Quand on naît dans le mauvais pays

  • Il faut rectifier le tir coûte que coûte ou moisir frustré...
  • Je veux concrétiser en Thaïlande MON mode de vie
  • Ce à quoi je crois, qui me travaille depuis 40 ans les tripes

Chapitre 19 : Ma quête se précise - je perce la pattern amoureuse dont j'ai besoin

 

 

Depuis 18 mois je bosse sur tous les fronts comme un dingue.

Dans la santé, j'ai refait récemment une grosse session de recherche sur le vieillissement depuis Bangkok car mes tests me laissaient insatisfait. J'ai fini par percer le secret du secret que tout le monde planque, du moins tout le monde chez les riches, car le monde fonctionne à 2 vitesses sur le mode du scénario de film ELYSIUM avec Matt Damon. J'aime bien ce film. Ils l'ont classé dans la rubrique SCIENCE FICTION. Mise à part l'immortalité, tout est presque déjà réalité... Science fiction mon cul...

J'ai des éditos à venir sur le site santé qui vont être explosifs. Cela m'inspire tellement que j'ai même envie de bosser désormais en santé. Ce sujet du vieillissement m'attire comme une mouche devant un pot de confiture géant. Je frétille bien plus que pour la finance. Car les produits ont le pouvoir d'apporter des vrais bénéfices aux clients, des bénéfices humains !

 

En dehors de la santé...

 

Dans mes recherches sur le mode de vie, mes expériences récentes m'ont confirmé que je sais déjà ce qu'il faut faire, à savoir organiser sa vie sous forme de tribu et non de famille mono nucléaire catholique qui mène au désespoir de l'homme. Les enfants sont plus heureux en tribu. Les hommes sont plus heureux également en tribu. Même peut être les femmes, enfin bon, ca, c'est secondaire vu que le bonheur et la femme, c'est un truc impossible... hahahahahaha.

A côté de la tribu, il faut une double vie à la fois citadine, pulsionnelle, excitante, énervante au contact de l'humanité et à la fois, à la campagne au contact des fondamentaux de la vie animale / végétale, au calme, au repos, aux sensations profondes.

La réalisation de ce volet est totalement bloquée par le Costa Rica qui me sort par les trous de nez. J'ai décidé de corrompre mon fonctionnaire non pas pour acheter le résultat mais juste pour qu'il fasse son  putain de boulot. Connard de fonctionnaire... Vivement que je sorte de cette zone. J'en ai ma claque. J'ai envie de nouvelles personnes dans ma vie courante, envie aussi de réunir Oscar, mes chats et d'autres mecs ensemble autour d'un projet de vie, un vrai, pas une vie de zombie à la française à mater un film tous les soirs devant sa TV pour perdre son temps devant l'immensité béante du vide de sa vie... quand ce n'est pas au fond d'un verre qu'on y voit cette immensité du vide...

 

En dehors du mode de vie...

 

Au niveau pognon, je passe un cap vieux de douze ans. J'étais un indépendant national. J'ai fait depuis 5 ans indépendant international niveau supérieur. Mes projets me forcent à devenir chef d'entreprise. Là, j'y coupe plus. J'ai tout essayé pour retarder. C'est impossible. Me voilà à devoir bâtir une organisation, une vraie, avec des ressources humaines, des responsabilités qui font chier à mort, des chiffres qui s'emballent.

Je me suis beaucoup beaucoup formé depuis 18 mois. J'ai lu comme un taré des témoignages américains en masse, des spécialistes du développement des entreprises, des Ventures Capitalist, bref du lourd. J'ai mis le paquet pour compenser certaines faiblesses handicapantes.

J'ai toujours été fort en vision et stratégie. Mais question tactique et opérationnel, je ne suis pas au top bien que mon grand père et mon père, des meneurs d'hommes, m'ont lâché quelques gênes que je sens bien présents en moi. Il est temps que j'active ce merdier qui boue au fond de moi, attendant son heure... Je reste un auto didacte. J'ai déjà une dizaine de personnes et je suis complètement nul pour les gérer. Là, il va m'en falloir au moins 20 de plus. Autant dire que mon incompétence doit être gommée. Ce qui est possible avec 10 personnes ne le sera plus avec 30 !

Question entreprise, travail, ou placements, je suis au complet, le crâne chargé de toutes les données. J'ai sniffé toutes les dernières tendances grâce à ma télépathie. J'ai lu toutes les pointures, acheter leur formation, isoler les patterns redondantes, synthétisé... bref, il est temps de dégaîner et de me lancer une énième fois pour plus haut.

Cap sur les 100.000 euros mensuels de pognon dans la pocket ?... En tous les cas, je vais mettre sur orbite une grosse grosse machine de guerre à faire du pognon, un bijou d'optimisation bien loin du crétinisme économique français.

100.000 euros de gains par mois m'a toujours fait fantasmer. Je n'ai franchi ce seuil qu'une seule fois, 117.000€ ! Il est pour moi mythique. Il sépare le commun des mortels des dieux du capitalisme. En France, 10.000 personnes avec les expats le dépasse. Tout dépend des cours de la Bourse en fait. Il y a 40% d'héritiers. Il reste 6000 français environ. Autour de 1000 sont des personnalités du show biz, du sport business, des gagnants du loto et autres évènements rares récupérés à la naissance ou grâce au facteur chance.

Il doit rester autour de 5000 français entrepreneurs partis de zéro et qui sont au top du top de l'économie. Rentrer dans ce cercle, cela reste la meilleure carte de visite. Je me branle des diplômes, des relations, y compris les franc maçons et tout le reste du jeu social de merde qui peut exister qui est au final très prout prout.

En effet, dans notre monde moderne, le business se fait en piquant l'argent des contribuables en s'associant avec des politiciens. Quelque part, je méprise ces pseudos entrepreneurs même si à leur place, bien évidemment que je prendrais le pognon pour ma gueule, l'argent n'ayant pas d'odeur. Seulement, j'évite de traîner dans ces sphères. J'ai systématiquement refusé tout type de contacts et propositions depuis mon affaire de 1999 qui m'a montré l'envers du décor... Lire PROBABLEMENT LE PLUS GRAND MENTOR DE MA VIE DORT EN PRISON CE SOIR

On me racontait récemment le cas d'un mec qui a vendu un appareil à diagnostiquer je sais plus quelle connerie. Roselyne Bachelot a paniqué quand elle était au pouvoir face à une épidémie qui n'a jamais eu lieu. Elle lui en a commandé pour 26 millions d'euros de marge. Le mec a touché 26 millions de patates en euros (je dis bien de marge et non de CA ok ! ) en livrant un machin qui a fini à la poubelle. A la poubelle. Vous avez bien lu ! J'appelle cela de la chance et du business pourri. Cela n'a absolument rien à voir avec un entrepreneur, un vrai... C'est du one shot. Du bon pognon, mais du non reproductible, en outre, c'est réalisé avec un acheteur qui ne décide pas en fonction de la rationnalité économique, donc au niveau du sport économique, c'est pas un vrai coup !

En revanche, un mec qui ramasse plus de 100.000€ par mois à long terme, parti de rien, quoiqu'il ait fait, en créant une entreprise qui ne vend pas des contrats publiques, mais des biens et services sur les marchés mondiaux, à des vrais clients qui choisissent son offre face à la compétition, que ce soit en BtoC ou en BtoB, franchement, il touche sa bille en business. Il a la méga classe. Moi je dis Môsieur et je m'incline devant l'élite car il en reste une qui a survécu à 30 ans de socialisme coco...

 

Pour revenir à l'argent...

 

Je reste fasciné par le minimalisme et Pareto. Cela me fait penser au samouraï zen qui se battait à mourrir et qui dédiait sa vie à la pratique de son art guerrier, obligé d'éviter tout superflux et mensonges au risque d'y laisser sa peau... (l'inverse du gros fonctionnaire français corrompu qui bosse main dans la main avec une entreprise privée en éliminant la concurrence, tout en parlant de capitalisme et de bien du peuple qu'il a pourtant abandonné depuis des lustres...)

Le monde de l'entreprise est extraordinaire. Il permet de se réaliser intellectuellement de manière incroyable. On vit une époque exceptionnelle, de création intense qui détruit un ancien monde désormais totalement dépassé.

Quand je vois tous ces français paumés ne sachant pas quoi faire d'eux, alors qu'il y a partout des montagnes d'opportunités à saisir dans le monde. Tout bouge. Il n'y a qu'à se baisser pour lancer un business en ce moment. Et mes chers compatriotes qui me contactent invariablement pour savoir s'ils peuvent monter un hôtel ou un restaurant aux 4 coins du monde... notre pays est détraqué. Nous étions les maîtres du monde il y a quelques siècles. Le communisme a tué notre âme collective de conquérant.

Putain d'hôtel et de restaurant. Sérieux, au mini du mini, même un communiste gocho débile pourrait se donner la peine en business de lancer une offre concurrente de celle présente en France, de casser les prix de 30 ou 40% en produisant à l'étranger depuis un pays émergent, en arbitrant simplement la fiscalité entre les Etats et les coûts de production, vu que l'euro bloque l'ajustement nécessaire et naturel. Pas besoin d'être un génie. Créativité zéro. Juste de l'arbitrage intelligent sur un système mensonger qui s'effondre lentement.

Hé ben non. Les français ont ce besoin irrépressible à l'étranger de créer un hôtel ou un restaurant et de s'aligner sur le pouvoir d'achat des pays émergents qui ont 40 ans de retard sur les économies industrialisées, avec des revenus de 1000 USD par mois. Les français ont en fait besoin de se tirer de manière irrépressible une balle dans le pied même quand ils ne sont pas obligés d'avoir un flingue sur eux...

Cela me dépasse. Autant de pugnacité à ne pas vouloir gagner d'argent chez autant de gens élevés en  batterie sur un même modèle standardisé gocho à la ramasse...

Bref, question pognon, ma quête est finie là aussi. Place à l'action et à la concrétisation. Je sais ce que je dois faire. Au passage, je tente de décrocher la barre des 100.000€ par mois réguliers afin d'entrer dans la sphère que je respecte. Tant pis si j'échoue. Je ne ferais pas parti de l'élite ! Rien à battre, surtout à Bangkok !

 

Il me restait Bangkok et les relations amoureuses.

 

Sérieux, je pâtinais pas mal depuis plusieurs mois. Je ne voyais pas bien où les choses me menaient.

Quand ca chie dans ma vie, je dis : ça chie ! Je tortille pas du cul avec un balai dedans pour tenter d'expliquer que finalement c'est pas grave. Faut revenir aux fondamentaux...

Les gens me répondent : arrêtes de te plaindre Charles. Tu as tout, tu baises des bombes tous les jours qui te sont acquises, tu as du pognon, tu es libre. Arrêtes de faire ton français...

La recherche de l'excellence isole. Aller jusqu'au bout de ce à quoi on croit, isole aussi.

Tant pis.

J'irais jusqu'au bout en faisant semblant d'être satisfait. Mais la vérité, je vais l'écrire.

Mes relations amoureuses chient ! Je n'ai pas aimé depuis mon ex femme. Pas une seconde. Et j'ai pas envie de finir sans une nouvelle expérience amoureuse. Le reste, je m'en branle. Même du pognon.

Voilà c'est dit !

Je merde et j'y comprenais pas grand chose, à mon destin qui m'a repris en main avec une folle violence pour un résultat aussi merdique. Combien de fois, j'ai marché dans la rue la nuit en regardant le ciel en lui demandant son mode d'emploi parce qu'il me laissait perplexe sur ce volet.

Allez fais pas ton rat Budha putain. L'autre con de Jésus m'a abandonné dans ma merde à 22.000 bornes d'ici en me faisant une grosse promesse à Panama city en mars 2011 qu'il n'a pas tenu au niveau du timing...

Dis moi Budha, sauras tu toi tenir tes promesses ? Allez sois sympa putain, files moi quelques signaux que j'y vois plus clair dans la logique de ce merdier. Putain, ce sont tes gonzesses merde. Elles vont te voir assez souvent au temple. Vas y bordel. Donne moi un début de mode d'emploi, tu les connais par coeur, j'en ferais mon affaire...

 

Bref, je causais à Budha plein de fois, mais Budha, il en a rien à carrer de mes aventures amoureuses. Il ramasse pas la merde que le petit Jésus sème derrière lui...

Quand Beau Cul donne de la bouffe tous les matins à Budha au temple, je lui précisais toujours de pas oublier de demander à Budha ma réponse. On a pas mal rit depuis des mois avec, car dieu est un truc pour farceur hein... Et moi faire des farces, et me foutre de la gueule des trucs qui faut pas, c'est mon territoire favori... En France, je suis servi avec les cathos, ils ont un balai dans le cul dès qu'on prononce le mot dieu. Ils tremblent ces cons là...

Faut dire qu'on en a mangé du dieu des cathos pendant 20 siècles. Ils nous ont bien fait chier ces nazes. Alors maintenant, en 2015, dieu et le petit Jésus et ses prêtres à deux balles, y sont très moyennement crédibles... C'est le moment de les éclater ces cons.

 

Revenons aux relations amoureuses...

 

Comme je l'ai déjà écrit sur mon blog du Costa Rica en 2012, je ne baise pas pour baiser. Je baise à la recherche d'une expérience unique (c'est même pour moi la plus belle expérience sur terre quand un homme et une femme sont connectés et ne font plus qu'un) et aussi, je baise pour comprendre car je crois fondamentalement au destin, dans un trio qui interagit (entre rocco et deux gonzesses, merde euh non...) entre dieu, le destin et l'homme (Charles, un peu de sérieux putain).

Je baise tous les jours, en moyenne 28 jours sur 30 par mois, avec des régulières en toile de fond et des nouvelles recrues pour la partie recherche et développement. Hannnn, Charles il a dit qu'il fourrait sa zézette dans un vagin pour faire de la recherche et développement. Il est pas net ce mec, faut l'enfermer putain celui là...

(J'imite le cerveau de Madame Michue en pleine action à deux de tension en train de lire...)

Autant dire qu'une année à Bangkok équivaut à une vie entière d'expériences amoureuses en France. 28 coups par mois, je vous laisse calculer la quantité de vagins que j'ai bossé. J'ai bien sûr arrêté de compter. En France, on compte parce que nos compteurs sont faibles. On tente de se rassurer.

Ici à Bangkok, on la ferme question compteur, parce que déjà un, c'est un info classée top secrète défense vu le niveau de jalousie ambiante dans cet univers déjanté et volatile, deux, parce qu'au pire les femmes nous identifient tout de suite comme des crevards qu'elles vont avoir du mal à mater et qu'il vaut mieux fuir pendant qu'il est encore temps et au pire du pire, trois, si on annonce nos scores, on devient des pervers sexuels nazis tueurs d'enfants avec des drones. Je crois que même les riquains, ils ont meilleur presse que nous, les blancs de Bangkok installés en full time sans famille ni enfants, les derniers pirates modernes loin de la retraite, les poches chargées de pognon... Je vous explique pas le tableau indéfendable. Vaut mieux la fermer direct et faire genre qu'on est là depuis trois mois... On visite le pays, circulez, y a rien à voir. On aime bien la bouffe locale et le climat hahahhahahaah.

Ma troisième année full time à Bangkok est largement entamée. Hummmmm

Vous comprendrez donc pourquoi de plus en plus souvent, inquiet, j'interroge Budha la nuit pour qu'il me dise ce qu'il a prévu de faire de moi, parce que cela dérive pas mal ma situation... Ca urge un peu le recadrage. J'ai à peu près niqué avec mes potes toute la soi 11. J'ai fait toutes les combinaisons possibles... sauf les ladyboys. Ca, ces trucs là, pas touche. Même bourré. Un mec, ca reste un mec, même en robe. On baise pas un mec même si certains ressemblent à Vanessa Demouy avec leur maquillage.

On a déserté Badoo et Tinder depuis longtemps tellement c'est chiant.

Je ne parle même pas de mes régulières qui sont des bombes physiques qui disent : Charlyyyyyyyyyyyyyyyyy avec l'accent thaïe à toutes les sauces.

Il serait peut être temps de me sortir du terrain Budha car je vais mal finir vu le rythme de la dérive en question...

On a des expressions locales françaises de plus en plus travaillées question romantisme...

Du genre ?

Vous êtes certain que vous voulez savoir ?

OK !

-- Hé les mecs, ce soir, on sort casser de la bouche ?... Double pipe ou juste une simple ?

Très classe celle là. Elle nous amuse en ce moment pas mal... On fait d'autres trucs sémantiques plus élaborés mais je ne peux décemment pas l'écrire.

Croyez moi, ca sent la dérive cette histoire...

 

L'équivalent de trois vies en France et pourtant, toujours aucun résultat au niveau relations amoureuses jusqu'à récemment, d'où cet édito.

 

Ha ? Hein ? Charles ? Allo ?

Tu as dit quoi, ca a coupé !

Oui, vous avez bien lu l'info !

Récemment !

Budha t'a parlé ?????

Là, c'est de la méga news Charlyyyyy.

Il t'a parlé ? Vraiment ?

Ouais, il a fini par causer. Putain, il aura mis le temps celui là !

Budha commence à tracer le chemin de ma formation de petit scarabée au milieu des vagins thaïs. Si si il y a une logique dans ce bordel. Et je crois que je l'ai pigé.

Non mon futur n'est pas de casser de la bouche, mais bien d'aimer à nouveau.

Ouf !!! Je vais pouvoir reprendre l'avion et rentrer en France faire des phrases normales compréhensibles par tout un chacun.

Les boules putain. Je stressais moi... au milieu de toutes ces bouches... avec ces talons partout de 12cm, ces croupes cambrées et ces bouts de tissu ridicules qu'on appelle short (le truc est plus court que les talons... et s'arrête juste au dessus de la fesse, de quoi bien énerver la marchandise, nous...)

Charlyyyyyy, the best of the best ! Il vit dans un film de boule géant et il perd la boule !!!!!!!

Budha est intervenu. Bon, il a pas été super méga généreux, mais parfois un seul petit signe permet de reconstituer des années d'évènements qu'on a sous le pif sans y voir clair. Bon moi dans mon cas, sous mon pif, ce sont des microcospiques shorts... je suis assez méga aveuglé... J'y vois vraiment que dalle, mais dans le genre que dalle du tout... Donc j'avais perdu mon chemin depuis pas mal de temps déjà... quand Budha m'a envoyé un nouveau signe monté sur un chassis ultra sport assez irradiant, dans le genre JAMAIS VU APRES TROIS ANS. Seulement, il y avait autre chose pour une fois... et c'est pas ce que vous croyez. On est pas dans un film à la con je vous rappelle mais dans ma vie de quarantenaire à Bangkok...

 

Bon avant j'ai décidé de vous emmerder avec un peu de théorie.

 

Ouais, je sais, je suis un sale con qui étale... on va faire aussi un peu d'histoire de ma life, histoire justement de bien vous ralentir dans la découverte du signe de Budha. Et ce signe, je vais le minimiser. Trois lignes maxi. Juste pour vous frustrer (de toute façon, en habitant en France, je vois pas trop comment je pourrais faire mieux que le système question frustration...)

Non et si vous êtes pas content, tant pis, c'est mon blog à moi. Zéro compromis. Zéro commercial. Du pur jus de moi... nananère.

Et pas le droit de sauter la théorie. Surtout que je vais la gratiner celle là. Ca tourne dans ma tête depuis des mois. Parce qu'au milieu des micro shorts et des bouches, je fais tourner ma cervelle et j'enregistre tout... Faut que ca sorte.

 

Je suis fasciné !

 

Je suis fasciné par cette armée d'hommes français frustrés à mort obligés de se mentir sur le pathétique de leur vie, à se branler la nouille tous les soirs ou tous les deux soirs sur le net en catimini devant les films de boule, ou scénario inverse, à refouler leurs besoins sexuels et amoureux jusqu'à se déclencher des cancers et des maladies auto immunes, le corps se rebiffant devant autant de bêtises et de paresses stratégiques et de choix de vie.

Je suis fasciné par le choix humain. La prise de décision stratégique. A un moment donné dans nos vies, des évènements apparaissent qui sortent du lot. C'est l'alternance très mal comprise entre le chaos non prévisible et peu impactant du train train à deux écarts type de la distribution gaussienne et le cygne noir, l'exceptionnel, le génial, le destructeur, le créateur, le cas rare... bref, le moment où il y a opportunité, où il ne faut pas trembler, où il faut être gros, mettre le paquet, se lancer dans une zone d'inconfort, d'inconnu, prendre des risques, accepter de perdre, se remettre en cause, se former toujours et encore, apprendre et expérimenter dans un va et vient, chercher à vaincre, à dominer, à avancer, à se surpasser, à vivre.

La plupart des gens se branlent peinard dans le train train en étant persuadés de prendre des décisions alors qu'ils décident que dalle car il n'y a aucune conséquence potentielle... et ils disparaissent comme des fiottes au moment où il faut être là et se lancer, se pissant littéralement dessus, effarés par les conséquences potentielles de leurs décisions qu'ils ne prennent bien évidemment jamais, se raccrochant à tous les mensonges possibles et imaginables pour se voiler leur reculade.

En matière de relations amoureuses, on peut parler d'un immense échec, monumental, atomique, une usine à malheur ! Interrogez 50 mecs de 60 berges et plus. Ils sont tous dégoûtés de la life. Cela leur arrache tellement le bec de le reconnaitre en public au lieu de guider la génération suivante pour pas faire les mêmes conneries, non, ces batards nous invitent à suivre leurs traces, nous parlent de vie de famille, de compensations et de tout un tas de bullshit à la con qui ne veut dire qu'un truc et un seul : ils ont foiré leur choix amoureux et ont composé dans un énorme compromis qui pue, passant à côté du festin de la vie !

J'ai une sympathie toute particulière pour l'acteur Liam Neeson qui a perdu sa femme à 60 ans. Quand il en parle, on voit clairement que lui l'aimait vraiment et encore, malgré plusieurs décennies à ses côtés.

95% des hommes de 60 ans qui parlent de leur femme, trahissent leur échec. Ils veulent faire semblant que tout est ok, mais ils ont tellement oublié avec le temps leurs sentiments, tellement refoulés pour pas éclater la tronche de leur chère femme, ou alors ils sont tellement devenus indifférents, qu'au moment d'en parler, ils ne savent même plus comment tricher et mentir de manière crédible.

Cela me glace le sang que de voir tous ces mecs se trahir et afficher sans s'en apercevoir qu'ils n'ont plus aucune idée de ce qu'on peut ressentir quand on est bien avec une femme depuis longtemps.

Voilà, moi, je vais le redire, pour pas faire la couille molle : j'ai 41 ans et j'ai foiré ma vie amoureuse. Et encore, ce que j'ai avec la gamine (lire l'histoire ici http://www.charlesdereeper.com/vivreenthailande/ch18.html) dépasse déjà de très loin ce qu'a la majorité des hommes avec leurs femmes. Mais y a moyen de faire mieux, plus, plus grand, plus profond, plus intense, plus énorme encore...

En outre, j'ai encore 20 ans devant moi... et il est absolument hors de question que je stagne dans un choix par défaut, foireux par nature, à me bourer le crâne que tout est OK.

Donc oui, j'ai foiré selon mes critères perso, mais je n'ai pas dit mon dernier mot...

Si on observe les riches d'hollywood, ils passent leur temps à changer de partenaires sans parvenir à fixer et construire un truc définitif. Ils foirent presque tous leurs vies, absorbant drogues sur picoles à se défoncer la gueule alors qu'ils ont tout, ce qui montre bien que le problème est d'une nature complexe et dépasse les grandes images qu'on nous donne à manger tous, partout, pour nourir notre imaginaire.

Le bonheur et les relations amoureuses exigent autre chose que là où la masse cherche. Il faut aller sur des terrains non battus. Il faut se creuser les méninges et surtout le coeur en profondeur. Donc, il ne faut pas hésiter à cartonner papa et maman, parce que tôt ou tard, quand on veut savoir ce qu'on a dans le coeur, on trouve papa et maman qui ont merdé sur notre chemin, dans notre quête. Qu'on soit star ou pas, papa et maman restent ce qu'ils ont fait... et généralement, 9 fois sur 10, ils ont chié. C'est tout. Il faut le dire cash au lieu de tourner autour du pot.

Il y a de quoi se poser des questions sur la possibilité réelle de concrétiser une expérience amoureuse long terme satisfaisante. C'est mon ambition. Le volet santé vieillissement, le pognon, le mode de vie, tout ça, c'est bon, j'ai le contrôle de la situation. Il me faut le volet amoureux. C'est le carburant premier le sentiment d'amour, l'ultime ressource la plus rare sur terre.

C'est un jeu particulier. Il n'y a qu'un tir à faire contrairement à beaucoup d'activités où il faut choisir plein de fois.

Il ne faut pas se rater, car le ratage amoureux coute des années en réparation... Je ne parle même pas de ceux qui refusent la case réparation et qui insistent en position perdante, sans vouloir couper et officialiser l'échec. La case suivante après réparation, c'est hôpital...

Autant dire qu'il faut prendre son temps pour tirer sa cartouche.

Perso, j'ai décidé de tout modéliser et faire de l'expérimentation à blanc. Sauf le tirage de cartouches... Un fusil bien entretenu en bon état de marche est la base de la base...

 

Comment savoir si c'est la bonne target à tirer euh aimer ?

 

Le plus dur, c'est de "pricer" le futur, l'évolution en temps réel à horizon 3 ou 4 décennies en intégrant les variations de volatilité (pire qu'une option exotique ou un produit structuré complexe ces histoires de femmes...). Si on regarde en détails les témoignages des couples, ils se perdent tous en cours de route.

Eliminons le premier des problèmes. C'est facile paradoxalement celui là bien qu'il soit insurmontable en France (relire pour les nouveaux mes chapitres sur le blog du Costa Rica sur les femmes).

Le premier gros problème, c'est le cul. Les femmes déconnectent la plupart du temps. Elles sont incapables de tenir la durée. Incapables. J'ai accumulé des centaines de témoignages. La blanche, le cul, c'est pas son truc. Elles désertent presque toutes une fois qu'elles ont enfermé l'homme dans leur home sweet home, avec l'aide de l'Etat complice qui voit d'un bon oeil cet échec !

C'est une erreur fondamentale que de prendre une femme de son âge. Leur vitesse de vieillissement n'a rien à voir avec le nôtre. En tant que mec, à condition de jouer le jeu et de s'entretenir soi même, il faut au moins mettre 10 ans d'écart. Un mec de 50 ans bien optimisé peut tringler encore massivement, surtout avec les progrès de la médecine en cours. A coup de testostérone et d'hormone de croissance, aucun souci à 50 piges. Y a plein de petites de 30 / 35 ans qui cracheront pas sur le morceau surtout s'il est bien musclé et vitaminé comme il faut, le tout accompagné de pognon, qui sert d'huile pour le moteur. Un moteur bien huilé, on peut taper dedans en toute sécurité... et la sécurité, les femmes ont un radar sonnar de dernière génération à base d'ordinateur quantique...

En comparaison de nous les hommes de 50 ans (beau, grand, bronzé, plein d'assurance et d'expérience, la classe...), la carcasse d'une femme de 40 ans déjà, commence à battre de l'aile... je ne parle même pas de toutes ces femmes qui à la ménopause, partent littéralement en couille. Je suspecte fort qu'elles ont toutes raté leur vie de femme (je traduis pour les madame michues, vagin défectueux, marchandise à retourner au fabricant en SAV) et que la ménopause a beau dos... bien pratique le truc de la ménopause, pour capituler.

En même temps, comment leur reprocher ? Elles sont entre 10 et 15% à jouir sous les coups de bite. Après 40 ans de bons et loyaux services à encaisser du coup de bite sans rien sentir, il est peut être temps effectivement de raccrocher les gants... ca doit être chiant à la fin l'absence de la grande secousse. Les copines ont beau dire que ce n'est pas la finalité, hummm...

Et que dire de notre pathétique pays qui investit massivement dans la fabrication de rond point facilitant la circulation (bon en fait, c'est quand même bien pratique pour toucher les commissions occultes un rond point...) au lieu de faire de la recherche sur les vagins des femmes qui déconnent. Si on avait foutu autant de pognon sur les vagins que dans les ronds points (rappelons ici tout de même que la moitié de tous les ronds points en Europe sont construits en France... les élus français ayant élu le rond point numéro 1 pour le pognon au black...), aucun doute qu'on parviendrait à faire jouir les femmes plus souvent et que les hommes se feraient du coup moins chier au lit... alors que là, gagner 3 secondes dans un trajet voiture sur un rond point, franchement, le bénéfice investissement de l'argent publique est proche de zéro...

La deuxième erreur fondamentale consiste à supprimer la compétition entre les femmes. Là Messieurs, je me tue à vous le dire, on a vraiment déconné. Je le vois tous les jours à Bangkok où la compétition est terrible entre les femmes (et aussi entre mecs, ces enfouarés d'australiens grands blonds musclés aux yeux bleus ont un avantage massif, pffffff), c'est le fondement de relations saines, cette bataille. Cela introduit la peur de perdre l'autre et oblige les hommes et les femmes à rester au top ou à se faire sortir du jeu.

Oui Bangkok est stimulante. Mais Bangkok est une grosse machine basée sur la compétition. Faut pouvoir encaisser.

 

Bref...

 

Le cul est un énorme problème sur la durée.

C'est donc la première tâche que j'ai réglé avec mes scans, mes systèmes de classe et mes outils pour jauger en très très peu de temps de la marchandise et de l'état du vagin tout particulièrement. Sans me la péter, je suis devenu ultra efficace, ultra rapide, ultra performant dans les diagnostiques et la manipulation du jouet... J'ai tout écrit depuis des années sur ce blog de Thaïlande et celui du Costa Rica. Je n'ai jamais été trompé par mes théories sur le terrain. Et question quantité, j'ai affronté pas mal de vagins...

Je sais trouver une femme qui jouira indéfiniment pendant trois ou quatre décennies, transformant le devoir conjugual en fête du slip...

Et il est hors de question de construire quoique ce soit sans ce paramètre.

 

Seulement...

Oui, seulement...

 

Le problème reste entier !

 

Une baiseuse ne garantit en rien l'amour ! On sait juste qu'une amoureuse qui n'est pas baiseuse garantit l'échec à long terme... (cela me fait une belle jambe...)

 

Allez un peu de confidences !

 

En 2010, j'ai encaissé le plus grand choc de volatilité de ma vie. J'ai mis 5 ans à remonter derrière. J'ai dormi entre 2006 et 2010 environ 1500 nuits avec une femme que j'ai aimé de tout mon coeur. Je me suis reveillé un matin au Costa Rica et sur un claquement de doigt, je n'ai jamais revu son coeur si pur. Tout a disparu en quelques jours. Volatilisé. Je n'ai plus eu le droit qu'à de la merde, de la haine, de la colère, de la vengeance. Rien n'a eu lieu. Aucun évènement. Aucune engueulade. Juste un déménagement entre la Bretagne et le Costa Rica. Avant on venait au Costa Rica pour la mise en place. Le jour où c'est devenu réel... quic, fini les 1500 nuits d'amour... comme la dinde de noël nourrie pendant un an par l'homme qu'elle apprécie jamais plus fort que la veille de Noël quand elle se dit que ce mec est vraiment vraiment cool avec elle... jusqu'à ce qu'elle se fasse bouffer... J'ai été une dinde de noël !

Charlyyyyyyyyyyy a été une dinde de noël ! Il a fini en case réparation pendant 5 ans... putain de dinde... Le choc a été renversant. Me suis retrouvé sonné pendant des années. Rien compris.

Sans le savoir, malgré un process de 8 mois de validation pour l'expatriation, j'ai activé un traumatisme d'enfance chez mon ex femme. Double peine, elle a été parfaitement incapable de reconnaître le plus petit début de ce qui s'est passé. Reconnaître aurait signifié pour elle ouvrir le dossier de son traumatisme basé sur la dépendance financière de sa mère vis à vis de son père...

Tiens papa maman... me rappelle quelque chose ca... mais qu'est ce que ca me rappelle hein ?

Il aura fallu 4 ans pour voir ce même traumatisme à l'oeuvre avec mon remplaçant actuel pour piger ce qui s'est passé pour moi en 2010.

Bien avant ce délai de 4 ans, j'ai conclu un truc majeur.

 

Femme, critère numéro 2

 

Non seulement, la femme doit être une baiseuse, mais l'accès à l'élaboration de ses émotions et sentiments, même les plus profonds, doit être intact. Si cet accès est vérrolé, à la moindre grosse secousse, il n'y a plus aucune possibilité de solution et c'est la merde.

Je savais que mon ex femme était une belle petite refoulée, mais je n'ai pas mesuré les conséquences du haut de mon inexpérience passée. Aujourd'hui, paradoxalement, je n'aurais pas investi un seul euro sur son dossier bien que j'ai touché le pactole pendant 4 ans...

Etre refoulé, cela signifie ne pas savoir ce qu'on ressent vraiment au fond de soi. La majorité des humains sont névrosés à cause de papa maman. Par souci de survie dans l'enfance, ils ont du se protéger et apprendre à ne pas regarder en face ni la réalité ni ce qu'ils ressentaient. Seulement, à l'âge adulte, comme ils sont devenus très paresseux, ils ont majoritairement oublié ce qu'ils ont du faire, par la force des choses, enfants. Et ils n'ont aucune envie de corriger le tir.

On obtient des adultes en état de défoncer leurs mômes à leur tour sans même s'en apercevoir.

On obtient des adultes gamins facilement manipulables, de la chair à canons avant, de la chair à dividendes aujourd'hui.

On obtient des adultes qui sont incapables de déchiffrer leur propre vie émotionnelle et qui supportent pas qu'on le leur rappelle, d'où ces quelques lignes...

J'ai vu beaucoup en la matière, sachant lire les patterns humaines depuis deux décennies maintenant. Cela va des femmes qui fondent en larmes parce qu'elles sont en colère et que c'est tellement le bordel en elle qu'elles mélangent la tristesse avec la colère parce que la colère est interdite (par papa maman), donc switch entre émotions.

Il y a la catégorie femmes qui sont graves en colère sans trop se l'avouer contre leur mère et qui font miaou devant à l'envers total de ce qu'elles ressentent (donc trahison totale du moi), ou les hommes qui font payer aux femmes ce que leur mère leur a fait subir (combien j'ai vu de mecs maltraiter les femmes pour des raisons qui n'étaient évidemment pas la réalité du moment avec leurs femmes)...

Avec le refoulement, qui est donc une perte de contact avec la réalité, j'ai vu ici à Bangkok un nombre incroyable de femmes incapables d'assumer leur jalousie, prétendant même qu'elles ne sont pas jalouses du tout et dans les 10 minutes suivantes, se mettre à contrôler compulsivement l'emploi du temps de leur mec sans même s'en apercevoir...

Je ne vais pas décrire l'ensemble des patterns et des émotions refoulées. C'est sans fin.

La question est de savoir combien de gens sont épargnés miraculeusement par la vie, capables d'être au contact de leur réalité émotionnelle sans trop refouler, sans plaquer sur la réalité présente de leur vie, leur background qui les déchire. Qui est capable de superposer sans écraser ? Pas grand monde. Il me faut une femelle de cette catégorie si rare pourtant...

Parce que fondamentalement, on peut supporter des névrosés refoulés quelques mois ou quelques années, mais je ne connais personne qui a tenu plusieurs décennies. Et ma quête est la décennie au niveau unité de mesure.

On comprend mieux aussi pourquoi les relations amoureuses à long terme sont un jeu élitiste à mort. Clairement, seuls quelques pourcents des expériences marchent. Tout comme 1% de la population a du succès économique. 5% de la population réussit au delà de 5 ans un régime alimentaire.

Il faut à chaque fois des ingrédients spéciaux exigeants à décrocher.

Quelque part, mon ex femme a posé sans le savoir la base de mon succès futur dans les relations amoureuses à mon avis, même si je suis en train de le vendre avant la concrétisation avec cette phrase... 

De toute façon, je vous emmerde, Budha m'a parlé, à moi, tout spécialement dans le creux de mon oreille... alors hein, pédale douce sur vos opinions vaseuses.

Il a dit quoi ?

Ahahaha, cela vous intéresse de savoir hein ? Que m'a dit Budha ? Il a dit :

- Charles arrêtes de casser des bouches, sale petit obsédé !

Budha, moi qui suit perso dans ses confidences, peut adopter parfois un style un peu abrupte... mais on s'y habitue... Jésus y va plus doux (oui Jésus me cause aussi ! oui je sais, les stars me parlent !)... c'est pas la même école que Budha le petit Jésus...

HAHAHAHAHA bon arrêtons la déconnade sur Budha, il fait dans du subtil quand il m'a causé... bon hé, il s'agit quand même de Budha putain, hein ? Il est dieu, le mec. Comme Jésus ! Alors hein, mollo. Il envoit pas un texto pour communiquer ses signes.

Vous croyez quoi, vous, qu'il share sur Facebook ses indications de chemin de vie en retweetant au cas où on a pas compris le message sur votre compte rien qu'à vous ??????!!!

Oh, Faut se démerder, interpréter, communiquer, ouvrir son coeur profond. On est humain nous. Lui, il a la science infuse du mec d'en haut qui parle sous forme de paraboles depuis deux miliards d'années... Imaginez avant. Il s'est fait chier pendant des centaines de millions d'années à parler aux bactéries. Ah non Germaine, tu niques pas Gertrude. C'est une bactérie femelle. Putain d'homo. Tu peux pas niquer comme les autres avec des bactéries mâles, bordel !.... Comment veux tu que je développe cette putain de terre avec une bande de détraquées pareils. Putain de gonzesses bactéries !

Hé oui, déjà Budha se cassait les dents avec les femelles...

 

Bon, puisqu'il n'est pas encore temps de parler du signe de Budha, revenons à ma liste perso de critères !

 

Hahahaha, je vous fais mariner grave. Surtout qu'un signe de Budha, ca va forcément être méga ennuyeux, tout petit, insignifiant que moi, j'ai capté.

Un peu de concentration.

Je vous rappelle l'état de ma liste. Une baiseuse non refoulée ! Il me faut une baiseuse non refoulée.

Voilà la target. Elle ne court pas les rues, même à Bangkok. Je me suis mis à chasser ce profil. Méthodique, version industriel allemand. Même tonio m'a dit : charlyyyyy baisse la garde un peu là, tes trop rigoureux. Evidemment, lui, il est espagnol. Vous avez déjà vu un espagnol gérer un truc aux petits oignons ?....

Avec ces deux paramètres, il en faut un troisième, celui du physique, de l'adéquation génétique.

Autant dire que la chasse fut ardue et longue. Il m'a fallu baiser au moins une cinquantaine de femmes pour en extraire deux qui correspondaient à mes trois caractéristiques, baiseuse / jouisseuse, en contact avec la sensibilité profonde (donc incapable de se mentir, pleine d'empathie et comprenant les sentiments humains universels, le fondement de l'humanité la plus basique, ce que les névrosés gocho français pipent que dalle, il suffit de mater leurs films étriqués que 300.000 personnes à peine parviennent à décrypter à chaque fois... Bref en clair, la femme de ma vie mère de mes enfants doit pouvoir couler une larme sur Avengers quand le méchant tue un des gentils...), avec enfin une adéquation physique. Vu mon état défraîchi et le niveau de corps sexy auquel je me suis habitué, bonjour la tannée pour y arriver...

Trop dur en même temps cette quête. Charlyyyyyyyyyyyyyy. Il doit baiser et baiser tous les soirs. Trop dur...

Ba oui, parce qu'imaginez deux secondes ce qui s'est passé. J'ai rencontré pleins de dossiers qui avaient deux des trois critères et encore plus qui en avaient qu'un seul.

En plus, si vous y réfléchissez plus sérieusement, ce n'est pas trois mais six critères qui sont en jeu.

Il faut que la femme cherche le critère du coeur, le critère physique et sexuel comme priorité absolue et que moi aussi, donc 6 critères qui doivent matcher. La plupart du temps, ca ne matche jamais à 6 sur 6.

Hé merde, encore un coup de bites de perdu !

Mais attention, des fois, ca matche en combinaison sexuelle...

Bon allez, je balance le truc. Ca matche souvent parce que je savonne la planche et que je filtre en amont. Croyez moi, une bonne planche bien savonneuse, et hop hop hop, un coup de bite réussi ! A défaut de matcher à 6 sur 6, j'ai passé des bons moments.

Vu que je passe un tiers de ma vie au Costa Rica, il m'a bien fallu un an pour concrétiser et commencer à comprendre que je tenais la base de la base du succès.

J'ai fini par isoler deux expériences qui matchaient à 6 sur 6. J'ai déjà parlé de la gamine au chapitre 18.

C'est là que Budha est intervenu. Après 8 mois de quête sans objectif, j'ai matché une deuxième fois et là j'ai pigé tout ce que j'écris.

Voilà, j'ai balancé mon signe. Pas plus de deux lignes. Suis là pour vous frustrer. Vous êtes français. Vous aimez ça. La suite du signe du Budha dans le prochain édito dans 4 mois... !

Budha m'a parlé sur le deuxième match. J'ai su que je jouais gros ce soir là, que j'étais sur un cygne noir. Absolument pas parce que le chassis de mon match était incroyable, un cul classé immédiatement numéro 2 sur notre liste commune accompagné de jambes exceptionnelles (je vous laisse deviner le niveau de perfection physique qu'il faut pour convaincre 3 crevards de Bangkok et attraper la place de numéro 2 sur la liste générale, Charlyyyyyy méga chanceux là, elle m'a même pris en photo le premier soir, si si, je déconne pas, du véridique... la puissance de la combinaison gagnante et la distribution obligatoire du hasard !), mais parce que les conséquences étaient énormes. Je joue à blanc.

Ce qui compte, c'est de tenter de piger pourquoi tout le monde se plante à long terme dans les relations amoureuses, histoire d'éviter de reproduire ce qu'ils font tous... pas de niquer un énième beau cul, même exceptionnel !

Il me faut une troisième expérience avec ces 6 critères matchés pour confirmer.

Mais la clef est bien là. Et Budha m'a causé que je tenais un élément du puzzle.

Je viens de dépenser un mois et demi à alterner en permanence des moments de vie très réussis avec de la chasse type recherche et développement pour comparer d'une journée à l'autre ou parfois en intra day des expériences foireuses sur des cas qui matchaient pas avec mes deux régulières qui matchent.

J'ai pu extrapoler. Comprendre le ressort d'un couple qui tourne ! Ca tournait avec mon ex femme, mais y a un détail que je ne peux écrire qui est la variable centrale qui fait que je ne suis pas allé au charbon récupérer l'affaire, une variable improbable car pas encore arrivée... d'où ma torture... et avec le recul, on ne peut pas dire qu'un couple tourne quand au premier gros évènement, la femme disparaît tandis que le mec ne se bat pas car arrêté par une forte conviction intérieure contradictoire.

Ya pas à chier. Les femmes refoulées sont à fuir. Tout le monde refoule. Mais y a refoulement et refoulement...

Je tiens le début d'une pattern de winner, capable de durer car capable d'encaisser. Il me faut absolument une troisième candidate pour que je puisse parfaire mon entraînement. 3 décennies, c'est long. Si la connexion émotionnelle faillit, c'est tout l'édifice qui vacille. Quand une personne a cette capacité à toucher un être humain par son ressenti, que ce qu'elle pense est en adéquation avec ce qu'elle ressent au fond, donc que ca fait écho sans discordance entre pensées et émotions, c'est le carburant le plus incontournable, la clef au delà du cul et du physique, car cela touche au sacré. Même l'espagnol Tonio qui n'est pas un tendre avec la gente féminine, se laisse attraper par la gamine qui le touche.

Si vous vous demandez comment je vais m'extirper de ma relation avec la gamine, j'en sais foutrement rien. Je sais que je vais dérouiller et me sentir bien malheureux. Parce qu'elle me tient déjà. Je ne l'aime pas. Mais je suis accroché. Quand je la sers dans mes bras, rien à voir avec les autres. Elle pourrait devenir Madame Dereeper, mais ca fait belle lurette que les évènements de ma vie décident à ma place. Il se trouve que je sens assez fortement dans mes tripes que Madame Dereeper numéro 2 n'est pas thaïe... On verra bien.

La Gamine, c'est la petite princesse depuis quelques mois qui a eu une vie horrible depuis 10 ans, le grand écart complet. Elle respire et se permet de rigoler comme elle dit pour la première fois depuis bien longtemps. Elle me touche tellement que j'ai décidé de lui offrir une nouvelle vie. Je n'aide pas grand monde dans ma life, juste mon entourage très proche. J'ai décidé de me lancer avec elle dans un reprogrammation générale de la trajectoire de vie. On va bien voir. Faut que j'essaye le challenge. Ya un putain de boulot pour effacer 10 ans d'évènements merdiques.

Elle était au fond du trou quand je l'ai ramassé. Vraiment au fond du fond du trou avec son contact intérieur intact de toute beauté, aussi improbable qu'un krach boursier en plein QE, capable de dire que sa famille l'a trahi, capable de regarder  sans se voiler la face des sentiments que la plupart des humains refoulent, ce qui les mènent à l'échec directement. J'ai pris la décision que quoiqu'il arrive, je ne l'abandonnerais pas. Moralement, c'est impossible pour moi. Et pourtant, vous l'aurez compris, ma morale, je lui pisse dessus, parce que dans 99% du temps, c'est du bullshit puant que les oligarchies ont créé de toute pièce...

Bien sûr, la gamine a des conflits, mais elle a une manière à elle de les présenter, une manière qui me parle, une manière que ma deuxième régulière utilise également, une manière qu'aucune refoulée n'utilise jamais. C'est ca le signe du budha ! La leçon de mon chaos de vie. Je sais désormais reconnaître la qualité primaire d'une femme qui ne trichera jamais même quand ca dérouille sévère, loin des grandes déclarations intellectuelles de toutes les névrosées, contredites 5 minutes et 14 secondes plus tard sans même qu'elles s'en aperçoivent...

Il se trouve que je ne savais pas reconnaître méthodiquement cette qualité humaine primordiale avant le signe du budha... Le vagin huilé en bon état de marche, en comparaison, c'était moins caché... et la cambrure de ma deuxième régulière, j'ai assez vite saisi le sujet du jour...

 

J'ai deux autres points à aborder suite à tout ce qu'on a vécu à Bangkok

 

La question subjective est de savoir ce qu'est une relation amoureuse réussie !

Pour beaucoup d'hommes, la réciprocité est capitale. Il ne la trouve jamais chez leurs femmes ou souvent sous une forme tellement décevante qu'ils en deviennent aigris au bout de trois décennies (faut dire qu'il faut être assez con pour attendre d'une femme qu'elle soit capable de renvoyer la balle comme un homme...).

En fait, je me pose des questions. Ma génération est la première génération d'enfants de femmes libérées. Les femmes, nos mères, ont accédé au droit de vote et à la possibilité de gagner du pognon en dehors du giron de l'homme pour la première fois de l'histoire de la France.

La question est : qu'ont elles fait de ce nouveau pouvoir ?

Perso, ma réponse est très courte : elles ont fait de la merde. De la merde en barre.

Elles ont élevé une race de sous produit masculin à qui elles ont coupé les couilles probablement par vengeance. 20 siècles de domination masculine. Fallait pas attendre de la part des femmes françaises baby boomers une quelconque gentillesse. Elles ont défoncé leurs enfants. Elles ont abandonné le modèle maternel de nos grands mères pour se la jouer autrement. Ma génération a payé grave. Et nous avons aujourd'hui une France à l'image de ces enjeux sociaux, une France de couilles molles en déclin, incapables de se dresser et de se battre dans la compétition mondiale.

Les hommes de ma génération recherchent dans leur couple, une maman, tout comme ils attendent de l'Etat Providence qu'il joue là aussi la maman. La France m'effare. Je suis inadapté à cette forme de vie.

Combien de fois, j'ai vu des mecs qui avaient un physique avantageux se taper des énormes laidrons qui les sécurisaient... Evidemment, les blanches ont rapidement pigé le filon. Plus besoin d'être compétitive. Faut juste la jouer nurse... C'est tout le côté passionnant de Bangkok de voir s'affronter les femmes entre elles, les blanches avec leur spécialité "maman" et les thaïes avec leur spécialité "femme".

Nous, on est au milieu, on déglingue tout ce qui bouge au rayon "femme" et on regarde le rayon "maman" ramer à trouver un boy friend même s'il faut reconnaître que la formule marche aussi... si j'étais une femme, je jouerais aux deux jeux en simultanée pour rendre maboule mon mec... Mais ça pour une femme, c'est trop évoluée comme approche...

Le souci des mamans, c'est de parvenir à accrocher un mec. Après, une fois que le mec a goûté à la maman, elles ont une chance... Avant, c'est compliqué... On comprend mieux d'ailleurs pourquoi en France, les femmes se sont organisées pour réduire la compétition entre elles.

Imaginez deux secondes, une maman française exige entre quelques jours et quelques semaines avant d'écarter les pattes. Tandis que le rayon femme à Bangkok propose la même formule au bout de quelques heures (si ce n'est pas quelques minutes pour les tapins industriels des gogo bars, mais la qualité ne suit pas derrière au niveau qualité du produit... bon, en même temps, ce n'est pas au mac drive qu'on cherche à se faire un bon repas gastronomique hein... ?). Forcément, nous, question rayon, on sait où se diriger en priorité... et on fatigue très vite quand une maman commence à imposer son jeu. D'ailleurs, on a fini par arrêter les mamans, même pas en copine sainte nitouche qu'on partage notre life en toute amitié. Trop chiant les mamans !

Je me souviens, la première année à Bangkok, je parlais à des mamans blanches qui vivaient dans les mêmes rues que les nôtres. Elles avaient aucune idée de la concurrence qu'elles affrontaient. En fait, les mecs ne mettent pas au parfum les blanches. Ils assument pas je pense. Ils ont segmenté leur activité en deux, et au milieu, y a une frontière dans le genre Corée du Nord, Corée du Sud... A gauche, Budha, à droite, le petit Jésus...

Les hommes sont totalement et complètement insécurisés dans ma génération, sérieux.

Je peux les sniffer. Ils ont tous un complexe d'infériorité, rampent devant les bureaucrates, se mettent des barrières partout et sur tout. Bref, tout le monde file doux, payent ses impôts et la ramènent tout doux dès qu'il s'agit de prendre sa vie en main. Taper et faire les gros durs, peut être, mais affronter ce qu'ils ont dans le coeur et chercher ce qu'ils pourraient bien faire de leur vie (en dehors de la TV et des jeux vidéos), puis pire, passer à la case concrétisation, là, y a plus personne... des larves en masse.

J'ai étudié et discuté avec eux. Ils veulent une maman dans l'intimité avec qui ils puissent parler. S'ils trouvent cela, ils sont contents et ont le sentiment de réussir leur vie amoureuse. Ils se bougent le cul pour elle, incapables de se bouger le cul pour eux mêmes. La faillite même d'un être humain !

Evidemment, ce serait trop beau pour être vrai si cela marchait. Une femme maman...

Filez moi tous ces mecs à Bangkok et ils repartiront en deux semaines la tête à l'envers complètement paumés secoués retournés... Une femme n'est pas une maman. Les thaïes vont vous le rappeler en quelques secondes... La femme n'a pas été conçue pour faire la maman avec les adultes, croyez moi...

En plus quand les hommes vieillissent, la maman qu'ils ont épousé, finit par leur péter les couilles et leur sortir par les trous de nez... Elle se met à manger pour évacuer ses émotions, coupe le sexe et la boucle est bouclée... jusqu'au divorce dans le meilleur des cas.

 

Partager avec une femme des émotions, des sentiments et toute une palette de sensations est un programme durable.

Sous traiter sa faiblesse émotionelle sous forme de béquille extérieure n'est pas durable...

En plus, donner du pouvoir aux femmes qui sont souvent pleines de haines vis à vis des hommes (ce n'est pas moi qui le dit mais de nombreux auteurs très reconnus dont je partage l'opinion, du fait de ma télépathie bien encombrante, enfin du moins en Occident, car en Orient, la femme est différente grâce à Budha), donner donc du pouvoir à des vengeresses en puissance, c'est prendre un sérieux risque aux conséquences énormes, dans le genre case réparation avec alcool à donf au milieu pour oublier... et branlette sur le net en plus en France ou queutage de "milf" avec 10kg de trop mais un appétit appréciable et respectable... à moins d'avoir la gueule de Brad Pitt.

 

La deuxième chose

 

Que fait on le jour où on rencontre un 6 critères qui matchent ?

Mes deux expériences se sont déroulées à l'identique, avec 8 mois d'écart et ...5 ou 6 femmes différentes entre... (hein ? quoi, j'ai oublié un zéro ? Allez arrêtez vos conneries, je suis pas de ce genre là moi... je m'investis dans mes relations... je prends le temps de bien connaître mes vagins... un peu de respect de la femme là oh. La recherche et développement, c'est un truc sérieux. Toutes les startup qui s'y connaissent vous le diront ! Pfffff zetes ingrats avec vos pensées qui puent...)

Tout d'abord, je suis tombé sur deux femmes qui avaient pas mal d'expériences... Pour autant, elles n'avaient jamais vu un mec capable de percuter autre chose que ses nibards pour l'une et son cul pour l'autre. La surprise a été énorme pour les deux. Je vous parle pas des ânes qui font semblant de s'intéresser à la personne alors qu'en fait, ils ont une bite à la place du cerveau !

Je vous rappelle que mes targets sont des femmes avec des sensibilités spéciales, sans limite vers les profondeurs. Autant dire que l'abruti qui pointe son nez en trichant, se fait attraper en 2 secondes.

Bon en même temps, il ne faut pas perdre de vue que c'est la combinaison qui matche. La femme thaïe qui voit une bite et une sensibilité au même endroit, montées sur un mec qui ne les attire pas, elle en aura rien à foutre et ne comptabilisera pas le cas.

La combinaison est la clef.

Seules les femmes où j'ai matché en physique, ont repéré mon anormalité... séquence marketing... cette espèce de coeur pur accompagné d'un énervement sexuel et d'une envie de contact, une combinaison rare qui se goûte... hahahahaa, suis un grand cru classé qui se déguste, qui pique, qui rend addict en une soirée... I wanna be your next mistake...

Sauf que comme je l'ai déjà écrit, il me faut une heure environ pour tout diagnostiquer mes scans, tests, catégories. Autant dire que la meuf, la première heure, je fais genre le mec tout cool, mais elle subit un interrogatoire CIA avec des capteurs électriques partout... je suis focus là, les mecs. Focus à mort. Faut savoir où on fout les pieds la première heure. Comme pour le vagin quand on catégorise son fonctionnement. Sinon, c'est un coup à se retrouver avec un boulet dans son lit qui va chier la recherche et développement du jour. Donc, la win la win le Charlyyyyyy. J'ai 4 serveurs connectés qui analysent les data en temps réel, des écouteurs aux oreilles pour le reporting de mon analyste en chef....

Une fois que j'ai pigé à qui j'avais affaire, un cas rare après 8 mois de chasse, là, il faut agir. J'en reviens au début de cet édito. Il faut décider en un claquement de doigt et transformer. C'est à ce moment que nos vies se jouent et non dans le train train. Croyez moi, c'est de la performance. 8 mois de torpeur à demander à Budha ce que je fous là à queuter à la chaîne et d'un coup, d'un seul, faut sortir tous le matos pour les grandes occases, les drones, les satellites, les chars et les avions furtifs, bref tout le matos technologique ! Faut tout mettre même si c'est rouillé. C'est du sport de haut niveau ! Y a intérêt à avoir avalé un shaker de protéine avant !

J'ai un énorme avantage avec mes modèles. C'est qu'ils marchent et qu'ils me permettent d'accélérer assez fortement mes courbes d'apprentissage des gens, de connaître le résultat de tout ce que je vais dire, de moduler, de jouer. Les gens sont encore à se branler que chaque personne est unique pendant que je peux pricer à toute vitesse leurs réactions et pirater l'issue de la rencontre à leur insu.

Il y a pourtant un truc où je me suis fait attraper.

Mes deux cas rares, surtout la deuxième, me lit de la même manière que je la lis. On se lit mutuellement en temps réel. Donc au lit, question lecture, c'est assez énorme, car la qualité du contact est exceptionnelle. Y a des échanges d'énergie entre nos corps, comme un ping pong, je n'avais jamais vu ca... C'est le bon côté. Je me tape une intensité de contact avec elle qui me rappelle le bien fondé de ma quête. Définitivement, baiser en étant bourré au whisky pour se vider les couilles, c'est pas ma came. Je ne gâche jamais une cartouche pour de la baise cheap de ce genre. C'est trop con à mon goût. Je baise à jeun en toute conscience !

Le mauvais côté ?

Il y a 4 manières de mentir avec les humains.

Le mensonge avec la parole ou le silence, donc en donnant des infos foireuses ou en répondant pas.

Pour les télépathes ou personnes sensibles, il ne faut que quelques secondes pour lire la supercherie.

Le deuxième mensonge est le mensonge par le corps. Plus subtil, mais très largement pratiqué par les femmes qui simulent sexuellement par exemple (encore vu un cas cette semaine, hallucinant, une oeuvre d'art)

Le troisième mensonge est encore plus subtil. J'ai rarement rencontré des personnes le pratiquant. C'est mon terrain. Je checke en permanence les gens, en automatique. Il s'agit de mentir émotionnellement, c'est à dire de se mettre dans un état émotionnel compatible avec le mensonge pour éviter de le signer. En effet, quand on ment intellectuellement et qu'on est un idiot basique, on envoit souvent en même temps une émotion contraire ou différente qui fait qu'on se fait attraper par tous les humains attentifs. J'ai toujours menti à partir de cette troisième catégorie, à base de mensonges émotionnels. Indécelable, mais exigeant. J'ai vu très peu de pratiquant dans ma vie sur ce créneau. Décelable uniquement par intuition. Faut avoir la présence d'esprit de scanner par intuition. Sinon, c'est mort.

Le quatrième mensonge est celui des agents secrets. Se faire reveiller en pleine nuit en se faisant taper dessus ou avec une bassine d'eau et être capable de gueuler en russe alors qu'on est né américain, bref, de la réaction spontanée dans une autre langue que sa propre langue maternelle. J'imagine qu'avec de l'entrainement, on doit pouvoir y arriver. Mais suis pas chaud pour être agent secret. Je préfère les drones et le sniping...

 

Avec mes nouvelles targets, je me fais donc attraper immédiatement à la moindre faille dans ma qualité de mensonges car elles sont ultra sensibles et captent tout, même mes variations intérieures. L'échange est d'une grande richesse surtout avec la deuxième régulière.

Et vu que je mens comme un arracheur de dents, et pour cause, je fais de la recherche et développement pour ma startup (hé ho, je suis un business man, zavez oublié ou quoi ? Je veux devenir riche, gagner 100.000 par mois), ceci implique que la pile de capotes a tendance à ne pas avoir un niveau stable... y a intérêt à être méga pro question mensonges... Après une énième crise internationale où j'ai du faire intervenir la Banque Centrale Européenne, Mario Draghi de la BCE en personne... (une seconde réserve dans mon bureau de capotes en prédiction d'un coup dur sur la comptabilité nationale dans ma chambre qui a permi une injection de liquidité massive immédiate et salutaire pour rétablir mes balances défectueuses), j'ai fini par planquer mon sac à capotes dans un endroit méga secret, un bunker que même les russes n'ont toujours pas identifié... J'ai quand même passé le secret à 007 Daniel Craig, parce que putain ses deltoïdes, ils assurent à mort à 47 ans !

Et j'ai fini par mettre une enveloppe dans ma salle de bains avec écrit à la main FUCK YOU, I USE ALL THE CONDOMS à la place de mon sac à capotes... hhahahahaaahhah. coincée la petite là... Elle est arrivée avec mon enveloppe... mort de rire... elle comptait comme toutes les femmes de la planète la quantité de capotes de son mec. En toute tranquilité comme si c'était normal, au milieu de deux séances de maquillage ou dès son arrivée à mon appart, le réflexe premier. Ce sont de vrais comptables nés finalement toutes ces femmes,... hein messieurs... comme si nous on allait compter les tampons dans leur sac, putain.

Encore, mettre un mouchard sur le password du compte facebook pour surveiller les batards qui mettent des commentaires en lousdé pour essayer de niquer nos meufs, ok passe encore, mais de là à compter les capotes, sérieux, c'est moche... hahahahahahahahaha

En plus, elles sont bouchées hermétiques à la psychologie masculine. Disons le franchement. Baisouiller une petite chaudière une fois de temps en temps, avec capote, c'est pas tromper, sérieux. C'est juste l'entretien du fusil là. Pas de quoi en faire un fromage. Y a pas d'amour avec capote. Ca compte pas. Avec la psychose ambiante sur le sida, avant qu'une nana accepte la giclée de sperme dans son vagin, faut qu'elle ait sérieusement le mec dans la peau... et pareil pour nous. On ramasse déjà assez de merdes sur la queue comme ca, sans en plus chercher frontalement à choper le sida.

La maman blanche généralement, quand on lui tient ce discours, elle répond toute remontée :

- ah oui, et ben moi aussi, je vais aller baiser avec capote avec des mecs dans ton dos. t'en penseras quoi toi hein si je fais pareil que toi... !!!!

Ben j'en penses que tu vas te lasser très vite parce que fondamentalement, tes incapable de baiser ma cocote.

Ce qui est fou avec les mamans, c'est qu'elles oublient rapidement ce qu'elles sont véritablement... ! 20 siècles de petit jésus avec les prêtes qui couinent tous les dimanche leurs salades, ca s'efface pas comme ça en quelques années avec l'arrivée d'internet...

Une maman qui se fait tirer à la va vite, c'est rigolo une fois, dix fois, peut être vingt fois. Après, elle redevient maman très vite, le danger étant qu'elle change de mec suite à un petit coup sans lendemain.

 Un mec qui change de nana principale après des coups à la va vite, c'est nettement moins probable. Et un mec qui arrête d'utiliser son fusil, il meurt doucement...

Moi si j'étais une femme, je m'alarmerais grave si je ne voyais pas (PAS !) la pile de capotes descendre... là, ca voudrait dire qu'une salope dans mon dos cherche à mettre le grapin sur mon mec, en baisant sans capote et que mon enfouaré de mec la nique sans capote, donc que les deux ont franchi le cap fatidique de l'abandon de la capote. Là, ce serait la guerre, l'embauche d'un détective privée, l'enquête poussée sur le téléphone, chaque trou dans l'emploi du temps nécessitant une justification poussée et  documentée avec factures... Fini la maman, je me mettrais à baiser comme la dernière des tigresses pour le récupérer et je rentrerais dans la compétition à donf...

Mais tant que la pile de capotes descend, pfffff, tout va bien, aucune alarme particulière. Mon mec entretient sa santé et m'aime toujours...

Elles comprennent rien les meufs aux hommes, pffffff....

C'est comme la girlfriend de Tonio. En un an et demi, elle a provoqué un nombre hallucinant de crise de jalousie. Elle a jamais réussi à le serrer. Pas une seule seule fois, elle est tombée juste. Tout le temps en erreur. Vous pouvez le croire ?

Elle a systématiquement suspecté à l'envers alors que Tonio, il queute comme tous les mecs du coin, gentiment, une ou deux fois par semaine (d'ailleurs, on finit par se taper un cancer de la prostate si on le fait pas. C'est pas nous qu'on le dit, ce sont les docteurs. Merde quoi, notre santé vitale est en jeu quand même. Si on nique pas 21 fois par mois mini de chez mini, on explose les risques de cancer. On prend très au sérieux notre santé à Bangkok. Y a pas la sécu comme en France !).

Quelque part, la girlfriend de Tonio, elle respecte mes théories. Quand un humain sent que ses décisions ont des conséquences importantes sur sa vie, il se pisse dessus et s'arrange pour ne pas les prendre. Et il s'amuse derrière dans le train train de la distribution gaussienne à deux écart type à se faire une pseudo peur qui au final, n'aura aucun impact sérieux sur sa life. Tonio, le jour où il envoit des signaux forts de tromperie, suite à des erreurs (on en fait tous) , la girlfriend, elle a jamais moufté...

Lassant, désespérant...

I belong to Bangkok mes amis !

Charles Dereeper