Bienvenue sur charlesdereeper.com ! Vous êtes dans la partie

BLOG COSTA RICA. Cliquez ici pour lire mes trois autres blogs

ARGENT / EXPATRIATION - SANTE - THAILANDE


 

Se laver les cheveux avec juste de l'eau de mer !

 


 

 

1 AN ET DEMI SANS SHAMPOING ! IMPOSSIBLE ? MES COUILLES...

 

Qu'est ce qu'il est vulgaire ce Charles. Faut toujours qu'il dise des gros mots, putain...

Eh oui, désolé, je suis 25% roumain. Cela doit être là, le patrimoine génétique qui s'exprime...

J'ai toujours deux ou trois challenges en cours même si cette année 2012 est bien sombre pour moi avec ce divorce et ces multiples procédures face aux bâtards de fonctionnaires français.

Relatons le challenge des cheveux qui lui, est fini. Ce fut facile, mais long.

Il y a 5 ans, je suis parvenu à la conclusion que l'OREAL avait bâti une position économique mondiale en partie sur des distorsions marketing. Si Gilette nous vend un rasoir qui nous sert à couper des poils, une fonction concrète, L'OREAL vend pas mal de produits dont l'utilité consiste à calmer nos angoisses et à nous donner l'illusion qu'on peut agir et que nous sommes en train d'agir pour notre bien.

L'un de ces mythes est notre supposé besoin de shampoing pour avoir des cheveux propres. Pour moi, c'est fabriqué de toute pièce par un bourrage intensif de nos petits crânes, tout comme l'est, notre besoin en lait de vache par exemple... Lire  http://www.europecostarica.com/Ch4.html

Il fallait que j'en ai le coeur net. Alors j'ai commencé à me laver les cheveux qu'une fois tous les deux jours. J'arrivais de Paris où la pollution fait rage. Depuis mon enfance, comme tout le monde, j'ai habitué mes cheveux à ne pas travailler. Il était temps que je vérifie par moi même.

Pendant un an, j'ai stabilisé à  une fois tous les deux jours donc. Le deuxième jour, les cheveux graissaient. Puis j'ai repoussé la limite, je suis passé à une fois tous les trois jours. Puis une fois tous les 4 jours. Je suis monté en 4 ans de une fois tous les jours à une fois par semaine. Je suis resté bloqué sur ce seuil pendant un an de plus. Imaginez un an sans amélioration. En même temps, vaut mieux une fois par semaine que une fois par jour...

A noter que j'ai passé pas mal de temps à Bangkok. Si Paris est polluée, Bangkok est une poubelle en comparaison. Pourtant mes cheveux ont tenu le coup au rythme d'une fois par semaine.

C'est là que j'ai senti que mon corps réapprenait à vivre sans ces conneries de marketing.

Au bout de 5 ans, j'ai sauté le pas et j'ai arrêté de me laver les cheveux avec autre chose que de l'eau chaude chaque jour. En avril 2011, j'ai passé encore un mois à Bangkok. Je n'ai pas mis une goutte de ces saloperies chimiques. Mes cheveux sont restés nickel sans aucune trace de graisse dans l'une des plus grosses poubelles du monde.

J'avais validé mon intuition. Depuis 18 mois, je prends environ un à deux bains de mer par mois car j'ai remarqué que le lavage juste à l'eau du robinet ne suffit pas pour avoir une belle texture. Il doit y avoir des trucs dans la mer qui nourrissent le cheveu humain. Car moi après un bain, c'est comme si je venais de me faire un shampoing de la tronche... avec une caisse entière de l'OREAL... gratuite !

Ce qui est amusant, c'est qu'autour de moi, il y a eu un fort écho. Comme si au fond d'eux mêmes, les gens sentent bien qu'il y a une embrouille. Alors ils se lancent tous dans le même mécanisme que le mien à réduire le nombre de jour où ils utilisent L'OREAL... Seulement, il n'y arrive pas tout de suite, ce qui se transforment souvent en JE NE VAIS PAS Y ARRIVER. Ils retiennent de moi l'information que c'est possible et il zappe la notion des 5 ans progressifs de mon expérience...

Décidément, c'est comme pour les régimes alimentaires. Il y a un certain refus de la durée. Notre civilisation occidentale veut tout et tout de suite. Heureusement que la nature ne l'entend pas de cette oreille finalement.

 

 

 

SUPPRESSION DU DEODORANT

 

De nombreuses études sont parues démontrant sans contestation possible l'impact direct de l'utilisation des déodorants à base d'aluminium et de paraben sur l'apparition des cancers. En Angleterre, je me souviens d'un chercheur qui a analysé 50 cancers du sein. Il a trouvé un problème de paraben dans 99% des occurences. Pire, il semblerait que les cancers du sein se soient déplacés sur le lieu de leur apparition pour se rapprocher de la zone où les déodorants sont appliqués quotidiennement.

Il y a donc de quoi flipper et chercher à se débarrasser de ces engins de mort.

Perso, j'ai échoué. Je suis confronté à une problématique que beaucoup d'entre nous avons...

Soit je sens bon avec du déodorant, soit je ne sens pas bon sans déodorant.

J'ai tenté pendant des années de réduire la quantité, mais à chaque fois que je suis passé sous un niveau minimum, je me suis fait coincer.

En outre, tous les déo sans alu ou paraben se sont révélés inefficaces pour moi.

Aujourd'hui, je consomme un stick tous les 4 à 5 mois environ. Peut être que je trouverais une solution un jour.

 

 

 

QUE FAIRE DES IGUANES, BOUFFEURS DE PAPAYERS ?

 

Il est super dur pour l'instant d'obtenir des papayers adultes. Soit il y a un problème de terre trop pauvre sur certains endroits qui bloquent la croissance au delà de deux mètres.

Soit au stade de la petite enfance, les iguanes déboulent et mangent tout, laissant juste un piquet, le petit tronc tout frêle de nos bébés papayers.

Oscar a envie de les buter avec mon nouveau flingue, un taurus 17 coups

 

 

Odir, le frère d'Oscar, a envie de les rôtir. Il paraît que cela a un goût de poulet. Il aime ça à priori.

Seulement moi, les iguanes, je trouve que c'est un super animal, vraiment super beau, surtout les versions en couleur verte. Je ne sais plus si ce sont des femelles ou des mâles.

 

 

 

Que faire ? Les papayes du jardin sont tout simplement énormes au niveau du goût. Rien à voir avec celles du commerce qui sont traitées pour ne pas vieillir trop vite, ce fruit étant relativement fragile. En outre, je m'en sers quand j'ai une lourdeur d'estomac. La papaye a des propriétés confirmées aussi efficaces qu'un Malox...

Pour l'instant, nous avons arbitré entre le sanguinaire Oscar, le gourmand Odir et le romantique Charles en attrapant tous les iguanes qu'on peut et en les déplaçant ailleurs à 2km dans la jungle d'Ojochal.

A noter que le gentil tout mignon Iguane a des dents capables de vous sectionner le doigt net si vous le laissez traîner trop près. Cela me laisse toujours perplexe cette violence et dangereuse proximité. La nature sauvage est belle. Mais la vérité est que l'homme n'est que moyennement compatible avec...

 

 

ALLIGATOR : DE LA FLIPPE A L'ETAT PUR...

 

J'ai vécu à Tours pendant 17 ans. J'ai passé 12 ans à Paris et 5 ans à Rennes. Toujours dans des milieux citadins. Concrètement, je ne suis pas équipé pour affronter un tête à tête avec un alligator.

Aussi quand Odir est venu tout fier me montrer le jouet, comme s'il s'agissait d'un matou, je dois avouer que mes poils se sont dressés sur les bras. Ce truc m'a foutu les jetons. Incontrôlable.

Les yeux de la bestiole sont spéciaux. Plutôt jolis. Mais tout doucement le long de la colonne vertébrale, on me rappelait qu'il s'agissait d'une vilaine bête, très vilaine avec laquelle non seulement, on ne fait pas copain, mais en plus, qu'on vire de son territoire illico presto...

On a pris la cage des chats, mis la bêbête dedans et elle a eu le droit à un aller simple vers une autre zone d'Ojochal en priant que les couillons d'en face ne fassent pas pareil en nous rapportant dans notre zone des bêbêtes du même genre... 

 

 

 

 

 

CONSTRUCTION

 

Suite à des mésaventures et une erreur de ma part qui m'a coûté un max de blé, j'ai pris la décision d'injecter plus d'argent dans ma vie perso. C'est débile de se retenir. J'ai donc fait une proposition à Oscar, son frère Odir, leurs deux femmes (qui sont soeurs) et le cousin Minor de construire 3 bungalows réunis par un deck et de les installer sur mon terrain.

Le deal est qu'ils construisent. Ils vivront dedans. J'achète tous les matériaux. Cela fait un bon entraînement pour la suite, car je prévois de faire construire d'autres maisons pour les vendre. J'adore cette sensation de créer un lieu de vie.

 

Pour le premier, j'ai choisi de faire la structure en pin traité du fournisseur habituel et d'habiller à l'intérieur avec du pin brut lazuré pour obtenir un style 100% rustique. 30m² dont une salle de bains. Le chantier a duré deux mois.

Oscar est chef et manage l'approvisionnement. Minor et Odir construisent.

 

 

 

On a démarré dans la foulée la construction du bungalow de Minor.

 

 

Quelques infos sur le Costa Rica. Il faut déposer un permis de construire simplifié pour une surface inférieure ou égale à 30m². Le permis est super chiant. J'ai passé deux jours à réunir tous les docs. Au final, les agents de surveillance m'ont chopé et m'ont dressé un procès verbal avec amende, car je n'avais pas déposé tout à temps. J'y suis allé la semaine suivante. La nana a pris le pognon, quelques centaines de dollars, a vaguement regardé les documents qui m'avaient coûté deux jours d'efforts et nous a dit : dehors, vous êtes à jour...

J'ai donc cette fois-ci bien imprimé ce que disent les autres expats : tu construis d'abord et tu payes ensuite les amendes. Pour les docs, tu t'emmerdes pas la tête. Le Costa Rica veut du pognon !

Il y a juste une subtilité à savoir : si vous démarrez un chantier sans permis et que vous vous faîtes choper avant d'avoir posé le toit, les agents sont capables d'arrêter le chantier et d'exiger tous les documents. Si le toit est posé, ils vous demandent juste d'aller payer les amendes. Dans tous les cas de figure, il faut payer les amendes.

Le jeu consiste donc à se grouiller de construire les murs et de poser un toit dans la foulée.

 

 

 

 

La troisième et dernière maison m'a posé beaucoup de problèmes de conception. En effet, comme on peut le voir sur la photo ci-dessus, le terrain est en forte pente et je manquais d'espace. Oscar m'a coincé avec les eaux grises et le fait qu'il a décalé vers le bas d'un petit mètre, le première bungalow. Je me suis creusé la tête pendant longtemps pour trouver une solution. J'ai fini par pondre un schéma qui respecte les 30m² maxi avec seulement 30 cm de possibilités supplémentaires sur deux côtés. Autant dire que le positionnement de cette dernière unité va réclamer de la précision. J'ai prévu après un mois d'attente le temps que mon cerveau travaille tout seul... un système de trois niveaux de terrasse. Je me souviens avoir été dans une maison en Thaïlande qui était dans le même genre, avec pleins de petits escaliers partout. Ca sera plein de charme.

La saison des pluies se rapproche. Il faut qu'on se grouille. On passe autant de temps à finir qu'à faire le gros oeuvre. Je travaille avec Oscar à optimiser le temps, notamment pour coordonner la commande et la réception des matériaux. Il faut fabriquer le bois. Nous avons un peu merdé sur le bungalow 2. Il y a eu des trous de production d'une semaine voire plus. Le troisième qui s'accompagnera de 75m² de deck, j'ai pris les choses en main. La réserve ne doit plus être vide...

 

Affaire à suivre dans un chapitre suivant...

 

 

 

 MAINTENIR UN CHEMIN DANS LA JUNGLE

 

Ce qui nous occupe depuis deux mois, c'est de maintenir un chemin dans la jungle pour accéder aux 4 hectares du terrain. Et là, nous nous sommes faits claquer plus d'une fois par dame nature qui a détruit nos efforts.

La coupable, c'est elle :

 

Regardez là. Elle a l'air innocente. Seulement, quand il se met à pleuvoir, je ne parle pas des petites pluies de tapettes qu'on a en France, mais d'un déluge de plusieurs heures. Là, elle se transforme en monstre et acquiert un pouvoir destructif assez impressionnant.

Le chemin à la base n'est pas large. Ces 75 mètres litigieux nous réclament de nombreuses réunions réflexions pour tenter d'arracher la victoire sur Dame Nature...

 

 

Alors Oscar, passé maître du tracto pelle, adorant d'ailleurs jouer avec, lutte...

 

On y a laissé beaucoup de temps et d'énergie. Il est étonnant de voir ce petit bout de rivière se moquer de plusieurs tonnes de gros cailloux !

Au moment où je faisais ces photos, je suis tombé dans l'ombre des grands arbres tropicaux sur de la couleur. Ce qui est plutôt rare. Car tout est vert et marron dans l'univers de la forêt. La magie des formes est également étonnante.

 

 

 

FRUITS, AGRICULTURE, ALIMENTATION

 

Voilà une petite zone qui commence à ressembler à ce que je vais faire plus tard à grande échelle. De l'agriculture selon Charles...

Du chaos contrôlé, avec du maïs, des ananas au sol, des arbres fruitiers et des papayers, le tout accompagné d'une couverture végétale permanente.

 

 

Les premiers fruits apparaissent sur les arbres, à peine un an plus tard.  L'écosystème est hallucinant. Première mangue. Premier citron vert. Et premier noni, ce fruit infâme méconnu en France qui a des propriétés multiples pour la santé. Parmi tous les pieds que j'ai planté, démarré sur graines, j'en ai qui s'est développé de manière incroyable dans une terre totalement pauvre. Une fusée agricole !

Pour finir, je suis rentré de France en première récemment (merci IBERIA, pour cette deuxième upgrades), un upgrade bienvenu, car je transportais 75kg de matos, de livres et de bouffe bio, notamment du sarrasin. En première, il y a une franchise de 92kg pour les bagages... sinon, il faut payer. Je me suis lancé dans le test de l'alimentation à base de graines germées. Je ne souhaite pas changer mon régime actuel, mais j'aimerais voir les sensations que j'obtiens en mixant avec ce qu'on appelle l'alimentation vivante. J'ai démarré les expériences avec le sarrasin. Au goût, c'est OK. Cela me convient. Je vais étendre le jeu...

 

 

 

 

 

Pour laisser un commentaire ou lire ceux des autres, cliquez ici

 

 



 

CharlesDereeper.Com © 2010-2020. All rights reserved