Quand on naît dans le mauvais pays

  • Il faut rectifier le tir coûte que coûte ou moisir frustré...
  • Je veux concrétiser en Thaïlande MON mode de vie
  • Ce à quoi je crois, qui me travaille depuis 40 ans les tripes

Chapitre 15 : Les Français, la femme thaïe, l'argent et moi

 

A Bangkok, le choc des cultures est violent entre la France catho refoulée et l'Asie boudhiste libérée.

La politique, le social, l'économie et la religion impactent directement les relations humaines.

Beaucoup de français débarquent sans piger deux secondes que les particularités de la France s'arrêtent à ses frontières.

S'il y a bien un sujet de discussion fréquent, c'est le rapport entre l'argent et les relations amoureuses en Thaïlande.

La scène que je vais décrire est arrivée des dizaines et des dizaines de fois...

Vous retrouvez un pote le soir dans un bar qui vous parle de sa dernière conquête féminine.

Normalement, vous vous attendez à :

- un commentaire sur son physique

- un commentaire sur sa manière de baiser

- un commentaire sur son comportement émotionnel

- un commentaire sur le ressenti perso du pote, ses sensations, son jugement...

Bref, des trucs normaux quand on parle d'une nuit de galipettes.

A Bangkok, la culture du pays stresse beaucoup les petits français catho refoulés.

Du coup, le premier truc qu'ils vous disent quand ils ont été couchés avec une thaïe, c'est :

- J'ai payé

ou

- Je n'ai pas payé. J'ai couché gratis !

Voilà où ils en sont tous. S'envoyer en l'air avec une bombe physique les intéressent moins que de réussir à coucher sans payer. L'argent compte plus que tout le reste. Sympa l'expérience de vie...

De là à conclure que les Français foutent leurs bites dans un billet de banque...  il n'y a qu'un pas.

Cela peut vous paraître invraisemblable, mais c'est la vérité. Je n'ai pas payé est le critère que le français utilise pour marquer sa victoire de mâle en société, genre elle tenait suffisamment à moi pour ne pas me demander du pognon.

Mon critère à moi, c'est : j'ai réussi à la faire décoller 5 fois la garce. Elle miaulait encore quand je me suis terminé... Elle agonisait. J'ai dû la finir avec les doigts...

Chacun son critère... hahahahahaah.

Perso, je pense que le critère de l'argent est un truc de détraqué, un dérèglement du cerveau provoqué par un bourrage de crâne intensif dès le plus jeune âge. Je trouve franchement inquiétant qu'une majorité de mecs oublie l'essence même d'une rencontre. Le sexe et l'amour sont les plus belles choses sur terre. Que la politique et la religion viennent perturber cette beauté et qu'il y ait autant de mecs paumés avec un crâne délavé, c'est inquiétant.

 

Un deuxième truc me fait marrer encore plus fort.

Dans la tête d'un français catho refoulé socialo, la femme noble est la femme indépendante financièrement qui a donc un travail respectable. Elle seule est capable de vrais sentiments. Les autres sont verrolées et trichent. Binaire comme approche, mais ultra répandue.

Pourquoi Charles, tu ne chasses pas dans les zones à bureaux ? (sous entendu, pourquoi tu niques pas des parfaits prototypes de la femmes modernes respectant les critères internationaux, digne de respect, que tu pourras aimer de tout ton coeur...)

Je ne compte plus le nombre de fois que j'ai reçu cette question. Plus de 100 fois à coup sûr.

Ne souriez pas devant ces propos. Avant d'arrêter de parler à mes congénères français, par lassitude de leurs conneries, c'est au moins 90% d'entre eux qui me tenaient ce genre de discours.

J'ai au début commencé par répondre :

Ba donc, ta mère n'aimait pas ton père alors ? Et ta grand mère se payait la tête de ton grand père ?

Evidemmment, l'agressivité montait rapidement à ce petit jeu. J'ai arrêté...

Car non seulement, ils rabaissent la femme thaïe au rang de sous merde juste bonne à baiser pour du pognon (donc implicitement dans leur esprit, je commençais à comparer leur famille grandiose à ces sous merdes de thaïes vénales, un gros manque de respect de ma part assez dangereux à porter... j'imagine que le respect de la femme et de l'égalité des hommes si chers à mes compatriotes s'arrêtent aux frontières de la France sur ce coup là...), mais de l'autre, ils nient qu'une majorité de femmes baby boomers et des générations précédentes en France, restaient au foyer pour élever les enfants. Je crois de mémoire qu'il a fallu attendre 1974 ou 1978 pour qu'une femme française puisse prendre un job sans avoir à demander l'avis autorisation de son mari !!!! (la belle époque, mort de rire... hahahhahaaha, comment est ce qu'on a pu perdre le contrôle à ce point de la situation... Non femme, tu restes au foyer, je ne veux pas que tu travailles et que tu ailles sucer ton voisin de bureau... hahahaha. C'était quand même plus facile dans l'ancien temps hein ?... Bon en même temps, si on y réfléchit à deux fois, la fluidité du marché était perturbée. Aujourd'hui, on peut choper la femme de son voisin tout en bossant. Le brassage permet une meilleure compétition et une plus grande efficacité du marché. C'est plus dynamique. Les petits salopards qui cachaient chez eux, les classe 4 et 5 ou les bombasses physiques exceptionnelles qu'on pouvait qu'entreapercevoir quelques instants au moment des courses. Fini ! Désormais, tout le monde peut jouer... hihihihi)

Autrement dit, pour revenir au sujet principal du jour, les enfants de baby boomers ont massivement été élevés par des mères au foyer, entretenues par leur mari.

L'économie de la Thaïlande a deux générations de retard sur celle de la France. Mais les petits français catho socialo refoulés, ils attendent que la société thaïe soit au même niveau que la France...

C'est n'importe quoi. Les Thaïs vivent comme les français avant. Je crois que les français ont oublié d'où ils viennent.

En outre, la connerie est énorme, parce que l'argent et l'amour ne se contrecarrent pas. Quelques soient les situations, y compris en temps de guerre avec les ennemis du pays, vous ne pourrez jamais empêcher un homme et une femme de se plaire.

 

Je garde le meilleur pour la fin !

Mon ami Antoine (j'ai deux amis Antoine à Bangkok que j'aime beaucoup, l'un est Tonio et l'autre est Tony) a traîné pendant trois ans avec une thaïe qui avait un job de marketing dans un hôtel. Une femme bien sous tous rapports. Il n'y avait aucune histoire de pognon entre les deux. Antoine payait un peu du train de vie, mais n'alimentait pas le compte bancaire de sa dulcinée.

Et franchement, il nous la mettait en exemple assez souvent, du genre, cette thaïe n'est pas vénale...

Un beau jour de printemps, décision a été prise de se marier...

Mon ami Antoine a vu arriver sur son ordi un tableau EXCEL avec tout en bas, dans la case à payer, je ne me souviens plus du montant exact, mais je crois que c'était 40.000 euros... Un énorme montant.

Les discussions ont débuté assez tendu... et Antoine a découvert à la place de sa femme non vénale, une véritable tigresse assez fermée au débat question financement de la cérémonie... L'engueulade est montée dans les tours et l'idée du mariage a disparu... avec le tableau EXCEL non négotiable...)

La moralité de cette histoire, c'est que l'argent est forcément présent entre un homme et une femme. A un stade ou à un autre, il fait surface. Il existe plusieurs systèmes de relations amoureuses et de soutien financier. D'après mes calculs, il vaut mieux payer à court terme un forfait ou à l'unité, rester libre sous forme de polygamie que de ne rien payer et de se retrouver marier un jour avec une énorme addition, un ménage à entretenir, des voitures, le coût du divorce futur et surtout le poids de la monogamie qui coûte plus qu'un bras... Bon, cela reste des calculs perso approximatifs. Je n'ai pas encore fait de tableau EXCEL, car je suppute que si un jour, un cygne noir encore plus noir que mon dernier en date, fait surface dans mon viseur en titane, je vais me faire baiser comme tous les autres et je vais me retrouver épinglé avec une monogamie carabinée, le coeur grenadine...

Reprenons Charly..., l'argent dans les relations homme / femme est d'autant plus présent que le niveau de développement économique du pays est faible. C'est notre job d'homme que de soutenir financièrement les femmes. Ce job est d'autant plus important que le pays est macho et nous offre des avantages certains en tant qu'homme. Faut assumer nos privilèges putain. Cela me paraît simple à comprendre, mais nos rangs ne sont pas épais avec cette logique là !

Enfin, la corrélation entre sincérité des sentiments ou du désir et argent, franchement, c'est un concept. Le mec qui a de l'argent, est coupable et responsable de ses choix amoureux. S'il choisit des femmes attirés par son pognon et non par lui, c'est lui la quiche incapable de sonder et de cerner sa femme. Il est coupable d'aller à la facilité. Il existe un paquet de femmes qui seront là pour lui ET pour son argent et non OU. Les français aiment croire que l'argent ne fait pas le bonheur et que les femmes aiment soit l'homme, soit l'argent, mais pas les deux en même temps (moi perso, j'aime les petits culs ET les gros seins, c'est donc bien la preuve qu'on peut aimer en même temps deux friandises distinctes...).

Idem pour le bonheur, dans notre culture idiote, on est soit heureux, soit riche, mais les riches sont des salauds qui exploitent les autres, qui n'ont aucune morale et qui ont franchement le bonheur douteux et honteux... et j'en passe de la réthorique habituelle.

Perso, j'ai résolu le problème. Je ne parle qu'à 4 français à Bangkok. Tous les autres, je déguerpis au bout de 3 minutes chrono, surtout les nouveaux dès qu'ils sautent sur une de mes mines culturelles. Français, mais Espagnols, Italiens, c'est le même combat... Toute la loose du sud de l'Europe qui prend une branlée par l'Allemagne, que ce soit au foot ou dans l'économie, on les retrouve sur le terrain de Bangkok avec leurs idées à la con. Vaut mieux se protéger et fuir. Comme une vraie petite femme qui sniffe l'infidélité de son mec. Elle devient hermétique à la réalité à la vitesse de la lumière...