Quand on naît dans le mauvais pays

  • Il faut rectifier le tir coûte que coûte ou moisir frustré...
  • Je veux concrétiser en Thaïlande MON mode de vie
  • Ce à quoi je crois, qui me travaille depuis 40 ans les tripes

Chapitre 16 : Monter une école pour apprendre aux vagins à jouir...

 

Depuis quelques temps, je m'interroge sur ce que je vais bien pouvoir foutre jusqu'à ma mort à 80 balais, vu que j'ai à peu près réalisé tous mes trucs sur mes listes secrètes.

Mon plus vieil ami et associé Sam (20 ans de relation) me disait l'autre jour qu'il sentait en moi une vraie impulsion concernant mon dada à faire jouir les vagins.

Tu devrais monter une école Charles ! Te rends tu compte de la quantité énorme de femmes qui rêvent de parvenir à jouir. Ca pourrit leur vie à un tel point. Tu pourrais faire du bien à la terre en leur apprenant à jouir.

Ca a l'air d'être une bonne idée, mais en réalité, je n'ai rien à apporter à ces femmes. C'est juste que mon copain Sam croit un peu trop à l'acquis et pas assez à l'inné...

Je lui avais promis une réponse structurée. La voici. Bien sûr, l'objectif de cette page sérieuse, j'insiste, sérieuse, est de dire ma vision du concept de l'inné et de l'acquis, ok ?..... Il est question ici de philosophie ! Pas de cul. Le vagin est juste le support de réflexion... Je prend ce que j'ai à disposition pour faire mes tests sur la profondeur de la vie... Et après, j'en informe mes contemporains. HAHAHAHHAH. Non parce que cela pourrait me vexer si d'aventure, vous en veniez à conclure que je ne parle que de cul...

Bon Sam, mon cher Sam !

Je ne fais pas jouir des vagins morts. Je fais jouir des vagins en état de friche à cause des glands qui sont passés avant moi qui comprennent rien à rien. C'est totalement différent.

Il faut relire mon article sur la classification que j'ai établi pour aller plus vite quand je suis sur le terrain : http://www.charlesdereeper.com/vivreaucostarica/Ch17.html

Ce qu'il faut comprendre, c'est que je ne touche jamais aux vagins morts type classe 1 et classe 2. Je scanne en permanence les femmes à l'intuition.

Le manuel du parfait obsédé sexuel consiste à fourrer n'importe qui, n'importe comment, le plus possible. C'est différent de ce que je fais. Si si, même si aux premiers abords, il y a vite fait de conclure que je ne pense qu'à ça, lubriquement et basiquement, genre DSK.

La preuve ? Vous pouvez m'apporter la plus grosse bombe atomique du coin. Si elle sort en classe 2 ou 1 sur mes scans, je n'y toucherais JAMAIS. Et ça dans le manuel du parfait obsédé sexuel, c'est une erreur professionnelle sanctionnable par les autorités compétentes. L'obsédé sexuel ne peut résister à l'appel de la chair de qualité supérieure. Ce sont les médecins qui le disent. Moi c'est différent, je sais résister à de très nombreux vagins, ceux qui ont un défaut de fabrication. Je suis assez pote avec les vagins comme vous l'avez compris. Et quand il y en a qui tourne pas rond, eh ben, c'est très simple, j'y fourre pas ma queue dedans. Il est puni. En clair, on est plus pote. C'est tout.

En vagin classe 3, faut vraiment, vraiment que la femme envoie du lourd physiquement pour que je me lance (traduction pour les hommes, méga bonnasse, retraduction pour les femmes, super méga vulgaire). Sinon, j'évite aussi. Autant dire que 90% des vagins sont hors de mon champ de tir. Comment voulez vous être classifié obsédé sexuel, si vous dîtes d'entrée non 90% du temps à la gente féminine. C'est tout simplement impossible. Donc arrêtez vos petits jugements sur mon honorable personne à la va vite sans vous documenter médicalement hein ?

En revanche, je confesse qu'un vagin classe 4 ou classe 5 peut entraîner de ma part de nombreuses contorsions pour le visiter. Oui, c'est vrai. J'en conviens.

Et n'allez pas penser que j'écris cela pour épater la gallerie.

Je suis ultra discipliné sur ce sujet. Je ne dégaine qu'avec mes potes classe 4 et 5.

Pas envie de passer pour un obsédé sexuel non plus alors que tout mon comportement indique le contraire.

Par exemple, il arrive des ratés dans mon fonctionnement.

Mon intuition n'est pas parfaite même si j'ai un gros taux de réussite supérieur à 90%. Quand je me retrouve avec une erreur, un vagin classe 1 ou 2 qui se paume dans le groupe des classe 4, incognito même si je finis par le démasquer, je disparais. Oui, je suis une merde, une enflure, une crotte. Je ne rappelle pas la fille. JAMAIS. Tout ça parce que son vagin déconne.

Parce que je ne crois pas à l'acquis mais à l'inné et au destin.

Ca y est. J'en viens au quart d'heure de philo ! Vous croyez peut être que je rame depuis 5 minutes pour vous distraire. Pas du tout. J'ai un but philosophique derrière tous ces trucs de vagins. Sinon, je n'écrirais pas, pffffff !

Bien sûr, je suis comme vous tous. J'aimerais un monde où les humains peuvent acquérir des changements, modifier leur trajectoire de vie sous l'impulsion de la force de leur esprit et leurs aspirations. J'ai cru à tous ces trucs pendant longtemps. Il existe en outre une littérature riche qui exploite notre besoin de croire à ces choses pour éviter de se tirer une balle trop vite.

Mais voilà, la vie s'est chargée de me démontrer l'inverse avec un énorme paquet d'exemples et d'expériences.

J'aimerais croire que les femmes aux vagins morts à 20 ans se retrouvent à 35 ans en classe 4 grâce à un parcours du combattant destiné à faire progresser le moteur de leur vagin ! J'aimerais que des hommes trouvent la flamme au fond d'eux et deviennent de grands entrepreneurs impactant nos sociétés. Il se trouve que j'ai étudié une masse de grands entrepreneurs. Ils sont presque tous nés avec la flamme en eux qui les a guidé. Le dernier en date que j'ai lu, ce sont les 700 pages du loup de Wall Street de Jordan Belfort, qui d'ailleurs se plaint pendant 700 pages de sa vie incroyable qui est parfois dure à porter sur ses petites épaules... Le poids du destin est bien lourd pour beaucoup d'entre nous.

Je sais pertinemment qu'il existe partout des cas rares. C'est d'ailleurs mon mode de vie, ces fameux cas rares. J'ai tout misé sur leur présence : http://www.charlesdereeper.com/vivreenthailande/ch8.html

Je n'ai aucun doute que certains entrepreneurs naissent en cours de route ou que des femmes qui n'ont jamais rien senti pendant qu'elles se faisaient monter, se réveillent un jour avec un ouragan qui ne les quitte plus au fin fond du vagin.

J'ai par exemple renconté à Bangkok un cas rare invraisemblable. C'est la plus vieille femme que j'ai sauté de toute ma vie. Elle a 48 ans. Elle m'expliquait qu'elle s'était reveillée un beau matin à 40 ans avec une nouvelle vie et que les choses pouvaient changer, vraiment. J'ai creusé sa piste parce que le changement humain, ca me botte. J'aime quand les gens progressent.

Elle m'affirmait qu'elle était devenue attirante à 40 ans (les hommes ont vraiment commencé à la chasser à cette âge là, pas avant) et qu'avant, c'était un laidron.

Pire, elle prétendait que l'énorme paire de seins naturels qu'elle avait, lui avait poussé après 40 ans. Croyez moi, je sniffe à 20 km la présence de silicone. J'adore dire que je deviens allergique dès que cette saloperie de plastique est à portée de mains. Quand je touche du silicone, c'est éliminatoire. Je trouve ça horrible de déformer son corps. Habillé, ca va. Mais nu, quelle horreur. Je ne suis pas seul. Un sondage pour un grand quotidien anglais qui font des pages 3 sur des nanas bikini a montré que plus de 70% de leurs lecteurs (des centaines de milliers) étaient très indisposés par le silicone...

 

Cette femme a 48 ans. Je n'ai pas d'autres photos. On ne voit pas bien qu'un bonnet D est présent sous le capot. Forme, texture, tout est parfait pour son décolleté (je le sais, j'ai joué avec pendant une soirée et une nuit). Je ne pouvais la croire. Alors, elle m'a montré pleins de photos d'elle de sa trentaine. Pas de seins et une gueule qui était la sienne, mais complètement différente !!!

Pouvez vous le croire trois secondes ?

Non, puisque vous n'avez pas vu les photos et vous êtes obligés de vous en remettre à ma seule bonne foi, qui n'est pas très crédible vu que je suis protagoniste de l'affaire avec mon caleçon investi dans l'opération.

Je vous jure Marie Thérèse que c'est vrai et que je déconne pas pour le coup.

Une paire de seins digne d'une gamine de 20 ans qui surgit de nulle part avec la prise de quelques kilos en trop à l'âge de 40 ans !!! Je connais des millions de femmes qui se damneraient pour un bonnet C naturel. Elle a attrapé un bonnet D malgré son patrimoine génétique 100% thai qui ne la prédispose vraiment pas !!!!

Quelle est la probabilité de vivre son évènement en tant que femme ? La question m'a fasciné. Avant de la rencontrer, je n'y aurais jamais cru. Mais encore une fois, j'ai joué toute la nuit avec et j'ai vu les photos au moins une vingtaine. Vu que je ne consomme aucune drogue et que je ne bois pas quand je chasse, il n'y a aucune possibilité de distorsion de la réalité avec des substances chimiques spéciales.

Je n'ai donc aucun doute que des entrepreneurs découvrent la flamme ou des femmes subissent la grande secousse sur le tard en pur acquis. Il y a de nombreux cas rares dans la vie (ils sont vraiment la clef de notre existence, probablement l'intervention du monde de l'invisible), mais ils représentent les modèles qui font rêver, l'étalon qui nous ouvre aux possibilités, le 5% d'exception.

Quand nous parlons de la masse et de statistiques, la vérité est que statistiquement, rien ne change pour la majorité des gens qui subissent l'inné de plein fouet. Désolé mesdames, mais ce n'est pas demain qu'un bonnet D va vous pousser parce que vous avez mangé trop de glaces. La vérité, c'est que si un bonnet D a poussé, vous aurez pris 30kg dans l'arrière train avant et la question du numéro de la classe de votre vagin ne sera pas la table... ainsi va la vie.

Donc revenons à cette école de vagins défectueux.

Je ne suis pas là pour réparer les plans fumeux des dieux. Je me contente de surfer sur sa création qui s'appelle LA REALITE... Je ne comprends absolument pas pourquoi une minorité a la flamme ou la jouissance et qu'une majorité est à poil sans rien du tout.

Ce que je sais, c'est que je ne fais que réveiller les femmes à elles mêmes. Je les sniffe par intuition. Il y a un paquet d'endormies qui ignorent qu'elles sont des classes 4 ou des classes 5. Elles zozottent la tête en l'air, le vagin sous exploité et elles attendent l'amour, le grand sans comprendre leur inné !

Donc moi, j'arrive avec mon briquet et je les allume. J'y fous le feu au bordel. C'est tout ce que je fais. Mais comme j'ai scanné que c'était hautement inflammable... Pour la plupart, elles décollaient une fois ou maxi deux avec leurs meilleurs partenaires. Souvent, elles n'ont pas joui depuis des lustres et quelques fois jamais, d'où leur surprise. La seule valeur ajoutée que j'apporte, c'est de leur montrer que leur corps est programmé pour bien plus que ce qu'elles ont expérimenté.

La légende urbaine du mec bon coup au lit, j'y crois moyen. En même temps, peut être que des mecs sont spécialisés dans l'éveil de vagins morts après tout ! Alors là, s'ils existent, oui, ils peuvent sans aucune limite prendre le nom de bon coup au lit.

Moi je ne suis juste qu'un simple profiteur qui sait exploiter les failles des systèmes. Quand je rentre dans un lit avec une femme, je sais déjà quel est son profil global pour son vagin même si elle, ne le sait pas toujours. Du coup, je n'ai qu'à chercher la clef qui va ouvrir la porte. Quand on cherche, on trouve. Ce n'est pas bien compliqué. Mon seul savoir est dans le scanning.

Je comprends aisément qu'un mec qui monte dans une 300 CV à qui on n'a pas dit que l'engin était turbo compressé à mort, évidemment, il ne lui viendra que rarement à l'idée de pousser l'accélérateur à bloc. Ce scanning est donc primordial. Et pour ca, il faut être télépathe. Croyez moi sur parole, être télépathe, c'est plus que casse burne. Il y a un énorme prix à payer. Par contre, il y a aussi quelques menus avantages...

Je ne créé rien de A à Z.

Un vagin mort est mort. J'ai essayé dans le passé de donner vie à des vagins morts. Franchement, je commence à m'y connaître en matière de vagin. J'ai tout modélisé. Il est rare désormais de tomber pour moi sur un cas nouveau. Eh ben, le fait est qu'un vagin mort reste mort malgré tout ce que je peux connaître et faire.

Donc pour moi, c'est physiologique, comme de l'inné. Il n'y a pas de connection entre la tête, les sensations et le vagin chez ces femmes. Y a rien à en tirer... et y a rien à tirer...

Donc monter une école pour apprendre aux classes 1 et aux classes 2 à jouir ne serait qu'une grosse escroquerie.

La seule chose que je peux vendre, c'est mon scanning et participer à réveiller les belles endormies...

Alors, qui veut savoir qu'elle a le feu sous le capot ? HAHHAHHHAHA.

Ah non, toi, tu peux pas baiser. Oublies la bite, c'est mort. La grande secousse, ce n'est pas pour tout de suite, tas intérêt à aller questionner dieu un paquet de fois pour tomber dans les cas rares des 5% qui trouvent la flamme en cours de route... HAHAHAHAHAHAAHAH

Toi par contre, viens voir par là que je te montre deux ou trois trucs... J'ai une idée qui vient de traverser mon esprit de non obsédé sexuel (je répète, de non obsédé sexuel, y a bien écrit le NON avant obsédé) HAHHAHAHAHAHAAH

Bref... Pour revenir à cette histoire d'inné, les classes 3, franchement, je me suis acharné à les upgrader en classe 4. C'est instable et j'ai échoué aussi pas mal de fois. Charly n'est pas un bon coup au lit ! Une classe 3 a une faible proba de devenir classe 4 d'après mes calculs...

Pour moi, tout est joué. Je scanne et je joue gagnant en misant sur la prédominance de l'inné et l'inexpérience mâle de mes prédecesseurs qui ont labouré les mêmes champs que les miens sans accéder à la bonne info sur les caractéristiques moteur...

Ah si Chéri, je te jure que je suis une classe 5. C'est le monsieur qui l'a dit ! Tu peux me fourrer pleins de fois. Je vais faire le grand huit ce soir...

Ne jurez pas Marie Thérèse...