Bienvenue sur charlesdereeper.com ! Vous êtes dans la partie

BLOG COSTA RICA. Cliquez ici pour lire mes trois autres blogs

ARGENT / EXPATRIATION - SANTE - THAILANDE


 

UNE STAR CHANCEUSE A LA ROULETTE DU DESTIN

 

Voilà quelques jours que je trainais chez un véto de Santa Ana (un humain m'avait ramassé alors que j'errais abandonnée) quand un papa est entré en magasin à la recherche de croquettes américaines spéciales que d'autres exigeaient sous peine d'enclencher des grèves de la faim. Moi, j'étais là peinard à faire la maligne. Le papa m'a regardé. Vu que je suis une bombe atomique, il a rapidement posé des questions sur moi au monsieur qui gérait le magasin. J'étais à donner. Gratuit. Alors le papa est devenu mon papa. Il a mis en tout et pour tout 2 minutes à se décider. Faut dire que je suis belle, méga belle. J'ai juste un peu plus d'un mois. Tous les gens qui me croisent, craquent en quelques secondes.

 

J'ai des yeux bleus qui cartonnent et surtout, je suis petite et bien proportionnée, tout en étant super cool. Je tiens dans une main de papa. Là, je suis dans celle de mon tonton. C'est un français qui passe pas mal de temps chez mon papa. Il parle beaucoup de cul, de fric sur internet et de machins que je ne comprends pas concernant les latinas. C'est tonton Antoine. Il a grave craqué sur moi lui aussi. Il joue pas mal avec moi en journée, entre deux clics de souris.

Faut dire que je vis dangereusement. Mon papa est obsédé lui aussi, comme tonton Antoine. Les deux m'emmènent partout avec eux. Dans les hôtels. Les restaurants à la capitale San José. Dans des voitures. Moi, du coup, je me colle à mon papa, car j'ai peur. Et partout où je vais, je fais un carnage. Aucune femme ne me résiste. Elles me prennent contre leur poitrine tandis que mon papa et Antoine tentent comme deux pervers de voir s'ils peuvent pas mettre eux mêmes leurs mains à ma place. Il faut dire que je suis de loin la meilleure combine qu'ils ont sous la main pour draguer sans se fatiguer. Ils n'ont besoin de rien faire. Tout le monde se presse pour me prendre en photo en disant des trucs en espagnol du genre "Oh que lindo". Je ne suis pas bilingue, mais je crois que ca veut dire que la nature m'a gâté.

Moi, j'ai vite pigé que tout est dans le regard. Alors je travaille pas mal le côté vulnérable. A chaque fois que je rabats une humaine, j'ai le droit à un poisson frais à la plancha... Tout le monde y gagne... Plus elle est sexy, plus j'ai le droit à un gros morceau. Par contre, je n'ai pas tout saisi. Quand l'humaine est trop grosse, je suis punie. Bizarre ! En dehors du regard, quand je bouge, je sautille. Ca rend fou tout le monde, j'ai remarqué. Et surtout, je cherche le contact, les bisous, les câlins...

En tous les cas, mon papa m'a dit un secret. Son année 2012 est la deuxième la plus pourrie de toute sa vie. Il paraît que tout a merdé et fait chier. Mais depuis que je suis arrivée, je lui ai redonné le sourire. La classe non ?

 

En plus, mon papa m'a dit que j'étais le moyen le plus facile pour devenir milliardaire. Il suffit de me cloner en m'empêchant de grandir. Papa pense m'écouler à environ 2 millions d'exemplaires, vendus pièce 500 dollars. Je serais la première chatte chiwawa sur terre. Il a réfléchi à un nom commercial, mais hésite entre machine de guerre pour célibataire et aspirateur certifié à gonzesses... Mon papa est très très romantique !

 

 

 

 

HISTOIRES DE CHATS EN FRANCE ET AU COSTA RICA - POURQUOI TANT DE HAINE ?

 

 

 

Mise à jour juin 2012 : mes histoires de chats sont toujours aussi malheureuses, 12 ans après leur début. C'est comme une malédiction dont je ne comprends pas le message. Dieu, ton mode d'emploi là, il m'échappe.

 

Sur les 4 chats que j'avais en France, j'en ai laissé un chez mes parents : mort au bout d'un an, écrasé par une voiture. Je ne l'ai pas mis en photo ici. Pas le coeur à l'ouvrage. La petite chatte noire trouvée le jour même de mon mariage est morte de manière incroyable seulement quelques heures après la prise de décision de divorcer avec ma femme... morte par bactérie. Le hasard des dates est à peine envisageable sous un angle rationnel. Mon hécatombe continue. J'ai rapporté à ma femme en France (euh merde, mon ex femme !) la chatte blanche, la seule survivante de mes 7 premiers chats.

 

 J'avais le choix d'abandonner, mais j'ai persisté. J'ai adopté deux frères sauvages natifs du Costa Rica et leur demi soeur quelques mois plus tard. Ils sont différents des chats de France. Moins évolués, avec une grosse peur de l'homme, je les apprivoise avec une patience qui en surprendrait plus d'un.

 

 Le tigrou, c'est bon. C'est une affaire pliée. Mon troisième rouquin que j'appelle pour me marrer, ROUQUIN 3 (original non ?) est encore bien stressé en cas de contact tandis que la petite crotte noire, âgée d'à peine 1 mois, enchaîne conneries sur conneries. Elle gueule tout le temps beaucoup plus fort que les deux autres réunis et détale dès que je suis à moins de 3 mètres d'elle !

 

Ces trois chats sont inséparables. Ils dorment, mangent, jouent ENSEMBLE. Jamais vu des chats comme cela. Un vrai team félin ! Le manger tête contre tête est obligatoire chaque jour...

Dormir ensemble au moins une heure tous les jours...

Les trois mêmes, mais on change de combinaison, à condition de rester sur le sèche linge élu fauteuil de l'année par la presse spécialisée !

C'est un cadeau de pouvoir les regarder ! Bon ok, je n'aime pas trop quand les deux frères âgés de 6 mois jouent au ping pong avec la petite crotte toute noire, mais vu qu'elle y retourne, ça doit être marrant du point de vue d'un chat. Les deux frères la traînent aussi dans l'escalier, la descendant et la montant, en la tenant par le cou. Ils la cognent partout. L'exercice est quotidien ! Je n'ai pas tout saisi l'intérêt de la manoeuvre... surtout qu'ils gueulent tous les trois en coeur. Les mystères du Costa Rica... cela doit être un rite religieux païens félins des anciens temps... A noter que les chats mangent des fruits tropicaux, papaye, avocat... étonnant ! Jamais vu un chat français avaler ce genre de trucs.

 

 

 

Il y a quelques années...

 

Deux belles saucisses (et un rouquin disparu au Costa Rica, chat que je regrette intensément, une vraie peluche) prirent un jour la voiture à Saint Malo, puis l'avion à Nantes, puis le métro à Madrid, puis encore l'avion jusqu'à San José, puis à nouveau la voiture (4h de routes de montagne, car à l'époque, pas de routes dispo le long de la côte) et elles atterrirent après plus de 24h de transport dans un bled tropical perdu au bout du monde  : bizarrement, ce changement de vie ne les affecta pas. Elles prirent même rapidement goût au climat tropical bien plus accueillant que celui de la Bretagne où elles sont nées. Elles se sont rapprochées l'une de l'autre, jusqu'à former le fameux gang des saucisses ! Je craque tous les jours dessus... Pourquoi m'en cacher, j'en suis dingue. La découverte de la piscine pour la saucisse blanche, fut épique ! Elle a bloqué pendant des jours et des jours dessus. Il est clair que ce n'est pas en Bretagne que ce genre de machin ultra stressant existe...

Cliquez sur les photos pour une version haute définition

Avant le gang des saucisses, trois autres chats m'ont accompagné... Je pense au moins une fois par semaine à leur disparition. Depuis 12 ans, je suis un papa à chats maudit ! Il ne faut pas déménager quand on a des chats. Ces disparitions représentent de loin dans ma vie les pires évènements dont je ne me suis jamais vraiment consolé. Je suis encore incapable de parler des détails. J'ai le coeur arraché. C'est de la dynamite pour moi. J'ai eu mon lot de mauvais dans la vie, comme tout le monde. J'ai géré, mais ces chats, c'est une perte irremplaçable. Aujourd'hui, je n'ose même plus rencontrer un nouveau chat par moi même. Les saucisses sont arrivées par l'intermédiaire de ma femme.

 La rencontre d'un chat et d'un homme, au hasard de la vie, c'est sacré, inattendu, magique. J'aimais adopter à la sauvage, en nature. Le deuxième rouquin fut un trip pourtant citadin ! Je sortais d'un RDV avec une femme, pas très concluant, pas d'attirance. Plein centre de Rennes, entre deux voitures, il y a une quinzaine de personnes sur le trottoir. Il bleugle, paniqué. Il me voit. En deux secondes, il fonce sur moi et grimpe se réfugier dans mon blouson. J'étais sorti pour niquer, je suis rentré avec un chat à la place. Il s'est posé sur mes genoux dans la voiture au retour. Il n'a plus bougé. Etonnant. Il y a un mode d'emploi des chats qui nous échappe.

Cette chatte, c'était une mannequin féline. Sauvage à l'origine, il m'a fallu 5 mois entiers pour l'apprivoiser ! J'avais demandé aux dieux, la réplique du chat de la pub whiskas pour me consoler de la mort de mon premier chat. 6 mois plus tard, elle apparaissait. Identique à mon rêve ! Elle sautait à plus de 1,5m de hauteur pour attraper les papillons. Comme elle avait appris à vivre seule dans la nature pour survivre, je ne me suis jamais lassé de l'observer. Elle optimisait tout en permanence, dans ses gestes, sa manière de manger. Elle se débrouillait. Elle avait la grâce. Une nuit d'insomnie en hiver, je sors à 3h00 du mat dans la campagne bretonne. Cela fait 4 jours que je ne l'ai pas vu. Je hurle dans ma tête à 500 mètres de la maison : cela suffit tes conneries putain. Rentres !

A peine 15 secondes plus tard, j'entends les herbes du champs bouger. Elle arrive en courant. Je n'en suis pas revenu. J'ai tremblé avec ses vadrouilles qu'elle n'a jamais cessé. Je savais que je pouvais ne jamais la revoir à chaque instant. Et en même temps, son attachement qu'elle me témoignait me ravissait. J'ai compris avec elle la dualité et notre choix d'humain. Je n'ai jamais réussi à la domestiquer pleinement. Sauvage et domestique, nous avons besoin des deux, bien que les Français aient réussi à se persuader que la cage dorée domestique soit la solution idéale... C'est la logique paradoxale qui prévaut dans la vie sur terre. Nous ne pouvons expérimenter une chose que grâce à son contraire. Le monde n'est pas blanc OU noir, mais blanc ET noir. Sans liberté, la cage sécurisée finit par être bien ennuyeuse.

Ma grisette partageait ma passion de l'Audi TT. Elle se prélassait dessus ! Bon Ok, je suspecte que le noir de la carrosserie retenait la chaleur, ce qui en Bretagne, est un luxe...

   

Ce rouquin là, il a fallu deux mois d'approche. Il m'a tourné autour tous les jours à distance, me fixant, immobile pendant de longues minutes. La première photo de cette série, en haut à gauche le montre à l'oeuvre. Il est à au moins 20 mètres de moi. Au fil du temps, il réduisait la distance. Un beau jour, il m'a sauté sur les genoux, m'a regardé droit dans les yeux et s'est mis à ronronner. Je lui avais parlé 2 mois sans jamais avoir fait un seul pas en sa direction. J'avais passé son test...

Chaque jour, il attendait derrière le portail mon retour, quelque soit l'heure à laquelle j'arrivais, même tard dans la nuit. Il n'avait pas son pareil pour prendre des positions. Il adorait poser en photos, le regard fixant parfaitement l'objectif. Il s'arrêtait dans ses mouvements et attendait que j'ai fini ma photo. Puis il reprenait ses affaires. Jamais vu un chat pareil.

 

 

Il fut mon premier chat. J'étais jeune. Je l'ai beaucoup observé. J'ai appris à son contact quelque chose de précieux : la régularité quotidienne d'une affection a un pouvoir très puissant. Il m'a aidé à traverser mes deux années noires où tout a chié à cause d'une erreur de jeunesse en 1999. Il faisait 7kg. Très haut. Très grand. Ce chat était fasciné par l'ouverture des portes. Presque aucune ne lui résistait. C'était un technicien. Il passait du temps à analyser. Puis... il ouvrait ! La fermeture à clef restait pour lui un éternel mystère... Atteint d'une maladie bizarre, il a eu une énième attaque et a succombé. Je suis resté KO sonné pendant 6 mois entiers. On m'avait vendu un machin qui devait durer 18 ans, je m'étais ouvert le coeur en très grand et il me claquait dans les doigts au bout de seulement deux ans. Le petit con ! Je n'avais absolument jamais envisagé ce scénario. L'arrivée de la petite grisette fut ce qui m'a relancé. Certains disent que je tourne pas rond. Un chat vaut bien mieux que l'alcoolisme quotidien mondain ou un pétard par jour... Définir le timbré mérite discussion...

La scène ci-dessus m'avait explosé de rire. Il y avait un trou à taupe qui l'énervait bien. Concentré à la recherche d'une solution. Et puis, chemin faisant, il a transformé la séance de chasse en séance bronzage, suivi d'une sieste. Plus cool... Vu que la pâtée sera là ce soir, quand ça veut pas mordre hein... A droite, chien et chat inséparable. Ils dormaient ensemble, mangeaient ensemble, deux vrais potes !

 

 

 

 

Pour laisser un commentaire ou lire ceux des autres, cliquez ici

 

 



 

CharlesDereeper.Com © 2011-2021. All rights reserved