Dereeper 46 ans et toujours pas calmé... je renonce aux critères des autres

Je sais que ce texte que je vais écrire va susciter chez une majorité de l'incompréhension. Mais c'est ce que je suis dans le fond. Pourquoi se cacher et baratiner en public comme tous les autres ?

Ce vendredi, j'avais RDV pour un diner à 5 avec Laurent, notre soros local, Julien d'Oseille TV, Tonio d'Objectif Eco qui partage ma life depuis 10 ans, et Pierre Ollier, un youtuber avec 110K de followers de passage à Panama City.

J'étais en retard. Endormi. Mais dans mes veines coule le démon. Un démon d'une autre planète, d'une autre galaxie. Un militaire. Un colonel. Pas un bureaucrate de l'armée. Un mec du terrain. Je le sens en moi. C'est comme si je venais d'un univers de vaisseaux spatiaux de guerre.

Je monte donc dans la Porsche et je roule jusqu'au highway gentiment. Je fais chauffer l'huile. Peu de temps avant l'entrée sur le highway entre Costa Del Este et le business district de Panama City, je ne sais pas... je sors l'aileron... généralement quand je fais ca... le démon n'est plus trop loin... je m'engage sur la rampe de lancement à 60km/h derrière 3 mecs en train de dormir au volant à deux de tensions...

Cela me met les nerfs en pelote ces gars là...

Je regarde derrière moi et je vois personne. Je me lance enfin. Je pousse la machine et je double les 3 endormis.

Nous sommes vendredi soir à 20h. Heure de pointe car toute la banlieue sort. C'est rempli...

Un mec déboule derrière moi à bloc et commence à zigzaguer dans le traffic. Je ne réfléchis pas.

Je pousse le SPORT PLUS immédiat. Ca bloque le moteur à 4000 / 5000 tours minute pour avoir en permanence de la poussée et monter à 7000 tours minute.

J'arrache la Porsche et je colle au cul de l'autre énervé. Il me repère et me fait un appel de phare. Genre copain je joue... On se lance dans une course poursuite d'anthologie. La plus folle de toutes les courses que je n'ai jamais mené en 2 ans.

On pousse à 190km/h au milieu d'un traffic dense.

On frôle les autres à 2 mètres sur la 3 voies.

C'est là où je sens mon colonel.

Il prend les rênes de mon être. Je ne suis plus humain. Bien sûr, j'ai un peu peur. Mais très peu.

Je calcule la trajectoire de l'autre énervé. J'analyse le traffic présent sur les 3 voies. Les options pour me faufiler. Le tout passant de 60 à 150km/h en quelques secondes. Freinant comme une brute. La Porsche étant une machine exceptionnelle qui accroche la route littéralement avec son moteur en position central assurant une stabilité exceptionnelle. C'est une sécurité hallucinante quand on fait n'importe quoi.

Je regarde au loin mes options en analysant les vitesses des endormis, qui va plus vite sur quelle voie, comment je peux l'atteindre et réaccélérer derrière quand il y a de l'espace tout en gérant la voiture. N'importe quel humain normal serait horrifié. Je frôle chaque mec sur la route. Tout est mouvement entre la situation avec les voitures directement en contact avec moi et les options devant. C'est une équation à 15 paramètres qui bougent et je m'éclate à analyser tout ca.

Par deux fois, je me fais coincer et l'autre prend la tête de la course. Mais à chaque fois il se fait également enfermer et je le rattrape et je repasse devant. Personne ne m'a jamais battu à Panama City à ce jeu. Personne. Ce n'est pas une question de puissance de voiture. La Porsche que j'ai suffit largement. C'est de la stratégie de jeu qui fait la victoire. Bien sûr des fois, des Audi S3 ou S4, voire des BMW sport me colle en ligne droite. Mais aucun ne parvient à gérer le traffic comme je le fais. En plus y a un péage à passer. Ca introduit de la volatilité car il faut choisir la file qui merde le moins pour s'extraire ensuite et s'engouffrer dans un entonnoir. Donc il faut arriver à bloc quand tout le monde freine et choisir au dernier moment la file. Vision à 360 degrés nécessaires hahahahaha ! Et la réaccélération à fond depuis 0 ou on passe de 7 voies à 3 avec en plus à droite une nouvelle voie qui se jette sur le highway, croyez moi, c'est pas le souci l'Audi S6 ou la mercedes AMG GT bi turbo. C'est la vision du game le key point...

Aujourd'hui, ce fut le feu. Jamais j'ai exécuté aussi fort sur la route. Jamais les config ont été aussi complexes. Jamais je n'ai été aussi agressif dans mes choix. Jamais je n'ai poussé aussi violent. Je suis littéralement possédé par un mec de l'espace qui s'emmerde sur terre et qui a besoin de se détendre la bite un peu.

Je fais un avec la Porsche, avec le traffic. Au final, je le lâche car il se piège dans une config que j'avais vu depuis le départ et je m'envole. J'arrive dans le dernier virage à 190km/h et je dois piler débrancher le SPORT PLUS et retrouver la lenteur de la matière sur terre, la 3D avec ses forces de frottement.

La première fois que j'ai vu cette énergie en moi, c'était quand j'avais échappé à un accident au Costa Rica en 2010 (j'ai raconté cela dans mon blog du Costa Rica sur www.charlesdereeper.com ). Le gros 4*4 était parti en dérapage avec la pluie et j'étais coincé sur un pont sans moyen de rattraper le truc. Cette énergie avait pris le contrôle de moi et m'avait fait exécuter une manoeuvre que je n'aurais jamais pu réfléchir en si peu de temps. Et cela avait marché. Depuis, c'est devenu mon quotidien. C'est dans ces instants que je sais qu'une partie de moi n'appartient pas à cette planète. Qu'il existe forcément d'autres vies dans l'infini des galaxies.

Quand je gare la Porsche, j'entends cliqueter le métal signe que c'était la fête aujourd'hui. La bagnole est brulante. Mes hormones sont au maxi des niveaux. Je suis reveillé et prêt à aller dîner hahahahaha

Ce soir là, la fête continue... Je tombe sur une veille connaissance, une cubaine que Oscar a sauté il y a 6 mois. Elle a un cul de déesse. Et je n'ai compris que récemment qu'elle me kiffait. Ce soir là, elle me contactera dans la nuit et me proposera l'impensable en France... la polygamie avec ma femme thaïe. Sans que je demande quoique ce soit. J'ai ramassé la balle au bond de cette soirée décidément pas comme les autres et ait mis en place une threesome dès le lendemain.

J'ai essayé de me calmer, faire les choses comme les autres humains, respecter toutes ces putains de règles, ces putains de limites chiantes partout... mais à chaque fois, les occurences de la matrice foutent en l'air tous mes efforts. A chaque fois, je me retrouve dans des configs qui défient les petites cases sociales dans lesquelles tout le monde se range bien sagement.

A 46 ans, je suis fatigué de lutter contre ma nature. J'ai envie de vivre selon mes propres standards. Les standards des humains me font chier, ne me conviennent pas. J'ai envie de concrétiser ce que je ressens dans mon coeur, l'incarner dans la forme et de ne plus me soucier du reste. C'est simple. Il suffit que je dise que je vis avec 12 chats pour que déjà, les gens reculent d'un mètre en se demandant quels problèmes j'ai... oui j'aime les animaux, les plantes et les fruits, j'aime dupliquer plus que de raison les végétaux, cela me fascine cette vie qui pousse, j'aime les minétaux car les regarder me fait du bien et m'émerveille (j'en passe de toutes les théories que j'ai subi avec cette histoire de minéraux, qui sont pourtant le coeur de la terre). J'aime les femmes et leur jouissance, leur frivolité. J'aime les bagnoles. J'aime la fraternité entre hommes. Et oui désolé, mais je me branle complet de la France, de la politique et du social, de tous ces sketches fictifs, de ces conventions, du karma transgénérationnel qu'on porte en nous et que la théorie psy dans son ensemble passe sous silence en ne sachant même pas comment dealer avec, alors que tous ces cons s'estiment être des experts et vendent leurs services vérrolés. La liberté de choisir et le vrai libre arbitre, entre l'âme et ses objectifs et l'avatar de l'ego, je trouve cela quand même définitivement plus intéressant que les news que j'ai arrêté de regarder y a 20 ans... Je ne connais même pas le nom du premier ministre français.

C'est fou de voir tous ces humains s'intéresser plus à la vie collective qu'à eux mêmes, à leurs enfants, à leurs femmes. C'est fou de déserter sa vie par terreur et haine de soi et de courrir comme un clebard derrière le pognon, le pouvoir, le regard des autres, la reconnaissance d'une femme transformée en mère alors que cette femme n'a secrètement qu'une envie, c'est de se faire attraper comme la dernière des salopes dans sa cuisine pour oublier ses propres peurs et sa solitude existentielle.

Drôle de monde où tous les humains se fuient en masse, se trahissent, se moquent littéralement de ce qu'ils sentent, puisqu'ils ne prennent pas le temps de savoir ce qu'ils ressentent justement dans toute la complexité et l'ambivalence... comme si un iphone ou une marque d'un quelconque produit allait effacer par magie ce vide.

Oui j'en sais quelque chose de la difficulté de gravir ce lent et ingrat chemin... il y a désormais 40 clients dans le groupe STRATEGIE DE VIE PRO ET PERSO http://formation.objectifeco.com/apprendre-ne-pas-rater-sa-vie-charles-dereeper/ j'ai pu voir tellement de config différentes. Quelle variété de profil nous avons nous les humains. Les psy ne sont pas assez intelligents pour modéliser tout ca. Je rêve d'un monde où les traders avec leurs neurones surpuissantes et leur sens aiguisé du risque, de l'aléatoire et du chaos émettraient de la modélisation de l'être humain. Je suis certain qu'on aurait autre chose sur le marché qu'un malheureux juif violé en train d'essayer de mettre des mots sur ses propres sentiments à travers des concepts vides de sentiments, ce qui a ruiné un bon siècle de réflexions de l'humanité sur elle même et ses possibilités.

Perso, j'en ai plein le cul. J'abandonne la conformité et l'adaptation. Je vis pour ma gueule avec mes standards et basta.

Donc je roule comme un cinglé. Jamais eu d'accidents de ma vie entière. Je fais l'amour le maxi que je peux et j'aime le maxi que je peux. Et fuck le reste.

Charles

Lu 2309 fois Dernière modification le lundi, 08 juin 2020 22:42

Voir tous les articles de