Les deux conséquences très positives de la contradiction des humains et comment les exploiter pour réussir

Cet article n'engage que ma petite vie et j'explique ce que je m'impose.

Je considère depuis 2011 que je ne peux pas me faire confiance. J'ai vu les limites du fonctionnement de l'esprit humain à cette date, chez moi et chez les autres.

J'ai certes dérapé plus d'une fois depuis, mais je systématise le plus que je peux ce que je vais vous exposer.

L'humain a un biais naturel à la pensée magique et polarisée. Qu'il écrive et qu'il parle de manière polarisée ou dans la toute puissance magique, passes encore. Mais quand il s'agit d'agir, là, les conséquences deviennent fâcheuses.

Surtout quand nous avons de l'ambition et l'envie de créer des choses.

Je pratique donc activement la contradiction.

Comme je l'ai exposé dans cet article,http://www.charlesdereeper.com/blog/reparer-sa-vie-avec-5-psy-differents-pour-etre-certain-de-s-eclater-avant-la-retraite-ou-prendre-le-risque-de-se-rater-au-choix.html , j'ai 3 cercles d'une dizaine de personnes et je fais le tour très régulièrement dès que je dois agir avec des conséquences potentielles. Je collecte les contradictions dans un fichier sur chaque sujet. Et ensuite, j'établis des scénarios.

J'ai de moins en moins d'actions à possibilité unique.

Prenons l'exemple Aquarius.

Deux théories s'affrontent. Effondrement à partir des années 2030 soit pour raisons économiques liées aux ressources naturelles insuffisantes par rapport à une industrialisation de 7 milliards d'individus provoquant une inflation de leur coûts et un déséquilibre total de la machine économique. Soit pour des raisons énergétiques avec l'arrivée d'une nouvelle énergie sur terre mesurable déjà par les résonnances de Schumann ou le pôle nord qui se balade sur 55km au lieu de quelques mètres comme dans le passé.

Il y a également le bordel européen avec un effondrement politique et monétaire immédiat.

Généralement, je donne une lettre à ces scénarios et ensuite je pars pêcher des scénarios chez mes contradicteurs. 

J'interroge également ma cervelle rationnelle et mon intuition.

Et ensuite, je prévois des réponses à mes scénarios, aux scénarios qui contredisent, et aussi au fait qu'aucun scénario n'ait lieu et qu'on ne s'effondre pas.

La question n'est pas d'avoir raison. Mais la question est d'avoir un plan qui marche pour chaque option.

C'est plus de boulot. Mais cela coute moins cher à la fin. Je suis innondé d'emails d'humains qui sont toujours coincés dans la logique d'avoir raison dans le futur et qui pense que je suis la dedans aussi. Il est vrai que je n'expose pas publiquement la gestion de mes scénarios. Et aussi que je dérape et me laisse aller à mon côté humain immature et enfantin qui m'amène à faire de la pensée magique dans les éditos.

Dire est une chose. Faire en est une autre. La France est particulièrement touchée par le virus du dire et est congénitalement bloquée au niveau du faire.

La deuxième conséquence positive de la contradiction avec les autres, c'est d'aider à miser sur les scénarios les plus probables qui ne sont pas les nôtres au départ.

Dans l'action, on trouve toujours que ce soit un groupe de 5 à 10 humains ou 200 ou 50 millions une partie non négligeable dans la peur, qui freine, qui recule, qui stagne, qui bloque, qui consolide et en face, une autre partie dans la prise de risque qui avance, construit, agit... et se plante régulièrement la gueule.

La vie est une danse entre les polarités entre le pas assez et le trop. Dès qu'on se polarise, on perd. Celui qui réussit est celui qui parvient à associer et à marier le pas assez avec le trop. C'est de l'art.

Comme nous ne sommes pas obligés d'être parfait, le plus court chemin reste de sous traiter ce job délicat à un entourage, un team et d'écouter les oppositions en sachant qu'à la fin, il faudra marier deux religions différentes et trouver un compromis qui obtiendra moins de résultats que le all in de ceux qui prennent des risques, plus de résultats de ceux qui serrent les fesses...

Car l'enjeu n'est pas d'avoir raison une énième fois sur une occurrence, sur un sprint. Mais de généraliser un process qui délivre de la valeur et dépasse au bout de 10 occurrences tous ceux qui prennent les risques et tous ceux qui stagnent. 

C'est l'échelle de temps sur laquelle on regarde et on jauge nos actions que j'ai élargi. 

Ce qui est valable pour la vie, l'entrepreneuriat est aussi valable pour les marchés financiers.

C'est la prise de risque, comment on les prend, comment on se comporte, comment on joue la partie globale et non pas la fête d'un samedi soir alors que nous avons 52 samedi soir X 60 années de vie d'adulte...

La répétition me fascine beaucoup plus que le coup d'éclat impossible à réitérer. En un mot LA STRATEGIE DE VIE et DE JEUX.

J'ai écrit cet édito car un mec de mon team perso vient de perdre 5 mois et va encore en perdre 2 à 3 de plus en ayant choisi de faire all in sur un scénario intuitif qui s'est révélé être une erreur. Le corona virus l'a coincé en dehors de sa maison en Asie avec un enfant qui n'est pas le sien. J'ai envie de dire que même les meilleurs humains se font avoir par la polarisation. 

La seule intelligence dont nous pourrions nous parer, c'est celle de nous entourer et celle d'écouter la contradiction.

Charles

Lu 1368 fois Dernière modification le jeudi, 16 juillet 2020 20:04

Voir tous les articles de