on commence à se marrer intellectuellement et à discuter du lourd...

 

Quand je parlais dans mon chapitre 20 de la liberté et de l'intervention de la puissance supérieure, j'ai récupéré pas mal d'amalgame dans les réactions.

Je crois qu'il y a un détail qui a échappé à beaucoup, c'est la notion de responsabilité non opérationnelle...

Les humains commettent beaucoup d'erreurs dont ils peuvent endosser la responsabilité, donc des erreurs opérationnelles. A aucun moment, je ne charge le destin de cette responsabilité. Au contraire, j'en ai fait un art de vivre que d'arrêter mes erreurs d'humains.

De nombreux humains sont englués dans des problématiques d'immobilisme qui font qu'ils ne sont même pas concernés par mes histoires de chemin de vie.

Mon article quelque part est donc destiné à ceux qui ont réglé à la fois l'immobilisme et les erreurs opérationnelles d'humains.

 

Je vais illustrer.

 

Dans ma jeunesse, quand je faisais trader, je bossais avec un voisin de table qui était génial. J'ai découvert avec lui le pouvoir de l'empathie. Il lisait en temps réel ce qui m'arrivait. J'étais à poil tout le temps. De quoi largement stimuler ma cervelle pour acquérir cette compétence que j'ai fini par maîtriser 5 années plus tard. Décrypter et lire la vie émotionnelle des gens en temps réel, cela diminue fortement les chocs de volatilité...

Ce petit génie avait démarré le poker adolescent. A 18 ans, avec son don, il était dans les plus grosses parties parisiennes, dans un club situé derrière la place de l'Opéra à Paris.

Il m'a dit un jour la chose suivante qui résume cet édito en une phrase :

Charles, tu sais, à un certain niveau de poker où tous les intervenants sur la table savent ce qu'ils font, seul le hasard finit par les séparer !

Voilà tout est dit sur la vie.

Il y a ceux nombreux qui n'ont pas le niveau et quand ceux qui ont le niveau s'affrontent dans des activités, la notion HASARD / DESTIN / DIEU fait surface très rapidement...

Quand vous arrêtez de faire des erreurs opérationnelles d'humains (disons que vous supprimez 95 ou 99% des erreurs, car il est illusoire d'arrêter de faire des conneries à 100%), vous gagnez ou perdez en fonction du hasard et du destin que vous ne maîtrisez pas, soit l'objet de mon édito numéro 20.

Je me suis contenté dans cet édito de donner les patterns que j'ai créé pour gérer ce hasard / destin non maîtrisable.

J'ai reçu des réactions de gens qui étaient incapables de formaliser toute la difficulté du choix humain quand on se retrouve en conflit entre le hasard / destin et le message de son coeur.

Evidemment, comment un refoulé peut il comprendre pleinement ce qu'il dans le coeur en dehors de son approche binaire agréable / désagréable ? Le conflit est impossible et n'existe pas. Mes éditos sont donc de la branlette.

Pour les autres qui peuvent gérer cette notion de conflit, aujourd'hui, c'est l'une des dernières non résolue qui me reste à vivre : faut il choisir son coeur et payer le prix ou choisir le destin et payer le prix... ?

J'ai reçu des réactions de gens incapables de piger quand ils commettaient des erreurs opérationnelles, comment ils pouvaient les rectifier et quand ces erreurs appartenaient plus à la catégorie du hasard / destin.

Perso, le destin est le truc qui titille mes neurones depuis 20 ans. Les rationalistes et refoulés ont besoin de cette notion de hasard / destin pour gérer le sens qu'il y a derrière.

Sérieux, le sens est tellement énorme de conséquences que je peux les comprendre qu'ils soient heurtés par mes définitions plus extrêmes. Mais ce n'est pas parce que je n'utilise pas les mêmes mots qu'eux que je raconte des conneries ou que j'ai tort. La puissance supérieure ou le destin du hasard, c'est exactement la même chose. Le fait est que cela existe. Il y a des tendances fortes dans le supposé chaos.

Et quand on commence à faire des expériences et jouer avec ces notions en menant des actions très concrètes dans la réalité et ce, de manière répétitive (donc en simulant des dizaines de fois des lancées de boule rouge boule noire, comme j'ai pu le faire à Bangkok avec les vagins...), on découvre que la tendance du hasard négatif ou positif peut totalement changer suite à nos interventions. Evidemment, pour tous ceux qui ne se sont jamais amusés à créer des expériences réelles pour tester les manifestations du hasard qu'ils ne lisent même pas, je comprends là aussi toute l'incompréhension que mon édito peut susciter.

 

Il y a une différence majeure entre l'expérience et l'opinion intellectuelle pour jauger d'un sujet.

Je comprend bien et j'accepte l'idée facilement que beaucoup d'entre vous prenez vos décisions avec des modèles plus simples et moins lourds, la norme sociale étant de loin l'outil le plus utilisé. Mais vous devez comprendre que ces outils de Monsieur Tout le Monde offrent des résultats moyens qui ne m'intéressent pas. Il y a besoin d'outils plus perfectionnés quand on veut un résultat plus difficile à générer.

 

Perso, avec le modèle que j'expose ci dessus, je n'ai connu l'échec depuis 2003 qu'il est opérationnel qu'une seule fois (et je l'ai pris sérieusement dans la gueule en jouant à contre le hasard / destin, en écoutant juste mon coeur, avec mon unique aventure amoureuse. J'ai passé des nuits à essayer de "pricer" ce que je risquais pendant 5 ans. Et quand ca a pété, j'ai mis trois plombes à comprendre. Comme quoi...).

Sinon, cela signifie concrètement avec mes modèles qu'absolument tout ce que j'ai voulu faire et obtenir, je l'ai eu. TOUT. Intégralement ! 12 ans comme cela.

C'est compliqué pour beaucoup de comprendre que je ne sais pas trop quoi faire de moi depuis quelques temps.

Un nouveau combat, une nouvelle victoire ?... bof bof. C'est du réchauffé.

Ce n'est pas de la prétention. Je crois que j'ai touché les limites de mon choix de vie basé sur la recherche de l'excellence et de la performance dans les challenges qui m'intéressaient.

Il faut que je trouve une autre manière de vivre.

En attendant, j'ai fait ce que tout le monde fait. J'ai poussé le bouchon plus loin sur mon modèle de vie habituel, en augmentant les doses comme un drogué...

Je me suis lancé un défi financier de gagner 100.000 euros par mois nets dans la poche. J'en suis encore loin, mais c'est jouable. Le anti aging me plaît aussi beaucoup, donc création d'un nouveau hobby pouvant déboucher sur du business doublé par une aventure humaine perso, car batailler contre la mort est bien le dernier truc qui s'épuisera pour moi ou pour les autres...

Mais clairement, j'ai pu la même niaque à concrétiser des victoires sur la réalité.

Même mon histoire de vagins à Bangkok commence à me lasser pour la première fois. Faire jouir les femmes est devenue moins drôle. Leur faire perdre les pédales encore moins. Ma formule du moment marche très bien. Il n'y a plus d'amélioration à apporter ! Affaire classée, pilotage automatique désormais !

Peut être que je devrais apprendre aux gens à concrétiser leurs propres victoires sur leurs passions perso ? Ou me trouver une nouvelle amoureuse...

 

Beaucoup d'entre vous en êtes encore à poursuivre vos rêves et à diminuer votre taux de conneries opérationnelles.

Les rêves ont besoin de temps pour se réaliser bien que la courbe d'apprentissage puisse être accélérer en utilisant la peur de la mort pour se concentrer sur l'essentiel et enlever tout le superflu si consommateur de temps. Quand j'étais plus jeune, j'avais créé un système de listes de tout ce que je devais faire si je crevais sous un an et sous 5 ans. J'ai vécu ces moments de vie 100% focus sur mon essentiel.

Je n'ai à aucun moment pu imaginer qu'un jour mes listes seraient vides et surtout si vite parce que je suis devenu une machine à me faire mes expériences qui comptent, une machine très très rapide. Je pense à Jane Fonda, la célèbre actrice qui a découvert à 60 ans cette approche qui l'a rendu heureuse pour la première fois de sa vie selon ce qu'elle a écrit dans un livre. Oui, cette manière de vivre est géniale, mais il faut savoir aussi jauger de l'intérêt et de la valeur de tous ces désirs et rêves qu'on poursuit sans les avoir immédiatement. Ils ont une fonction ! Occuper le temps qui passe...

Le taux de conneries opérationnelles lui se travaille avec Pareto, la recherche de l'excellence, la formation permanente, l'échange avec les meilleurs (je dis bien les meilleurs de tous les domaines), le respect devant les compétences supérieures des autres... Il faut du temps pour piger comment marche le système de l'erreur opérationnel et lui faire la peau. Il se trouve que la majorité des gens ne s'intéresse même pas à ce problème du top 5 de la vie d'un humain. Evidemment, derrière, ils ont de l'occupation pour meubler leur vie...

 

Je voudrais terminer cet édito avec un témoignage que j'ai reçu et le commenter derrière.

 

Bonjour Charles,

C'est sans surprise que je découvre la simplicité et la logique avec laquelle vous décrivez notre monde.

Le plus étonnant, c'est que j'ai le sentiment de me trouver dans la même dynamique que vous, à une exception près, celle d'être vraiment naze en affaires :


Plein d'idées, envie de découvrir et de partager, le sens de l'initiative, bosseur, sachant prendre des risques mesurés quand il le faut, envie d'apprendre en mettant les mains dans le cambouis dans des domaines inconnus, aimer écrire et voyager... A une différence près, c'est que j'ai le sentiment d'être un gros con qui fait tout ça pour des clopinettes !!! Ou la gloire (que je n'ai pas non plus)...

De mon passé on peut dire que j'ai créé un événement annuel  4 années de suite lorsque j'étais étudiant, fait de la vente en porte à porte aux USA, entrepris ma propre activité de coaching sportif, développé de A à Z une marque de prêt-à-porter vendue en ligne, créé une salle de sport/santé en collaboration avec naturopathe, kinésiologue, podologue et kinés. En cours de création avec ma femme (personne n'est parfait me direz-vous) un élevage de chevaux car c'est sa grande passion. Par ailleurs, comme vous, j'ai été une fois salarié (et encore par le biais de relations) alors que j'avais laissé quelques maigres CV qui ne m'ont jamais servis à rien.

Et aujourd'hui j'en tire quoi ? La gestion d'un site de vente de t-shirts (fringue/bringue occitan) que j'ai dû déléguer à un ami car trop occupé avec la construction des infrastructures pour les poneys, une salle de sport avec laquelle on communique très mal avec mes associés et qui nous rémunère 600eur brut/mois (du délire de travailler pour si peu !), des cours à donner à droite à gauche me permettant "quand même" de doubler ce revenu. Autant dire que je ne suis pas satisfait du résultat avec toute l'énergie que je fournis pourtant !

Vous me direz certainement d'être moins con et de choisir une activité puis de mieux la gérer. Cependant si je dois dresser un bilan de tout ça, on peut dire qu'il s'agit d'échecs à répétition qui ne me donnent plus envie de redresser la barre de ces projets-ci, un peu comme faire du réchauffé sans saveur et qui ne sera pas forcément meilleur si on s'y penche à nouveau dessus. Bref, je sais tenir un bar, gérer une campagne de communication, faire du design, gérer des stocks, travailler en ligne, utiliser une mini-pelle et faire placo et maçonnerie, coacher des sportifs de haut niveau, faire de la vente, utiliser un réseau relationnel... Mais apparemment trop nul pour optimiser cet ensemble ou pour démultiplier l'une de ces qualités. Le pire c'est que beaucoup de gens sont scotchés par tout ce que j'ai réalisé ainsi que par mon hyperactivité alors que c'est comme si je savais tout faire et rien faire à la fois. Rien de génial à mon goût là dedans !

En revanche, j'ai toujours une énorme énergie en moi qui ne demande qu'à être exploitée pour alimenter une grosse turbine. J'ai bien évidemment quelques projets en tête qui pourraient devenir de nouveaux projets à développer mais je cherche soit à bien m'entourer soit faire totalement autre chose avec des personnes qui me solliciteraient (sûrement sur un coup de folie au regard du profil que je viens de me dresser).

En tous cas, je me suis exprimé auprès d'une personne qui aura peut-être compris ma situation avec éventuellement quelques clés à me fournir.

Merci pour vos articles et merci par avance pour votre lecture.

 

Quand on décrit aussi précisément ses paramètres de vie, l'étape suivante immédiate est la recherche de pattern répétitive. Dans ce chemin de vie, ce qui saute aux yeux, c'est l'hyperactivité entrepreneuriale sans rentabilité financière.

Cela se répète depuis longtemps, en boucle.

Il y a forcément une erreur opérationnelle d'humain derrière. Dans le choix des projets entrepris.

Le rationaliste et le refoulé vont s'arrêter à ce stade généralement et déclarer le mec coupable ! Tu as que ce que tu mérites mec !

Perso, je suis obligé de remonter plus haut. La question est de savoir si le choix des projets non rentables est réalisé parce que dans l'enfance, papa et maman ont déconné en interdisant, banissant ou méprisant l'argent (bref, il faut éventuellement filer chez un psy rapidos pour tuer la névrose gentiment léguée par papa maman, sous peine de foirer sa vie dans une boucle, donc tuer l'erreur opérationnelle commise en boucle sur la question de la rentabilité), soit / et / ou, le hasard est négatif systématiquement signifiant que le choix de vie est interdit par les hautes sphères. Là, il faudrait revoir le modèle de vie à sa base dans son fondement !

J'ai montré ce témoignage à une personne de mon entourage avec laquelle on débat méchamment depuis des années sur à peu près tout, une personne en situation d'option 1 par rapport à mon édito du chapitre 20 !

Sa réaction est : ce mec ne choisit que des projets de monsieur tout le monde, sans être différent. Donc il obtient le même résultat que la moyenne de monsieur Tout le monde, de la merde financière en gros !

Qu'il lance un projet basé sur la différence avec un avantage concurrentiel certain et il obtiendra sa rentabilité.

Moi j'ai répondu : qui a choisi ? Qui est libre de choisir la moyenne ou la différence ? Pourquoi certains misent sur la différence et d'autres sur la moyenne ?

Structure psychologique d'enfance subie ?

Destin ?

En même temps, si on subit une expérience d'enfance qui génère un comportement à l'âge adulte, peut on parler de liberté alors que manifestement, c'est du destin, car le poids de la responsabilité d'un enfant qui subit la connerie de ses parents, est très très limité.

Donc on revient à : est on vraiment libre de choisir ?

Et j'ai répondu : FAUX !

Si le gars a une pattern d'enfance liée à l'argent, même avec un choix de projet générateur de rentabilité, il sera détruit sous une autre forme pour obtenir le résultat conforme à la névrose : ne pas gagner d'argent.

En outre, il existe de très nombreux entrepreneurs qui parviennent à faire de la rentabilité à partir de projets communs sans différence. Je lisais récemment un français qui a attaqué les rasoirs. C'est quand même chaud que d'aller chauffer la tête à Gillette et à BIC. Pourtant, il a l'air de s'en sortir dès ses début. Il connaîtra probablement de la rentabilité alors qu'il n'a aucune différence. Un rasoir est un vieux truc dans notre société de consommation. Et c'est basique.

La clef, c'est l'erreur opérationnelle et le destin / hasard ! Si ces deux machins ne sont pas alignés correctement, vous pouvez toujours vous agiter pendant 15 ans à fond, vous ne concrétiserez jamais rien.

 

Pour finir, je voudrais publier un email reçu sur ces deux chapitres 20 et 21 de Cédric Froment. Il synthétise tout mon baratin en quelques lignes...

 

Je viens de terminer ton edito,

je commence à comprendre ce que tu as essayé de dire hier avec le chapitre 20.

Mettre en phase sa pattern interne (son encodage) avec ses actes de la tous les jours pour "reussir" sa vie.... liberté 0.

On est completement drivé par un plan supérieur.

Le leurre c'est le sentiment d'avancer par ses propres choix et de reussir, alors qu'on n'est qu'un exécutant.

Vu sous cet angle là, le destin rétribue positivement tous ses bons soldats qui sont en phases avec "eux memes"

Dès qu'un soldat n'écoute pas sa petite flamme intérieur (le plan du destin) il prend cher.

 

Que dire de plus. Tout est dit. Je suis nul comme auteur. Moi, il m'a fallu 2 énormes pages, lui 5 lignes... pffff... enfouaré. C'est chiant d'être entouré de mecs excellents ! On passe rapidement pour un con...

 

I belong to Bangkok mes amis !

Whaouf Whaouf...

 

Charles Dereeper