Bienvenue sur charlesdereeper.com ! Vous êtes dans la partie

BLOG COSTA RICA. Cliquez ici pour lire mes trois autres blogs

ARGENT / EXPATRIATION - SANTE - THAILANDE


 

Adversité et repos

 


 

LA VIE EST EXIGEANTE...

 

Tout est toujours bloqué à Ojochal depuis maintenant 13 mois au niveau de l'électricité. J'ai joué dans les règles du jeu et comme à chaque fois, je me suis fait balader. La vie est vraiment un remède à l'honnêteté, sérieux.

Par mesure de protection, je ne vais pas écrire le détail de ce que nous affrontons, car nous sommes en zone rouge.

Ce que je constate, c'est qu'on en revient aux fondamentaux, l'affrontement, celui qui gagne étant celui qui est le plus déterminé et le plus malin. Cela tombe bien, j'ai un entraînement de combat dans ces domaines.

En face, une énième équipe de fonctionnaires qui abusent et sur abusent de leur maigre pouvoir pour faire chier gratuitement. Et je pèse mes mots. Ils font chier gratuitement, car la manière dont ils ont tout bloqué est juste absurde sur le fond.

Il a fallu donc jouer la partie ou tout perdre.

Perdre à cause d'un fonctionnaire ? Impossible pour moi. Je les méprise trop. Cela reviendrait à descendre au fond des égouts dans leur boue qui pue. Ces médiocres bureaucrates vérreux.

Donc option affrontement obligatoire.

Je suis resté une semaine entière à éviter le sujet. Oscar qui commence à bien me connaître a soigneusement évité de m'en parler également... Il a bien senti que j'étais furax au delà de toute rationnalité.

J'ai passé en revue les plans extrêmes comme à chaque fois que l'abus est trop élevé, cad corruption ou intervention physique. Qu'est ce que j'aurais aimé le charcuter ce connard. Ya vraiment des mecs qui méritent la correctionnelle physique violente.

J'ai appris avec l'âge à me tempérer et à utiliser le temps qui passe pour faire refroidir la machine.

Bref au bout d'une semaine, j'ai oublié le colombien et j'ai cherché une solution conventionnelle face à des abrutis de fonctionnaires. Le piège...

Un piège est l'art de l'illusion.

J'ai fini par en créer un adapté à la configuration. J'ai débriefé avec l'architecte qui est lui aussi totalement pris au dépourvu devant la stupidité de la situation vu que tous les dossiers sont prêts y compris les accords environnementaux favorables. Il m'a suggéré un plan encore plus extrême que le mien. Sacré latino. Mort de rire. C'est vraiment le chaos ici.

L'Amérique Latine ne pourra jamais émerger économiquement. C'est comme l'Afrique. Trop de mecs sont barrés. Mais au moins, on est peinard. En France aussi, j'ai les mêmes emmerdes avec la ville de Rennes qui a perdu tous ses procès contre moi et qui continue encore et encore à abuser et me bloquer. Au moins au Costa Rica, y a les mêmes connards de fonctionnaires, mais sans les emmerdes du communisme et avec un climat plus décent.

J'ai passé encore quelques jours à réfléchir, puis je suis allé trouver Oscar qui avait lui aussi une solution. Quand je lui ai exposé ma solution, il a lâché la sienne et s'est emparé de la mienne et comme à chaque fois, dans notre team, il a trouvé une tactique pour la réaliser que j'aurais bien été incapable d'imaginer.

Dans toutes actions, c'est fou comment la stratégie et la tactique ont besoin l'une de l'autre. Je suis plutôt fort en stratégie mais normal en tactique. Et Oscar détient à chaque fois, l'autre versant. Il est fort en tactique mais plutôt faible en stratégie. Notre team est une arme de guerre.

Cela m'a coûté 2500 dollars pour créer mon piège putain. Pour rien. Rien n'a changé sur le fond ! En tous les cas, c'est une oeuvre d'art ! Odir le frère d'Oscar est venu me féliciter. Je l'ai regardé interloqué. C'est lui qui a réalisé. Pas moi. Je me rends compte à quel point on a tous besoin les uns des autres. Odir trouve méga cool ce que j'ai conçu mais je trouve méga cool la manière dont il a bossé pour créer concrètement l'idée.

 

 

 

 

LA NOTION DE TEAM

 

Comme tout est bloqué, que les maisons sont finies et que j'ai pas envie de démarrer une cinquième maison sans avoir passé le stade électrique, il n'y a plus de travail.

Oscar, son frère et son cousin bossent pour moi maintenant depuis des années à temps plein. Que faire ?

Ces gens sont tellement habitués à vivre à la dure qu'il estimait normal que j'arrête de les payer pendant les prochains mois jusqu'à 2015 où on décrochera l'autorisation spéciale du connard de service.

D'un côté, larguer 1600 dollars par mois pendant 5 mois dans du vent ne m'enchante guère, forcément. De l'autre, je ne peux pas les abandonner et les reprendre, les traitant de cette manière aussi opportuniste.

Il a donc été convenu que je payerais pendant cette attente assez longue leur frais de vie, principalement leur bouffe, car ils vivent dans leur maison sur leurs terres. Ils sont autorisés à aller bosser ailleurs en attendant. Ils ont ma garantie financière qu'ils peuvent bouffer. C'est ce qui compte le plus à leurs yeux.

Seul Oscar restera sur place.

Ils ont bien sûr halluciné, car en univers latino, le monde est plus que rude. Mais un team est pour moi le seul rempart viable dans la vie sur terre actuelle. Si on se soutient pas en team, on est mort, car tout seul, c'est impossible d'arriver à quoique ce soit.

C'est bien d'ailleurs ma conclusion de mes différentes expériences d'expatriation. Quand la vie est très rude, les gens sont touchants. Dès que la vie devient plus cool avec une forte réduction du stress de survie matériel, ils deviennent imbuvables.

J'ai l'impression que l'humanité n'est pas prête moralement à assumer l'abondance matérielle.

La famille d'Oscar a bossé pour moi. Sous prétexte que j'ai le pognon, ils ont construit un univers plus que sympa qui vaut financièrement des vies entières de salaire de tico. Il y a un moment où forcément, je vais me sentir obligé de partager avec eux les fruits. Je ne peux pas encaisser à mon seul profit. Oscar, le deal, c'est 10.000 USD sur un compte offshore par baraque vendue. Je ne sais pas comment se finira Ojochal, mais je vais trouver une solution pour que les deux autres profitent aussi de ce qu'on fait ici.

 

 

UNE NOUVELLE MISE AU VERT

 

Après trois mois d'excès à Bangkok où j'ai bien tiré sur la corde (on a festoyé comme des rois avec ma bande de chouilleurs) puis une semaine à Rennes de junk food où j'ai pu me rendre compte de la quasi impossibilité de se nourrir sainement en France, même avec du pognon, je suis arrivé à Ojochal avec un ventre arrondi, tout particulièrement sur les côtés...

J'avais arrêté le sport depuis trois mois pour diverses raisons (la principale étant que je me suis tapé une MST sans symptôme apparent ce qui m'a pris 4 semaines à piger que mes fatigues venaient de là et non de mon rythme de vie, une classique en plus qui a sauté en deux jours d'antibio ou l'art de flinguer un mois entier de vie pour rien).

Avec mon régime alimentaire spécial que j'ai relaté sur mon blog SANTE ici, l'arrêt de trois mois a fait que j'ai assisté à une fonte musculaire impressionnante. J'attaque le sixième mois de ce régime et franchement, c'est le truc le plus satisfaisant que je connaisse. Je ne vois pas trop ce que je peux améliorer mise à part que je dois faire des recherches sur l'eau. Le professeur Montagnier (Monsieur Sida) a sorti des résultats tout à fait hallucinants sur les caractéristiques de l'eau et de l'électro magnétisme qui correspond à 100% à mon expérience personnelle de la vie au delà du rationnel basique.

Il est clair que l'eau est la variable clef sur terre et que tout est codé de manière électromagnétique et non pas seulement les émotions ou le destin des gens que je capte. Ca fait du bien de voir des recherches scientifiques de ce genre. Je me sens moins seul dans mon délire... Les expériences sont imparables de Montagnier (qui est remarquablement solide humainement, franchement, il m'a impresionné) et ferment le caquet de tous les ignares rationalistes paniqués à l'idée qu'ils ne contrôlent pas ce qu'ils pensaient contrôler...

Je vais faire des recherches et les publier quand je trouverais le temps pour appliquer cela à ma consommation d'eau.

Seulement, ce régime alimentaire exige du sport permanent. Il a en outre un effet secondaire, il réduit encore plus bas le métabolisme de base puisque le corps n'a plus aucune énergie à dépenser à juste digérer l'absorption de la source d'énergie, la bouffe. Tout est optimisé à mort.

Du coup, le moindre excès calorique se traduit par de la prise de graisse. Je suis coincé. Je ne pourrais plus jamais manger comme une vache à moins de vouloir en devenir une.

D'un autre côté, je suis au maxi de mon énergie en permanence. Je n'ai plus jamais été malade en dehors des cadeaux BONUS que certaines demoiselles me laissent en souvenir...

Bon ca va putain. Je suis tombé que deux fois cette année sur au moins 30 nanas... à chaque fois avec les clamydias. Pas de quoi affoler les foules... faudra que je la raconte sur mon blog de Thaïlande celle là. Ma deuxième régulière me l'a filé et il a fallu que je vende la sauce à la première régulière. Allez expliquer à votre femme, maîtresse, amante ou ce que vous voulez que vous lui avez refilé la tchouille... succès garantie... croyez moi. Gros moment de solitude... parce que c'est ça ou ne plus la baiser sans capote. Vaut mieux avouer que capoter...

Bref, en dehors de l'eau, je ne suis pas prêt de revenir à mes anciennes habitudes alimentaires à base de céréales et de légumineuses. J'en ai jamais remangé. Les seules fois où je me suis aventuré, je me suis tordu de douleurs dans le ventre.

En les supprimant, c'est la première fois depuis des années que mes abdos sont visibles. C'est une usine à graisse ces trucs. Même avec le quinoa, le riz ou le sarazin, céréales non mutées qui permettent en théorie de se prémunir des maladies auto immunes, je n'étais jamais sec du ventre. Certes, je ne suis pas épais. Mais n'empêche !

Que du cru. Des saveurs puissantes en plus. J'avale des quantités de fruits et de crudités.

En ce moment, je suis assez chaud sur le GUAVA, sorte de pomme que je mélange avec de la pastèque et du gingembre du jardin. A Bangkok je mélange le GUAVA avec les pommes d'eau rouge. J'ai rapporté au Costa Rica dans mes bagages un extracteur de compétition, le même que j'ai à Bangkok.

 

Sinon, c'est la saison des mangoustan et des ramboutans. Ils sont frais et explosifs en bouche. Yen a partout dans les arbres.

 

J'ai aussi fini par comprendre comment manger les mangues du Costa Rica. Elles sont meilleures peu matures contrairement à celles de Thaïlande qui valent le détour quand elles sont à point...

Sinon, je me fais au blender depuis quelques semaines un mix de papaye melon maracuya qui déchire.

Il paraît que le mélange Vodka Redbull est équivalent, me disent en choeur les deux Tony de Bangkok... bof bof, j'en reste sur mes mix de fruits... en plus, ca m'évite de baiser des grosses hein les gars... non parce que ce qu'ils cachent, les deux la bas, c'est qu'une fois qu'ils ont carburé à la vodka redbull, ils ne voient plus à 2 mètres devant eux. Et ils confondent les boudins avec les bombes assez rapidement.

Je sais pas si c'est la vodka ou le redbull, mais je dis juste qu'il y a un des deux paramètres qui semble rendre aveugle le mec en période de chasse... A moins que ce soit un effet rétrécissant dans la pupille, genre 60kg transformés en 40...

Bon, tant qu'ils ramènent pas des garçons maquillés avec des robes, passe encore leurs écarts de qualité...

Le lendemain, ils leur restent plus qu'à dire qu'ils ont fait trou noir et se souviennent de rien, tout particulièrement de l'énorme baleine de fin de nuit dans le même état qu'eux qu'ils ont rapporté. Facile la combine...

Moi, j'ai raccroché l'alcool dur. Quelque fois dans l'année seulement.

Ma dernière grosse cuite a maintenant 4 mois. On s'est aligné une bouteille de rhum vieux à trois en une heure chrono.

Ce fut épique.

A la fin, après avoir raconté pendant des heures un paquet de conneries tous les trois, il paraît que j'ai parlé pendant dix minutes une langue peu compréhensible, bien que je prétende qu'il s'agissait de français. Vu l'état avancé de mes deux compères, je me demande bien de toute façon ce qu'ils pouvaient en savoir de ce que je racontais... Y en a pas un qui a été capable de donner des détails crédibles du discours.

J'ai mis ensuite le cap sur ma chambre et je n'ai absolument aucun souvenir derrière. J'ai retrouvé le lendemain matin un bordel sans nom... J'avais éparpillé aux quatre coins du bungalow toutes mes affaires... pour une raison inconnue. J'ai mis 15 minutes à retrouver où j'avais foutu mes lentilles de contact.

On a tous dormi 2 jours après. Faut dire que cette cuite là qui mettait fin à 3 jours de festin, elle a immortalisé le shoot.

Bref... je m'en tiens aux fruits la plupart du temps...

Concernant le débat des proétines, que j'ai aussi abordé superficiellement sur le blog SANTE, mon opinion est faîte. Les tests sont foireux car les études portent sur la quantité et non la qualité des protéines avalées. Je ne crois plus au végétalien ou au végétarisme. On découvre en ce moment que les végétaliens ont moins de problèmes de santé que la moyenne, mais qu'ils s'exposent néanmoins à différents soucis. En plus, on ne sait pas ni tester ni modéliser ces différents régimes en terme d'impact sur l'espérance de vie. Qui plus est, rares sont les gens à adopter sur l'intégralité de leur vie un régime alimentaire spécifique, ce qui rend encore plus complexe et douteux les résultats des études. J'avale donc mes trois ou quatre oeufs frais par jour. Les tests ont montré que les mangeurs de poissons n'étaient pas touchés comme les mangeurs de viande par les soucis santé. Le problème n'est pas la viande en elle même (bien que je n'en mange pas mais surtout parce que je n'ai pas confiance), mais l'industrialisation de la production de viandes.

Je fais assez attention à la nourriture qu'on donne aux poules. Je me suis aperçu que les oeufs étaient de meilleures textures quand elles avalaient un combo de maïs, riz et graines de lin.

Le jardin à Ojochal produit pas mal de trucs à manger, y compris un paquet d'oeufs. On est innondé de papayes. Même les chats ne veulent plus en manger... les poules sont devenues indifférentes aux bananes...

J'ai mis la main sur un des derniers ananas blancs avant la saison des pluies. Une tuerie. Je me le suis fait one shot en entier ! Pas de quartier.

Production du jardin...

 

Donc la crevette que j'étais devenu s'est rafistolé à Ojochal comme à chaque fois. Ojochal est le seul endroit au monde où je dors paisiblement. Tout le monde m'oublie quand je suis ici, notamment à cause du décalage horaire de 13h avec Bangkok et 8h à Paris. Mon radar ne capte plus rien et me laisse en paix.

J'ai repris mon entraînement tous les deux jours. C'est long à 40 ans putain.

Une semaine de bouffe française = un mois de récup pour effacer l'ardoise !

 

 

 

DEUX SOUVENIRS...

 

Mon premier scorpion dans ma chambre m'a filé une frousse sévère. J'avais fini par me convaincre que les scorpions n'étaient pas intéressés par ma baraque. Je n'en avais jamais croisé depuis mon arrivée au Costa Rica. Heureusement que mon gang de chats veillent au grain. L'espérance de vie de tous éléments vivants intrusifs ne doit pas dépasser les 12h dans la maison. Et encore, le truc a intérêt à savoir voler... sinon, il est cuit dès la première heure.

Bon le scorpion, c'est moi qui l'ai fini. Putain de bestiole. Juste à ma descente de lit. J'aurais pu mettre le pied dessus si ma petite chatte n'était pas en train de lui coller au derche.

Les scorpions et les serpents, cela reste le truc le plus chiant de l'univers tropical.

 

Et sinon, pour la deuxième fois de ma vie, la précédente datant de 1995 à Vincennes, un éclair m'a pété à la gueule sous mon nez, à moins de 100m. Je déteste ça. La foudre qui s'allume devant vos yeux et un énorme tonnerre dans la seconde. C'est un truc à avoir une crise cardiaque. Le routeur internet a sauté. Il a fallu faire venir le technicien... Il faut plusieurs minutes pour récupérer son état normal tellement la peur est violente !

 

 

VOYAGER !

 

Je vais tester une nouvelle forme de voyage. Le décalage horaire de 13h me bousille. Beaucoup de gens consomment des somnifères dans les transports internationaux. Je m'y refuse. Du coup, on dit qu'il faut une journée par heure de décalage de l'horloge biologique pour l'adaptation. Dans mon cas, j'en prends pour 13 jours environ. J'ai donc décidé d'arrêter les pauses et de me bouffer 22.000 km d'un bloc. 24h d'avion. Pof !!!

Je fais SAN JOSE MADRID. Pause de 3h. MADRID DUBAI. pause de 2h. DUBAI BANGKOK !

J'ai trouvé cette combinaison sur un site anglais. C'est fou le monde aujourd'hui. Je suis français. J'achète en Angleterre, des billets pour partir du Costa Rica, passer par l'Espagne, transiter par Dubai et finir à Bangkok, la dernière zone de liberté de l'homme sur terre.

Je vais arriver démâté total. Mais au moins, j'optimise la phase de transport. On verra bien. J'en ai marre de perdre du temps dans les escales.

 

 

 

QUELQUES PHOTOS POUR NE PAS OUBLIER

 

Le nouveau chien d'oscar

 

On a sorti un gros tracto car le petit kubota n'y arrivait pas. Il fait chaud. on transpire à donf. On est mort de fatigue. Ce jour là, y avait le feu. Tout le monde à la manoeuvre, soudé !

Une nouvelle piscine qui pousse sous la main de Minor

La maison numéro 4 de 100m²

Le pouce de la victoire...

Ce tracto sert tous les jours ! Ce fut un investissement avisé ! Transport des matériaux, gestion du terrain...

La gestion de l'eau...

 

Odir

Le sourire d'Oscar !

Minor qui se la joue équipe de France

 

La vue depuis la nouvelle maison

 

 

Quand je suis à Bangkok, Oscar me fait un reporting avec son smart phone au moins une fois par semaine du chantier. Il est arrivé souvent qu'on discute d'une décision technique, lui le matin au Costa Rica, moi dans la nuit de Bangkok en sortie. Cette quatrième maison a été réalisée à l'envers. Les murs sont montés après le toit, à cause de la saison des pluies et du soleil.

 

 

 

 

 

 

Pour laisser un commentaire ou lire ceux des autres, cliquez ici

 

 



 

CharlesDereeper.Com © 2010-2020. All rights reserved