Bienvenue sur charlesdereeper.com ! Vous êtes dans la partie

BLOG COSTA RICA. Cliquez ici pour lire mes trois autres blogs

ARGENT / EXPATRIATION - SANTE - THAILANDE

Vous souhaitez nous visiter ?

Avions, voitures, informations utiles, carte pour nous trouver, vos questions les plus fréquentes

Photos de lieux sympa à voir

Infos sur le tourisme au Costa Rica

Pas à pas, suivez l'aventure

L'univers tropical pour changer de vie

5 hectares à aménager

Les bons et les mauvais aspects de l'expérience

Livres & vidéos

Bien vieillir

Tracer sa route unique

Mes conclusions partielles

S'inspirer par l'expérimentation

 

PRISE EN MAIN DE CE BLOG

 

C'est en 2007 que l'idée  de quitter la France est devenue un impératif. J'ai acheté 5 hectares en 2009 sur la côte sud pacifique au Costa Rica.

 

J'écris ce blog comme un livre imagé pour conserver une trace de ce que je fais, pour moi, pour plus tard quand j'arrêterais de cavaler, que je serais vieux, la bite molle et la peau tannée de chez ridée... Ce n'est pas une forme type blog internet, qu'on consomme à la va vite, mais des tranches de vie sous forme de chapitres.

 

Vivre au Costa Rica n'est pas de tout repos, croyez moi. Entre le chaos naturel des latinos, la nature plus que menaçante qui fait chier tous les 4 matins et d'autres détails que personne n'aime trop évoquer comme l'insécurité matérielle qui saoûle à long terme, il y a clairement un prix à payer. En même temps, on trouve ici des choses qui sont difficiles à trouver ailleurs.

 

J'ai fini par trouver un compromis entre la Thaïlande et le Costa Rica. Vivre au Costa Rica, oui, mais comme maison secondaire à raison de 5 mois dans l'année environ ! Sinon, très franchement, il y a mieux ailleurs...

 

Ci-dessous ces différents chapitres, de mon début idéalisé à mon cauchemar éveillé (qui m'a mis dans une rage qui transpire dans certains articles) en passant par quelques morceaux de ma diversification dans un 400m² à Bangkok...

 

 

Ce blog m'a apporté de nombreuses rencontres. Pourtant, de nombreux chapitres laissent transpirer ma rage de certaines expériences fortement désagréables que j'ai encaissé. Mais certains ne s'y sont pas arrêtés. Ils sont venus jusqu'à Ojochal dans le trou du cul du monde tropical, au milieu de nulle part, une grosse centaine d'occidentaux francophones. Internet est juste incroyable. Et puis, j'ai fini par me calmer. Je suis plus fréquentable en ce moment qu'il y a un an ou deux.

 

Je dédie aussi ces chapitres à mes différents compagnons d'aventure qui ont survécu à ma course folle des 20 dernières années.

 

Sam, le plus vieux, rencontré en 1995 à Paris, frère d'armes dans la finance underground. On était jeune et raide ! On en aura fait ensemble mon ami. Ton évolution ces dernières années étaient tout sauf prévisible ! Cette ouverture me ravit ! On en remet une couche pour les 20 prochaines années ?

 

Béber le survivant qui ne m'a pas lâché, la bête qui n'est plus, mon explorateur de la dark side hahahahaha ! Béber en janvier 2013, à l'insomnia soi 12 à sukhumvit quand tu as parlé ou dans le taxi en route pour l'aéroport de Bangkok en août 2008 quand je t'ai parlé ou alors les innombrables nuits où j'ai veillé sur toi pendant que tu vaquais à tes habitudes, 3 grammes dans le sang... euh mini les 3 g hein ?.... toi et moi on sait. Pas besoin des mots.

 

Mon nouveau partenaire, coloc BKK, frère d'arme de mon nouveau business, Tonio l'Espagnol ! On écrit les pages en intensif et en dense. Ya plus le temps Tonio hein ? On fait de l'agriculture sous deux formes. On épend et on cultive les ancres... ahahahahah, des vrais petits fermiers dans l'âme ! Le contact à la terre, y a que cela de vrai... Je sais que tu as ri en lisant ça, hein Môsieur options binaires ?

 

Cédric et Momo sur OE ! Plus le reste de la bande of course !

 

Oscar ici au Costa Rica a été l'un des rares à garder le cap dans un dévouement vis-à-vis de moi que je n'oublierais JAMAIS. Il a gagné un ticket qui s'appelle PROTECTION de ma part.

 

Et enfin, BB. Tu nous as trahi en juin 2010, mais ma saloperie de destin que je maudis et méprise 30 fois par jour, t'a piégé. Je le sais. J'ai tout démonté la mécanique. Je pense à toi bien plus que tu ne peux juste l'envisager. J'aurais du la jouer à la Matt Damon dans The adjustement Bureau et les envoyer se faire foutre. Médréac sera à jamais le rappel de ma déchirure et de l'absence de liberté de l'homme. On a joué à un jeu dont les dés étaient pipés.

 

L'engagement BB, l'engagement dans ce qu'on fait, contre vents et marées, est la clef qui t'a échappé. Ton renoncement suivi par ton oubli fut riche d'enseignement sur la nature humaine. On a fait un festival à nous deux. De mon côté, j'ai cru à la bienveillance de ce que tu sais. Comment est ce que j'ai pu faire confiance ? Seule la logique du coeur compte.

 

Je suis déçu pour le restant de mes jours. Je sais maintenant à quel point le libre arbitre est une blague. Putain, quel radin ce dieu. Il l'a distribué au compte goutte à ses ouailles ! T'en as foutu quoi de mon libre arbitre batard quantique ? Cela sert à quoi de vivre si on ne peut pas décider en dehors de ce que nous sommes ?

 

Cher lecteur inconnu, si tu dois te souvenir d'un seul truc de ce blog et de mon expérience de vie, c'est d'écouter ton coeur, de ne jamais le trahir même s'il faut envoyer se faire foutre tout le reste, la terre entière, y compris les âmes et leur petit jeu malsain et fourbe.

 

Je me suis trahi pour la première fois à l'âge de 39 ans en 2012. La prochaine fois, je créverais plutôt que de recommencer. J'ai bien vécu jusqu'à 39 ans parce que je ne m'étais jamais trahi, y compris vis à vis de la peur, reine de la destruction de vie à petit feu dont vous me parlez tous si souvent. J'ai cru qu'une logique supérieure pouvait exiger qu'on se trahisse. Je suis le roi des cons d'avoir fait confiance.

 

Je vois partout en masse des gens qui s'adaptent, qui renoncent, qui noient le poisson, qui se TRAHISSENT, qui mettent en retrait ce qu'ils ressentent. C'est la connerie ultime que de bouffer à ce ratelier. Il ne faut pas céder. JAMAIS ! Peu importe le prix à payer. Ce sera toujours pire avec la trahison de soi !

 

Certes, j'en conviens, savoir écouter son coeur, est un sport de haute compétition où les inégalités sont criantes entre humains. Combien ais je rencontré de gens qui n'avaient absolument aucune idée de ce qu'ils ressentaient au fond d'eux ? Pourtant, c'est la clef ultime, le seul juge fiable !

 

 

CharlesDereeper.Com © 2010-2020. All rights reserved