Bienvenue sur charlesdereeper.com ! Vous êtes dans la partie

BLOG COSTA RICA. Cliquez ici pour lire mes trois autres blogs

ARGENT / EXPATRIATION - SANTE - THAILANDE


 

Et une maison de plus !

 


 

 

QUEL TRAVAIL !!!

Quelle quantité de travail il aura fallu abattre pour aménager les 8000 m² ! La deuxième maison qui va accueillir Oscar, son frère, leurs femmes et Minor le cousin est prête !

Avant de démarrer le reporting, laissez moi vous présenter les nouveaux habitants de la zone d'expérimentation...

Bon revenons à la maison. Cette maison aura été un sacré challenge perso. J'ai du faire appel à mon imagination en permanence, écoutant l'intuition, les rêves, les coups de coeur. Ma petite méthode de vie marche toujours aussi bien. Je ne suis pas architecte. Comme ce chantier était TRES compliqué en conception,avec 4 niveaux de plancher différents (dénivelé de 2 mètres), je me suis servi de tout ce que ma vie me mettait devant mon nez pour trouver des solutions. J'avoue que je n'ai pas beaucoup réfléchi intellectuellement. J'ai préféré faire confiance.

Je crois fermement qu'il existe un réseau quantique, réservoir collectif qui cumule l'ensemble de l'expérience humaine sur terre, avec tout ce dont nous avons besoin de savoir pour agir, quelque soit nos tâches. Il suffit de se brancher dessus et d'écouter les messages non intellectuels qui nous parviennent. Pas besoin d'un diplôme d'architecte ou de hautes études pour s'amuser sur une maison originale. Tout le monde peut le faire. C'est dans notre inconscient collectif que de nous construire un habitat.

J'ai par exemple attendu 5 semaines avant de prendre une décision sur la forme de la balustrade du deck extérieur. Oscar me tannait. Je repoussais. Je lui disais que je n'avais pas d'inspiration. Puis un jour à San José, je déjeunais dans un resto avec Antoine. Nous étions occupés à regarder les filles passer, une activité originale et totalement inhabituelle pour nous, hum hum... puis, j'ai levé la tête entre deux culs. En face, dans un resto au premier étage trônait la balustrade exacte que j'attendais d'avoir le coup de coeur pour... bien sûr, fait hasardeux, pour la première fois depuis six mois, j'étais monté à San José avec mon camescope appareil photo. Va savoir pourquoi ?... Oscar a pu voir et oeuvrer facilement derrière.

En fait, nous avons aussi collaboré à l'instinct pour trouver des solutions pour les toits. A chaque fois, je reviens à la conclusion que notre team est idéal. Je suis toujours la source, l'inspiration qui dirige la création. Puis Oscar s'en empare, élargit avec Minor et Odir et transforme en matière concrète le flux original. Souvent, ils améliorent ou nous dévions ensemble au gré des débats. Au final, on obtient toujours de la beauté, une sorte de perfection collective à laquelle on accèderait pas chacun de notre côté. J'adore travailler avec eux. Je m'éclate total. Je suis incapable de faire ce qu'ils font et je crois sans exagérer qu'ils auraient beaucoup de mal à se lancer dans de la création pure comme on fait. Ils ont une culture limitative, leur orientation vers la survie et l'absence d'abondance financière bloquant leur confiance et les enfermant dans une logique réductrice. Je les ouvre et ils transforment.

Sur la photo ci-dessous, je suis dans ma maison en haut, en zoom maxi à 75 mètres au moins. On voit la complexité des 4 toits de différents niveaux qui se chevauchent.

 

 

 

Ces photos sont intermédiaires. La saison des pluies m'empêchent de shooter en ce moment le produit fini. L'ambiance en tous les cas est bien réelle. Il y a beaucoup de charme dans le lieu. En ce qui me concerne, si je n'avais pas les projets que j'ai en tête, j'aurais échangé sans souci ma première maison pour celle-ci. Je m'y sens beaucoup mieux que dans la première. Certes, il n'y a pas de vue, mais perso, j'ai toujours aimé me sentir encastré au creux d'une vallée où coule une rivière. Ca me donne la sensation de cocon protecteur. Je préfère aussi les matériaux de la maison 2. Les couleurs, l'organisation du lieu de vie. Tout me plaît.

Je ne pourrais terminer ce paragraphe sans publier cette photo.  A noter que Odir est devenu Mister Donuts ! En effet, chaque fois que je monte à San José en voiture, je passe chez PriceSmart et je leur redescends un plateau d'une vingtaine de Donuts US. Un jour, je viens voir Oscar pour lui demander s'il a besoin que je trouve des trucs à SJO pour le chantier. Tout à coup, on entend du fond de la maison Odir qui vernissait le sol : des Donuts ! Mister Donuts est né !

Minor, comme le king qu'il est, a construit tout en teck un évier pour la cuisine. Ce mec est trop fort. On lui file un marteau, trois clous et deux planches et il sort en bout de piste en une après midi un truc d'enfer...

 

Au final, c'est la première fois que je retrouve une ambiance du voyage qui a changé ma vie en 2008 en Thaïlande à Railay Beach avec la bande de Rennes (nous étions une douzaine sans compter ceux qui étaient de passage). Il y avait une vingtaine de maisons bois toutes extraordinaires. Celle qu'on habitait avait des toits en bois rouge, du teck partout, des niveaux différents avec des petits escaliers partout. J'avais senti au fond de moi la grosse vague.

D'ailleurs, je ne suis jamais vraiment rentré. Un an plus tard, je quittais la France pour le Costa Rica. Béber, qui était aussi présent, quittait lui un peu plus tard pour Hong Kong.

Je me souviens pour toujours du off shore qu'on a loué pour traverser l'immense baie jusqu'à Phuket. Cette baie est le lieu le plus beau que je n'ai jamais vu. Nous étions 6, enfermés depuis dix jours sur une presqu'ïle sans femmes. Affamés, les poches pleines d'euros au plus haut historique contre l'ensemble des devises de la planète, nous avons monté une opé commando qui restera à jamais dans nos mémoires de chacals. Location d'une suite dans un bon petit hôtel, la totale comme dans les films américains...

Après la ballade en off shore d'une heure ou deux, on a déboulé de l'autre côté de Patong au milieu de nulle part. On trouve deux taxis. On traverse et ensuite, comme chacun a toujours pratiqué dans notre team, ce qui se passe à Phuket, reste à Phuket... oh délicieux "Tiger" (les connaisseurs comprendront), découverte d'un monde inconnu pour nous tous.

On a remis ça la semaine suivante à Bangkok, encore plus fort. On a plongé dans la dark side, hein Béber ? Je parle de Béber, car je file dans deux semaines le retrouver à Hong Kong puis à Bangkok derrière. 22 heures d'avion...

Béber la terreur, dit la bête, même si la bête est moins vaillante, car plus capable d'avaler une bouteille de vodka en restant debout derrière... se fait des frissons à Macao

 

(Rajout postérieur : Antoine a mis une branlée presque chaque soir à la bête à Koh Samui, à coup de 15 shots de tequila. Je confirme, la bête a disparu... C'est moche.)

Quelques trimestres plus tard, j'ai remonté un commando pour dix jours à Bangkok avec les mêmes. Ces moments qu'on a passé, à dériver en lâcher prise total, sur un air de David Guetta et black eyes peas qu'on chantait en boucle du matin au soir, ce fut les plus grands moments de liberté de toute ma vie. Sans trop me mouiller, ce fut partagé par tous les protagonistes.

C'était la première fois en fait que je ressentais cela. Je m'estime extrêmement chanceux d'avoir pu croiser ce délicieux parfum. Les Français qui respectent toutes les règles de la norme sociale ne pourront jamais comprendre ces lignes. Mariés entre 25 et 32 ans, un môme, un job avec un bon diplôme, une voiture, un crédit immobilier, la famille, c'est impossible pour eux de comprendre ce que le mot liberté veut dire. Ils se sentent installés, sécurisés, affirmant qu'ils ne sont pas intéressés par la liberté à laquelle je fais référence. En réalité, 9 sur 10 ne l'ont jamais expérimenté. Et quand on les plonge dedans... combien prennent feu ?

J'adore plonger les petits nouveaux d'ailleurs ! Je vais vous faire une confidence. Tous ceux qui ont le malheur de me demander de les accueillir au Costa Rica ont le droit à un baptême de feu. Je ne résiste jamais à l'appel... Généralement, je les prends à l'aéroport et les emmène à l'hôtel. Je leur laisse une heure... ensuite, bing, un petit verre à un casino particulier... ouaf ouaf ouaf !

 

 

 

UN AUTRE DE MES JEUX FOURBE

J'ai un autre jeu. Toute personne qui vient ici à Ojochal peut si elle le souhaite tenter de voir en face son addiction au sucre en dupliquant mon régime alimentaire au quotidien. Déjà, en moyenne, tous les protagonistes ont lâché autour de 4 kg par mois ici. Mais faire maigrir les gens ne m'intéresse pas. Ce que j'aime, c'est lorsqu'ils saisissent ce que j'ai expérimenté en 2007 quand j'ai tenté de dire que je n'avais pas de problème avec le sucre.

La plupart m'affirment généreusement qu'ils ne sont pas amateurs de sucreries et que le sucre n'est pas un problème. Moi bien sûr, je fais la sourde oreille du fourbe qui a 25% de sang roumain dans les veines (cela me rappelle quand je faisais la piscine à l'Aqua Boulevard dans le quinzième à Paris en 2001. Sur le chemin, il y avait des parcmètres... avec un nuage de gosses roumains de moins de douze ans qui papillonnaient tout autour. Eh ouais, pour un roumain à 100%, un parcmètre, c'est un truc sérieux, une histoire de famille, de culture... Un parcmètre n'existe que pour être vidé avant l'Etat français ! Quand je passais devant, ils étaient tous là, avec un air comme des chats qui viennent de renverser un truc dans une pièce et qui sont tout gentils, tout innocents quand on arrive pour voir ce qui s'est passé...).

Beaucoup oublient tous de comptabiliser l'énorme quantité de sucre qu'ils absorbent de manière cachée, que ce soit à travers les produits laitiers omniprésents qui font sauter le relevé d'insuline. Mais également, le riz blanc, le pain, les céréales raffinées et à peu près tout ce qui se vend, l'industrie agro alimentaire n'ayant que deux moyens à sa disposition pour masquer la merde qu'elle vend, le sucre et le sel.

Tous mes visiteurs sont tombés. Généralement, selon les scientifiques interrogés dans un reportage récent sur le jeûne, il faut deux jours pour vider les réserves de sucre du corps humain. Moi j'ai constaté que le quatrième ou cinquième jour, tous ont fait un choc d'hypo glycémie. Seul Cédric a tenu 9 jours avant d'avoir les étourdissements caractéristiques. Le petit con, j'avoue que je comprenais pas comment il faisait pour tenir. Il m'a dit avoir absorbé une énorme quantité de sucreries pendant plusieurs mois. Toujours est il qu'il détient de loin le record d'Ojochal. 9 jours !

Les autres, ils n'ont pas tenu le rythme. En même temps, il m'a fallu au moins trois ans pour éduquer mon corps à tirer le sucre des fruits et du miel (une cuillère à café par jour) sans autre apport dans aucun produit industriel.

Après, il y a ceux qui ne veulent pas jouer. Antoine, par exemple, il a pas voulu ! Bouhh ! Je vais l'emmener à Bangkok celui là, dans trois semaines, il ne perd rien pour attendre. Je vais le foutre en feu !

 

 

 CONSTRUCTION

J'ai longtemps hésité. Depuis plusieurs mois, mon coeur balance entre construction de maisons en bois ou agriculture. J'adore créer des lieux de vie. Cela vient des tripes. En plus, je vais entamer un tour du monde. Ce n'est pas compatible avec l'agriculture. J'ai remis dans son carton le projet agricole.

Et j'ai attaqué la construction d'un chemin sur mon terrain. Il y a plusieurs mois de travail pour nettoyer puis créer une logique d'aménagement. Les choses ont bien avancé. Grâce à Philippe l'électricien, on a pu coller à moindre frais l'électricité pour les outils au milieu du terrain. 240 mètres de câbles alu attachés aux arbres...

Tout débute par un amas de déchets végétaux dans lequel il faut zigzaguer...

 

Ensuite, le roi du tracto , Oscar, intervient !

 

 

 

 

Je projette de construire deux maisons avec chacune 1 hectare de terrain, un accès à la rivière et un terrain tout en longueur avec vue montagne. Chacune sera composée de 3 bungalows indépendants rattachés de 30m² donc trois chambres et d'une partie principale de 60m², le tout avec piscine, dans un lieu charmant, entouré de forêt. J'aimerais trouver deux retraités américains en tant qu'acquéreur. Contrairement à mes voisins, je ne compte pas vendre cher. On trouve des maisons de 80 à 100m² vue montagne, 2000 m² de terrain à 300.000 dollars. En plus au Costa Rica, les gens ont l'habitude de considérer comme m² tout deck même non couvert. C'est n'importe quoi. D'ailleurs, personne n'a voulu les acheter. Ce qui peut se comprendre.

Bref, j'ai envie de créer un truc sympa avec un prix de vente normal, juste équilibre entre les efforts et la qualité produite. Je sais pas encore combien ca va donner, mais j'espère pouvoir équilibrer l'équation à 240.000 dollars les 150m² de maisons habitables. Mon inquiétude concerne les coûts pour faire le chemin, du moins le légaliser, car le Costa Rica taxe les chemins qu'on fait sur un terrain qu'on possède.

Et gros dossier, il va falloir que j'investisse entre 15 et 20.000 dollars pour mettre l'électricité, l'entrée étant situé à 250 mètres environ...

 

Une fois que les chemins de terre sont créés,  on prend possession des lieux en construisant un avant poste de guerrier... et on entame le bungalow 1 de 30m² qui sera assemblé plus tard à une maison.

 

 

 

 

SATISFACTION

 

Le team est rôdé. On duplique notre expérience du passé. Mêmes fournisseurs. Mêmes techniques. Mêmes finitions. Avec Oscar, j'ai démarré une compta grossière. Je crois qu'ils vont battre un record. Cela me fascine un peu de les voir s'améliorer et surtout fonctionner harmonieusement. Chacun fait ses tâches. Quand je vois la bande de branleurs finis et de voleurs à la petite semaine qui existent un peu partout au Costa Rica, il y a des jours nombreux où je me dis que je suis chanceux d'avoir attiré à moi ces gens de qualité.

Bon je les gâtes. Je leur achète pleins de jouets d'occidentaux qui les font rêver, camescopes et lunettes de soleil avec caméra intégrée récemment. J'ai rapporté de bangkok une pleine valise de fringues. Je paye tout sans jamais discuter et je partage mon pouvoir d'achat. Ils n'ont pas de loyer, d'électricité à régler. Oscar roule avec le vieux Mitsou de 1992. Il aime les voitures et entretient les deux 4X4 avec bienveillance d'ailleurs.

J'ai pu observer qu'ils commençaient à acheter des trucs pour eux. Bref, un cercle vertueux est en place. Je pense que mon expérience reste improbable à dupliquer tellement le latino de base est allumé dans son crâne, même si on doit bien pouvoir trouver d'autres Oscar honnête dans ce pays...

Autre nouveauté, ils se sont mis en famille, tous ensemble, à faire du sport tous les jours ou presque. Ils viennent dans mon bungalow de torture. Même les femmes pédalent avec acharnement sur le vélo elliptique !

En ce qui me concerne, étant à la veille d'un tour du monde de un an, accompagné de mon fidèle Antoine, célibataires tous les deux en plus, sans volonté d'engagement, j'ai commencé à forcer sur la muscu histoire de ressembler à quelque chose. A 39 ans, il y a un truc qui est certain, c'est que les abdos et les lombaires commencent à être le maillon faible. En plus d'une chaise romaine et d'un appareil à lombaire, j'ai décidé de faire la peau aux obliques sur le côté, la fameuse poignée d'amour. Je vais passer commande sur amazon US de deux nouvelles machines de torture à abdo.

http://www.thegeekon.com/Best-Fitness-Semi-Recumbent-Ab-Crunch-Bench-BFAB20-abdominal-machine.html

et celle là : http://www.amazon.com/Ab-Circle-24689-Z-Pro/dp/B002GO5N78

Je compte l'utiliser en hauteur face au mur et rajouter 10kg aux pieds.

Je ne sais pas si j'irais jusqu'aux plaquettes, mais je sens bien que si je ne mets pas des muscles au top dans cette zone, je vais me faire avoir comme des centaines de millions de mecs en Occident avec un ventre qui part en couille après la quarantaine. C'est hors de question. Donc j'ai sorti l'artillerie lourde, machines, poids, entraînement avec la logique LAFAY, c'est à dire, 6 séries de 6 répétitions pour chaque mouvement, avec seulement 25 secondes d'écart entre chaque série, ce qui a le don de tuer...

Bref, grosse forme en ce moment en ce début 2013.

 

 

 

Pour laisser un commentaire ou lire ceux des autres, cliquez ici

 

 



 

CharlesDereeper.Com © 2010-2020. All rights reserved